Accueilūüáęūüá∑Chercher

Banja Luka

Banja Luka (en cyrillique : –Ď–į—ö–į –õ—É–ļ–į) ou Banjaluka (–Ď–į—ö–į–Ľ—É–ļ–į), est une ville de Bosnie-Herz√©govine et la capitale de l'entit√© de la r√©publique serbe de Bosnie. Au recensement de 1991, la ville intra muros comptait 143 079 habitants[2] et sa zone m√©tropolitaine, appel√©e ville de Banja Luka (–ď—Ä–į–ī –Ď–į—ö–į –õ—É–ļ–į) et correspondant √† une ex-municipalit√© du pays, 195 692 habitants[3]. Selon les premiers r√©sultats du recensement bosnien de 2013, la ville intra muros compte 150 997 habitants et sa zone m√©tropolitaine 199 191[4].

Banja Luka
–Ď–į—ö–į –õ—É–ļ–į
Blason de Banja Luka
Héraldique
Banja Luka
Banja Luka
Administration
Pays Drapeau de la Bosnie-Herzégovine Bosnie-Herzégovine
Entité Drapeau de la République serbe de Bosnie République serbe de Bosnie
Ville Banja Luka
Maire DraŇ°ko Stanivukovińá (en) (PDP)
Code postal 78 000
Démographie
Gentilé Baniluciens, Baniluciennes[1]
Population 184 257 hab. (2018)
Densit√© 1 811 hab./km2
Géographie
Coordonn√©es 44¬į 46‚Ä≤ 33‚Ä≥ nord, 17¬į 11‚Ä≤ 08‚Ä≥ est
Altitude 163 m
Superficie 10 177 ha = 101,77 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bosnie-Herzégovine
Voir sur la carte topographique de Bosnie-Herzégovine
Banja Luka
Géolocalisation sur la carte : Bosnie-Herzégovine
Voir sur la carte administrative de Bosnie-Herzégovine
Banja Luka
Géolocalisation sur la carte : République serbe de Bosnie
Voir sur la carte administrative de République serbe de Bosnie
Banja Luka

    Municipalité de Ville de Banja Luka
    Administration
    Maire
    Mandat
    DraŇ°ko Stanivukovińá (PDP)
    2020-
    Démographie
    Population 199 191 hab. (2013)
    Densit√© 161 hab./km2
    Géographie
    Superficie 123 891 ha = 1 238,91 km2
    Liens
    Site web Site officiel

      Banja Luka est la capitale historique de la Krajina de Bosnie (en bosnien: Bosanska Krajina). Fondée à l'époque romaine sous le nom de Castra, elle a connu un important essor à partir du XVIe siècle en tant que capitale du pachalik de Bosnie au sein de l'Empire ottoman. Par sa population, Banja Luka est aujourd'hui la seconde ville de Bosnie-Herzégovine. Capitale politique, elle est le siège de la présidence de la république serbe de Bosnie, du gouvernement de la république serbe de Bosnie et de l'Assemblée nationale de la République serbe de Bosnie. Elle est le principal centre culturel des Serbes de Bosnie et le plus important centre économique de la république serbe de Bosnie. Partiellement détruite lors d'un tremblement de terre en 1969, la ville offre le visage d'une cité moderne, dotée de nombreux espaces verts.

      Géographie

      Le Vrbas à Banja Luka
      Le Vrbas à Banja Luka.

      Banja Luka est situ√©e au Nord-Ouest de la Bosnie-Herz√©govine, en r√©publique serbe de Bosnie (Republika srpska), sur les bords du Vrbas (192 km), √† l'endroit o√Ļ ce cours d'eau perd ses caract√©ristiques de rivi√®re de montagne en entrant dans la plaine qui va la mener jusqu'√† sa confluence avec la Save. La plus grande partie de la r√©gion appartient au bassin versant du Vrbas, tandis qu'une petite partie de son territoire se trouve √† l'ouest du bassin de la Gomjenica, un affluent droit de la rivi√®re Sana. Pr√®s de la ville, le Vrbas re√ßoit les eaux de trois de ses affluents : la Suturlija, la Crkvena et la Vrbanja.

      Le centre de Banja Luka s'√©l√®ve √† une altitude de 163 m. En revanche, en fonction de ses caract√©ristiques g√©omorphologiques, g√©ologiques et hydrographiques, le territoire de la Ville peut √™tre divis√© en quatre secteurs : un bassin √† fond plat, des terrasses alluviales, des collines entourant la vall√©e et, au sud, les Alpes dinariques. √Ä 25 km au sud-est de la ville se dresse le mont Manjańća qui culmine au pic de la Velika Manjańća (1 236 m) et au sud-ouest le mont ńĆemernica qui culmine au pic du Goli vis (1 339 m)[5]. Dans le secteur de la ńĆemernica, le Vrbas coule dans des canyons.

      Le territoire de la ville (ex-municipalit√©) est entour√© par les municipalit√©s de GradiŇ°ka au nord, LaktaŇ°i, ńĆelinac et KneŇĺevo √† l'est, Mrkonjińá Grad au sud, Ribnik, OŇ°tra Luka et Prijedor √† l'ouest. Toutes ces municipalit√©s font partie de la r√©publique serbe de Bosnie.

      La r√©gion de Banja Luka est particuli√®rement expos√©e aux risques de tremblement de terre. Elle en a connu en 1884, 1935, 1969 et 1981. Le plus important d'entre eux a √©t√© celui des 26 et 27 octobre 1969 ; d'une amplitude de 7, 8 et 9 sur l'√©chelle de Mercalli, il a caus√© des dommages sur 15 municipalit√©s (Banja Luka, ńĆelinac, LaktaŇ°i, Prnjavor, GradiŇ°ka, Kotor VaroŇ°, KneŇĺevo, Srbac, Kljuńć, Jajce, Prijedor, Sanski Most, Novi Grad et Dubica)[6]. Pour c√©l√©brer le 40e anniversaire de cet √©v√©nement, une conf√©rence internationale sur l'ing√©nierie parasismique s'est d√©roul√©e √† Banja Luka du 26 au 28 octobre 2009[7]. Entre 1996 et 2008, trois s√©ismes de force 5 sur l'√©chelle de Mercalli se sont produits sur le territoire de la ville, deux en 1998 et un en 2001[8].

      Climat

      Le climat de Banja est de type continental temp√©r√©. Ouverte au nord vers la plaine pannonienne, la r√©gion subit en hiver l'influence de l'anticyclone de Sib√©rie avec ses masses d'air froid, tandis que la pr√©sence des Alpes dinariques dans le sud du territoire de la ville, y mod√®re l'effet du climat m√©diterran√©en. Pour la p√©riode de 1961 √† 1985, la temp√©rature moyenne annuelle √©tait de 10,5 ¬įC. Janvier √©tait le mois le plus froid avec une temp√©rature moyenne de ‚ąí0,6 ¬įC et juillet le mois le plus chaud avec une temp√©rature moyenne de 20,4 ¬įC. La temp√©rature la plus √©lev√©e enregistr√©e √† la station de Banja Luka a √©t√© de 41,4 ¬įC le 14 ao√Ľt 1957 et la temp√©rature la plus basse a √©t√© de ‚ąí27,4 ¬įC le 5 f√©vrier 1958[9].

      Pour la période 1961-1985, les moyennes de température et de précipitations s'établissaient de la manière suivante[9] :

      Relev√©s √† la station m√©t√©orologique de Banja Luka (163 m)
      MoisJanvF√©vMarsAvrMaiJuinJuilAo√ĽtSeptOctNovD√©cAnn√©e
      Temp√©ratures maximales moyennes (¬įC) 3,4 6,6 12,0 17,1 21,9 25,0 27,0 26,6 23,0 17,2 10,9 4,8
      16,3
      Temp√©ratures minimales moyennes (¬įC) -4,9 -2,4 0,9 4,6 8,9 12,5 13,4 13,2 10,0 5,3 1,8 -2,8
      5,0
      Moyennes des précipitations (mm) 73,25 68,46 75,5 89,83 96,92 113,87 96,71 98,17 86,63 71 91,45 82,79
      1044,58

      Les donn√©es de 1996 √† 2008 √©tablissent la moyenne annuelle des temp√©ratures √† 11,7 ¬įC, avec un pic en juillet √† 22 ¬įC et un creux en janvier √† 0,4 ¬įC. Pour la m√™me p√©riode, Banja Luka a connu en moyenne 1 896,67 heures d'ensoleillement par an, 138 jours de pluie, avec une moyenne de pr√©cipitations annuelle de 1 053,32 mm ; on a √©galement pu y d√©compter en moyenne 46 jours d'enneigement et 56 jours de brouillard[10].

      Pour la période 1996-2008, les moyennes de température et de précipitations s'établissaient de la manière suivante[10] :

      Relev√©s √† la station m√©t√©orologique de Banja Luka (163 m)
      MoisJanvF√©vMarsAvrMaiJuinJuilAo√ĽtSeptOctNovD√©cAnn√©e
      Temp√©ratures moyennes (¬įC) 0,4 3,0 7,0 11,7 17,1 20,8 22,0 21,5 15,9 12,1 7,1 1,2
      11,7
      Moyennes des précipitations (mm) 69,0 61,6 73,1 101,1 94,8 103,9 83,2 69,7 121,8 76,4 103,1 95,9
      1053,32

      Histoire

      Préhistoire et Antiquité

      Le site de l'actuelle ville de Banja Luka est occup√© depuis la Pr√©histoire, ainsi qu'en attestent les fouilles arch√©ologiques r√©alis√©es dans le p√©rim√®tre de l'actuelle Forteresse Kastel, situ√©e en plein centre-ville ; quelques vestiges y ont √©t√© mis au jour remontant au Pal√©olithique, comme des outils en silex dat√©s du gravettien. Le N√©olithique y est repr√©sent√© par des poteries caract√©ristiques des cultures de Baden et de Vuńćedol. On y a √©galement retrouv√© quelques art√©facts datant de l'√Ęge du bronze et de l'√Ęge du fer[11].

      Les d√©couvertes effectu√©es dans la forteresse Kastel et dans la r√©gion signalent une importante activit√© pendant la p√©riode romaine, du IIe au VIe si√®cle. Le secteur √©tait habit√© par la tribu illyrienne des Oseriati[11] ou, selon d'autres sources, par celle des Maezaei[12] et faisait partie de la province de Pannonie sup√©rieure. Les sources thermales de Gornji ҆eher, aujourd'hui un faubourg de Banja Luka, de Slatina et de LaktaŇ°i √©taient d√©j√† exploit√©es par les Romains. √Ä l'emplacement de l'actuelle forteresse Kastel, une localit√© portant le nom de Castra commen√ßa √† se d√©velopper, assurant diverses fonctions, notamment celle d'un castrum (ou camp militaire) ou d'une mansio (g√ģte d'√©tape). Autour du camp se trouvaient une colonie civile et un relais de poste (statio). Situ√©e aux confins des provinces de Dalmatie et de Pannonie, la localit√© se trouvait sur la route reliant Split (Salona), au bord de la mer Adriatique, √† l'actuelle ville de GradiŇ°ka (Servitium/Serbinum)[11].

      Apr√®s la chute de l'Empire romain d'Occident, aux VIe et VIIe si√®cles, des tribus slaves s'install√®rent dans la r√©gion[13]. Castra fut d√©truite et, √† sa place, fut √©tablie une nouvelle localit√©. En revanche, ce qu'il advint exactement du site pendant la plus grande partie du Moyen √āge n'est pas clairement √©tabli[11].

      Moyen √āge

      Si le sort du site m√™me de l'actuelle Banja Luka reste incertain, celui de sa r√©gion est beaucoup mieux document√©. Du VIIe si√®cle au XIIe si√®cle, elle √©chappa le plus souvent au contr√īle de l'Empire byzantin et se trouva r√©guli√®rement sous la domination des rois de Hongrie ; au IXe si√®cle, la rivi√®re Vrbas (ou la rivi√®re Una), devint la fronti√®re occidentale de la Serbie m√©di√©vale. Au milieu du XIIe si√®cle, le territoire de l'actuelle ville de Banja Luka fit partie des possessions du ban Borińá, le premier ban de Bosnie. √Ä partir du milieu du XIIIe si√®cle, les sources √©crites se r√©f√®rent √† la r√©gion en lui donnant le nom de Donji Kraji et, dans les derni√®res d√©cennies de ce si√®cle, la r√©gion fut contr√īl√©e par les bans de Bosnie Prijezda Ier[14], Prijezda II et √Čtienne Ier Kotroman, tous trois appartenant √† la dynastie des Kotromanińá.

      Hrvoje Vukńćińá dans le Missel de Hrvoje (1404)

      √Ä la fin du XIIIe si√®cle, la r√©gion fit partie de la Ňĺupa (comt√©) de Zemljanik et son importance est attest√©e par les forteresses qui y furent b√Ęties le long du Vrbas et dans ses canyons, servant √† prot√©ger la fronti√®re orientale de la Ňĺupa et √† h√©berger les nobles familles f√©odales Croato-Bosniennes des Hrvatinińá et des Vojsalińá. Parmi ces forteresses figurent celles de Kotor (1323), aujourd'hui Kotor VaroŇ°, de Zveńćaj (1404), Bońćac (1446) et de Greben[14]. √Ä la fin du XIVe si√®cle, la r√©gion de Donji Kraji fut un moment contr√īl√©e par le roi Tvrtko Ier de Bosnie mais, au d√©but du XVe si√®cle, elle passa entre les mains du puissant f√©odal Hrvoje Vukńćińá, membre de la famille des Hrvatinińá. De nombreuses n√©cropoles, comportant des monuments fun√©raires appel√©s steńáci (au singulier : steńáak), dispers√©es sur tout le territoire de Zemljanik, montrent que la r√©gion √©tait dens√©ment peupl√©e √† cette p√©riode. Parmi les n√©cropoles les plus importantes, on peut citer celles de Lusińái, PlavŇ°ińái, Prodole, Gornje Ratkovo et Grńćka Gradina (√† LuŇĺije), chacune comptant entre 80 et 120 steńáci et attestant ainsi de la prosp√©rit√© de la population[14]. En 1378, un monast√®re franciscain s‚Äôinstalla √† Petrińáevac, aujourd'hui un quartier de Banja Luka.

      L'avanc√©e progressive des Ottomans dans les Balkans au cours du XVe si√®cle conduisit √† la chute du Royaume de Bosnie en 1463. En revanche, la r√©gion de Banja Luka, prot√©g√©e par le Royaume de Hongrie, r√©sista encore √† la conqu√™te pendant quelques d√©cennies, faisant alors partie de la Banovine de Jajce. La ville de Banja Luka est mentionn√©e pour la premi√®re fois dans une charte sign√©e le 6 f√©vrier 1494 par le roi de Hongrie Vladislas II Jagellon ; son nom viendrait des mots ¬ę ban ¬Ľ, d√©signant un dignitaire m√©di√©val et luka, d√©signant une vall√©e ou une prairie. Banja Luka fut conquise par les Turcs en 1521.

      Période ottomane

      Gravure représentant Ferhat-pacha

      Banja Luka connut son véritable expansion pendant la période ottomane. La ville fut d'abord intégrée au sandjak de Bosnie, une subdivision du pachalik de Roumélie, une subdivision administrative qui englobait toutes les parties occidentales de l'Empire[15]. La Roumélie fut par la suite subdivisée en plusieurs pachaliks de moindre étendue, chaque pachalik ayant à sa tête un pacha. Banja Luka devint la capitale du sandjak de Bosnie en 1553[16] et, après la création du pachalik de Bosnie en 1580[15] ou 1583[16], la ville en fut la capitale entre 1583 et 1639, ce qui accéléra son développement[17].

      L'une des personnalit√©s de Banja Luka les plus importantes de cette √©poque fut Ferhat-pacha Sokolovińá, qui marqua la ville de son empreinte. Il √©tait membre de la puissante famille serbe des Sokolovińá, √† laquelle appartenait aussi le grand vizir Mehmed-pacha Sokolovińá et l'archev√™que Makarije Sokolovińá, le cousin de Mehmed-pacha, patriarche orthodoxe serbe de Peńá. En 1574, Ferhat-pacha fut nomm√© bey de Bosnie. Le 22 septembre 1575, il remporta une importante bataille sur le g√©n√©ral autrichien Herbert Ausperger, au cours de laquelle il s'empara de son fils Wolf qu'il rendit √† l'Autriche contre une ran√ßon de 30 000 ducats. Ferhat-pacha se servit de cette somme pour construire la mosqu√©e Ferhadija, une m√©dersa, une tour de l'horloge (en BCMS : sahat kula) et une fontaine, cr√©ant ainsi la premi√®re ńćarŇ°ija de la ville. Entre 1579 et 1587, il fit ainsi construire 216 b√Ętiments dans la ville. Pour assurer l'entretien de tous ces √©difices, il signa un acte de donation le . Ferhat-pacha fonda √©galement la localit√© de Donji ҆eher, aujourd'hui un faubourg de Banja Luka connus sous le nom de Srpske Toplice[16]. Dans son entreprise urbanistique, il fut soutenu par de nombreux dignitaires ottomans, comme son ami Hasan defterdar, ministre des Finances du pachalik de Bosnie, cosignataire avec lui de la donation de 1587 et fondateur de la mosqu√©e Arnaudija[18]. Apr√®s sa mort, en 1590, Ferhat-pacha se fit enterrer √† Banja Luka.

      D√®s la fin du XVIe si√®cle, l'Empire ottoman dut affronter p√©riodiquement les troupes de la dynastie autrichienne des Habsbourg. Banja Luka devint ainsi une position strat√©gique. En 1587, Ferhat-pacha avait fait construire un arsenal √† Donji ҆eher, qui fut transform√© en forteresse sous le r√®gne du sultan Mehmed III (1595-1603) ; elle resta en usage jusqu'en 1739 puis fut d√©molie par la suite. En 1660, le voyageur ottoman Evliya √áelebi, de passage √† Banja Luka, y mentionne deux forteresses, l'une √† Donji ҆eher et l'autre √† Gornji ҆eher, mais sans donner davantage de d√©tails. La m√™me ann√©e fut cr√©√©e la capitainerie de Banja Luka, un secteur de protection militaire renforc√©e. En ao√Ľt 1688, au cours de la deuxi√®me guerre austro-turque, la ville fut bri√®vement occup√©e par les arm√©es de Prince Louis de Bade ; incendi√©e, elle fut rapidement reconstruite. Avec le trait√© de Karlowitz (aujourd'hui Sremski Karlovci), sign√© en 1699, la Sublime Porte dut c√©der de vastes territoires au nord de la Save et du Danube. En 1701, le cadi de Banja Luka re√ßut l'ordre de construire des ateliers pour fabriquer des munitions et des canons. Le prince Ernest-Fr√©d√©ric Ier de Saxe-Hilburghausen, √† la t√™te d'une partie de l'arm√©e imp√©riale, assi√©gea en vain la ville en 1704[19]. √Ä l'√©poque de Numan-pacha ńÜuprilińá (1712-1714), la forteresse Kastel fut renforc√©e et prit la configuration sous laquelle on la conna√ģt aujourd'hui. En 1737, lors de la guerre austro-turque de 1735-1739, les troupes autrichiennes avanc√®rent une nouvelle fois jusqu'√† Banja Luka ; l'arm√©e autrichienne conduite par Hildburghausen mit le si√®ge devant la forteresse mais elle fut prise √† revers par le vizir Ali-pacha Hekimoglu qui lui fit subir des pertes importantes et la for√ßa √† se replier. La forteresse fut alors √† nouveau renforc√©e. La guerre se termina par le trait√© de Belgrade et aucune p√©n√©tration autrichienne n'eut lieu jusqu'en 1878[11].

      Le d√©but du XIXe si√®cle fut marqu√© par deux √©pid√©mies de peste, en 1813 et 1816, ainsi que par quelques tremblements de terre destructeurs. En revanche, la seconde moiti√© du si√®cle vit s'√©baucher le d√©veloppement industriel de la ville. Un des exemples de cette √©volution suit l'installation des moines trappistes dans la ville, qui, en 1869, avec l'autorisation de la papaut√© et de la Sublime Porte, fond√®rent le monast√®re Sainte-Marie-de-√Čtoile, dans l'actuel faubourg de DelibaŇ°ino Selo, y construisant aussi tout un complexe o√Ļ l'on fabriquait notamment de la bi√®re, du fromage ou des p√Ętes alimentaires ; l'ensemble √©tait compl√©t√© par une centrale hydro√©lectrique, un moulin, une usine de textiles, un atelier d'imprimerie, une briqueterie et une boulangerie[20] - [21]. Des Juifs s√©pharades s'install√®rent √©galement √† l'√©poque dans la ville, contribuant √©galement √† son dynamisme √©conomique. La premi√®re ligne de t√©l√©graphe fut install√©e en 1866 et la premi√®re ligne de chemin de fer moderne de Bosnie ouvrit en 1873, reliant Banja Luka √† Dobrljin[22] - [23].

      Période austro-hongroise et Première Guerre mondiale (1878-1918)

      Oblitération de 1882 - Poste militaire
      Banja Luka en 1903

      L'ann√©e 1878 marqua un v√©ritable tournant dans l'histoire de Banja Luka. Apr√®s la d√©faite de l'Empire ottoman dans la guerre russo-turque de 1877-1878 et √† la suite du Congr√®s de Berlin, la Bosnie et l'Herz√©govine furent plac√©es sous le contr√īle de l'Empire d'Autriche-Hongrie, ces r√©gions restant officiellement int√©gr√©es √† l'Empire ottoman[24] ; d√®s la fin d'octobre 1878, les Autrichiens avaient en fait occup√© toute la Bosnie et son territoire fut r√©organis√©. Au moment o√Ļ les Autrichiens entr√®rent dans la ville, elle comptait 10 000 habitants et avait l'allure d'une ville orientale. La p√©riode austro-hongroise fut caract√©ris√©e par d'importants changements dans la ville qui s'occidentalisa et s'industrialisa. De larges art√®res furent ouvertes, comme l'actuelle rue Kralja Petra. L'approvisionnement en eau, le syst√®me d'√©gouts et l'√©clairage √©lectrique furent am√©lior√©s. Un h√īpital fut ouvert en 1879 et le lyc√©e de Banja Luka fut cr√©√© en 1895. Une voie ferr√©e relia √† la ville √† Vienne et √† Budapest. L'industrie se d√©veloppa notamment avec la cr√©ation d'une manufacture de tabac et l'usine de transformation du bois Bosna holc. Le premier recensement officiel eut lieu le et la ville comptait alors 13 566 habitants[25].

      Sur le plan politique, l'occupation austro-hongroise a connu le d√©veloppement d'une r√©sistance au r√©gime, surtout apr√®s l'annexion pure et simple du pays le ; 148 proc√®s politiques contre des Serbes pour ¬ę atteinte √† la souverainet√© de la Double Monarchie ¬Ľ furent engag√©s dans toute la Bosnie-Herz√©govine, dont 60 √† Banja Luka. Ce climat conduisit √† l'instauration de la loi martiale en 1912 et √† des mesures d'exception en 1913 ; tous ces √©v√©nements devaient d√©boucher sur l'assassinat de l'archiduc Fran√ßois-Ferdinad en 1914 et au d√©clenchement de la Premi√®re Guerre mondiale[26]. Au cours de cette p√©riode, le po√®te et tribun Petar Końćińá, n√© √† Strińćińái sur le mont Manjańća, pr√®s de Banja, exer√ßa une grande influence sur les mouvements de lib√©ration, notamment avec son journal OtadŇĺbina (¬ę Patrie ¬Ľ), cr√©√© en 1907[27].

      Au d√©but de la guerre, les autorit√©s austro-hongroises arr√™t√®rent toutes les personnalit√©s serbes de premier plan de la ville de Banja Luka, en les accusant de trahison. Elles ne furent lib√©r√©es que gr√Ęce √† l'intervention du roi d'Espagne Alphonse XIII et par l'interm√©diaire de sa m√®re Marie-Christine d'Autriche, qui appuya sa demande aupr√®s de la cour de Vienne ; encore aujourd'hui, une rue du centre de la ville porte le nom de ce souverain. Banja Luka fut finalement lib√©r√©e par l'arm√©e serbe le .

      De l'Entre-deux-guerres à la fin de la Seconde Guerre mondiale

      Apr√®s la Premi√®re Guerre mondiale, Banja Luka fut int√©gr√©e au Royaume des Serbes, des Croates et des Slov√®nes qui, en 1929, devint le Royaume de Yougoslavie et, selon la loi sur l'organisation du royaume, le territoire yougoslave fut divis√© en neuf grandes r√©gions appel√©es banovines. Banja Luka devint alors la capitale de la Banovine du Vrbas[28]. Cette p√©riode est marqu√©e pour la ville par les r√©alisations urbanistiques et architecturales du ban (gouverneur) Svetislav Milosavljevińá (1882-1960), avec la construction de nombreux b√Ętiments publics, comme le Banski dvor et l'actuel Palais municipal, le th√©√Ętre ou le mus√©e. Sous son impulsion de nombreuses √©coles, routes et usines furent r√©alis√©es, ainsi que des ponts et des parcs. Lorsqu'il quitta Banja Luka le , environ 10 000 habitants de la ville se rassembl√®rent spontan√©ment pour lui adresser un adieu solennel[29]. D√®s cette √©poque, les id√©es r√©volutionnaires commenc√®rent √† se r√©pandre, notamment au sein de l'association Pelagińá et dans le Club des √©tudiants et Banja Luka devint progressivement le centre organisationnel de l'antifascisme dans la r√©gion.

      Banja Luka, comme le reste du royaume de Yougoslavie, fut touch√©e par la Seconde Guerre mondiale en 1941. La ville fut bombard√©e par les nazis le ; elle le sera encore, mais cette fois par les Alli√©s, en 1944. En avril 1941, Banja Luka fut plac√©e sous le contr√īle de l'√Čtat ind√©pendant de Croatie, contr√īl√© par les Oustachis, alli√©s des nazis. De nombreuses familles serbes et juives s√©farades furent d√©port√©es vers le camp d'extermination de Jasenovac ou vers celui de Stara GradiŇ°ka, en Croatie. L'√©v√™que orthodoxe serbe de l'√©parchie de Banja Luka, Platon, n√© √† Belgrade, fut invit√© √† quitter le pays parce qu'il √©tait d'origine serbe mais il r√©pondit qu'il resterait, quoi qu'il en co√Ľte, aux c√īt√©s de ses ouailles. Le , Platon fut arr√™t√©, ex√©cut√© et son corps jet√© dans la rivi√®re Vrbas ; le corps de l'√©v√™que fut retrouv√© le 23 mai √† la hauteur du village de Kumsale, aujourd'hui un faubourg de Banja Luka, et enterr√© dans un cimeti√®re militaire. En raison de son courage, il est aujourd'hui consid√©r√© comme un saint par l'√Čglise orthodoxe serbe[30]. En mai de la m√™me ann√©e, les Oustachis d√©clar√®rent la cath√©drale orthodoxe de la Sainte-Trinit√© ¬ę horreur de la ville ¬Ľ et en ordonn√®rent la destruction ¬ę pierre par pierre et brique par brique ¬Ľ[31]. Le , la garde rapproch√©e d'Ante Pavelińá et le VIIIe bataillon d'oustachis, accompagn√©s du moine franciscain Miroslav Filipovińá, attaqu√®rent les villages de Drakulińá, Motike et ҆argovac, pr√®s de Banja Luka. Environ 2 300 civils serbes, dont 511 enfants, trouv√®rent la mort dans le massacre qui s'ensuivit, tu√©s √† coups de couteau, de hache ou de pioche[32] - [33]. La r√©gion vit aussi se d√©velopper des mouvements de r√©sistance, notamment de la part des Partisans communistes de Tito, comme celui de Vahida et Osman Maglajlińá qui √©taient sŇďur et fr√®re. Banja Luka fut finalement lib√©r√©e le . En 1961, un Monument aux combattants morts pour la Krajina de Bosnie a √©t√© √©rig√© sur la colline de Banj brdo qui domine la ville[34].

      Après la Seconde Guerre mondiale : Yougoslavie

      Apr√®s la Seconde Guerre mondiale, Banja Luka fut int√©gr√©e √† la r√©publique socialiste de Bosnie-Herz√©govine, l'une des entit√©s composant la r√©publique f√©d√©rale socialiste de Yougoslavie. Parmi les √©v√©nements majeurs de cette p√©riode, il convient de citer le tremblement de terre des 26 et , d'une amplitude de 5,4 √† 6 sur l‚Äô√©chelle de Richter et de 7, 8 et 9 sur l'√©chelle de Mercalli, qui affecta √©galement les municipalit√©s voisines de la ville ; √† Banja Luka, il a provoqu√© la mort de 15 personnes et la destruction de nombreux b√Ętiments[6] - [35]. Des contributions en provenance de toute la Yougoslavie permirent le redressement de la ville, notamment avec la construction d'immeubles modernes pour accueillir les sinistr√©s.

      Histoire récente

      L'effondrement de l'ex-Yougoslavie communiste provoqua, comme partout, une flambée nationaliste dans la région. En 1992, la Bosnie-Herzégovine proclama son indépendance et parallèlement l'actuelle république serbe de Bosnie était instituée, avec comme capitale de facto la ville de Banja Luka. La guerre de Bosnie-Herzégovine éclata le . La ville proprement dite ne fut pas directement touchée par les combats mais cette période fut néanmoins marquée par la guerre. Au début, en 1992, elle dut subir un blocus de la part des forces croato-musulmanes[36], coupée du reste du monde aussi bien par voie de terre que par voie aérienne, la ville fut privée de son alimentation en oxygène médical ; douze bébés, prématurés, trouvèrent ainsi la mort dans une maternité. La mort de ces 12 enfants fut à l'origine de l'opération corridor[36], qui mit fin au blocus. En 2008, le monument des douze bébés fut élevé pour honorer le souvenir de ces enfants morts dans leur incubateur[37].

      Manifestation après la déclaration d'indépendance du Kosovo

      En 1993, seize mosqu√©es furent d√©truites en quelques jours par des milices serbes, parmi lesquelles la plus belle mosqu√©e de la ville, la mosqu√©e Ferhadija, construite au XVIe si√®cle[38]. Les tensions entre les diverses nationalit√©s devinrent extr√™mes et, en 1994, les Bosniaques, les Croates et les Roms furent pers√©cut√©s, ce qui entra√ģna un important exode de la population non serbe[39], le porte-parole du secr√©taire d'√Čtat am√©ricain Mike McCurry d√©clarant : ¬ę Nous avons des informations s√©rieuses montrant qu'un nettoyage ethnique est en cours √† Banja Luka ¬Ľ[40]. Le New-York Times, qui rapportait ces propos, faisait √©tat de 560 000 personnes ayant fui la r√©gion de Banja Luka (au sens large) tandis que, parall√®lement, 875 000 Serbes s'y seraient r√©fugi√©s, fuyant les zones contr√īl√©es par les Bosniaques[40]. Des camps d'internement furent cr√©√©s par les autorit√©s serbes de Radovan KaradŇĺińá √† proximit√© de la ville, comme ceux de Manjańća, Trnopolje et Omarska[38] (Nettoyage ethnique de Prijedor (1992-1993)).

      Histoire contemporaine

      La guerre s'acheva par les accords de Dayton en 1995 ; l'entit√© de la r√©publique serbe de Bosnie fut reconnue et sa capitale situ√©e √† Istońćno Sarajevo, ¬ę Sarajevo Est ¬Ľ, mais la ville de Banja Luka en resta la capitale de facto, abritant toutes les institutions importantes de la r√©publique.

      Interrompu par la guerre, le d√©veloppement √©conomique de la ville reprit son essor[41] et de nombreuses institutions culturelles ou associations virent alors le jour. En 2001, la pose de la premi√®re pierre pour la reconstruction de la mosqu√©e Ferhadija provoqua une grande agitation chez certains extr√©mistes serbes[42] - [43] - [44]. De m√™me, la d√©claration d'ind√©pendance du Kosovo, survenue le , a √©t√© l'occasion de nombreuses manifestations dans la ville. En revanche, les autorit√©s religieuses de la ville tentent d'apaiser les tensions, √† l'exemple du mufti de Banja Luka Edhem ńĆamdŇĺińá qui d√©clarait en 2004 : ¬ę Il est naturel que les peuples regrettent ce qu'ils ont fait de mal et soient fiers de ce qu'ils ont fait de bien ¬Ľ, ajoutant ¬ę La justice va jaillir comme une source qui jaillit sur les hommes. On ne peut pas l'arr√™ter ¬Ľ[45].

      Depuis le , Banja Luka est la capitale officielle de l’entité de la république serbe de Bosnie.

      Organisation administrative de la ville

      Banja Luka est consid√©r√©e comme une des sept ¬ę villes officielles ¬Ľ de Bosnie-Herz√©govine (en serbe, en bosnien et en croate : sluŇĺbeni gradovi Bosne i Hercegovine), statut qu'elle partage avec Bihańá, Istońćno Sarajevo, Jajce, Mostar, Sarajevo et Zenica[46], les autres villes importantes du pays √©tant officiellement d√©sign√©es comme des ¬ę localit√©s urbaines ¬Ľ (gradsko naselje). L'expression Ville de Banja Luka, avec une majuscule, d√©signe le territoire m√©tropolitain de la ville de Banja Luka intra muros (avec une minuscule), qui, pour les autres localit√©s urbaines, porte le nom de municipalit√© (en serbe : –ĺ–Ņ—ą—ā–ł–Ĺ–į et opŇ°tina ; en bosnien et en croate : opńáina)[46]. Sur le plan administratif, la Ville (comme la municipalit√©) se situe juste au-dessous de l'entit√© que constitue la r√©publique serbe de Bosnie, une des deux entit√©s officielles de la r√©publique de Bosnie-Herz√©govine.

      À un niveau administratif inférieur, le territoire de la Ville est divisé en 56 communautés locales (mjesne zajednice), qui dans la ville intra muros correspondent à divers quartiers et en dehors de la ville à des faubourgs ou à des villages[47]. Certaines communautés locales périurbaines englobent des villages plus petits ou des hameaux.

      Quartiers et faubourgs de Banja Luka

      Le quartier de Centar, le ¬ę Centre ¬Ľ, constitu√© des deux communaut√©s locales de Centar I et Centar II qui, en 1991, comptaient 15 827 habitants[2], correspond au cŇďur historique de Banja Luka. Le quartier abrite un grand nombre d'institutions gouvernementales de la r√©publique serbe de Bosnie, comme la pr√©sidence, le gouvernement ou l'Assembl√©e nationale de la r√©publique serbe de Bosnie ; la pr√©sidence est install√©e dans le palais de la R√©publique serbe (en serbe : –ü–į–Ľ–į—ā–į –†–Ķ–Ņ—É–Ī–Ľ–ł–ļ–Ķ –°—Ä–Ņ—Ā–ļ–Ķ et Palata Republike Srpske)[48], le gouvernement au Centre administratif du gouvernement de la R√©publique serbe (–ź–ī–ľ–ł–Ĺ–ł—Ā—ā—Ä–į—ā–ł–≤–Ĺ–ł —Ü–Ķ–Ĺ—ā–į—Ä –í–Ľ–į–ī–Ķ –†–Ķ–Ņ—É–Ī–Ľ–ł–ļ–Ķ –°—Ä–Ņ—Ā–ļ–Ķ et Administrativni centar Vlade Republike Srpske) et l'Assembl√©e dans l'ancien b√Ętiment de l'Arm√©e populaire yougoslave. Les locaux du gouvernement, de l'assembl√©e et de l'administration de la ville sont √©galement situ√©s dans ce quartier. Le quartier assure √©galement des fonctions administratives et commerciales, par exemple avec le si√®ge central de la Poste de la Ville ou le centre commercial Boska. Il joue un r√īle important sur le plan du tourisme, avec la pr√©sence de la forteresse Kastel qui remonte au Moyen √āge ou d'√©difices religieux comme la cath√©drale du Christ-Sauveur, situ√©e √† proximit√© du Banski dvor, le palais du ban de l'ancienne Banovine du Vrbas, ou l'√©glise de la Sainte-Trinit√©. On y trouve aussi des institutions culturelles et de nombreux h√ītels comme l'H√ītel Bosna et l'H√ītel Palas.

      Borik

      Le quartier de Borik (Borik I et Borik II), avec ses 11 862 habitants[2], situ√© √† l'est du Centar, est bord√© au sud et √† l'ouest par le Vrbas (rive gauche)[49] ; c'est un quartier r√©sidentiel moderne construit pour l'essentiel apr√®s le tremblement de terre de 1969, notamment pour accueillir les sans logis ; il abrite √©galement un parc aquatique. Le quartier d'Obilińáevo, autrefois connu sous le nom de Mejdan, comptait 19 090 habitants en 1991[2] ; situ√© sur la rive droite du Vrbas, il est lui aussi un quartier r√©sidentiel moderne. Sur la m√™me rive droite, figure le quartier de Starńćevica (12 738 habitants) et sur la rive gauche ceux de Końćińáev vijenac, autrefois appel√© Hiseta (7 864 habitants)[50], ou PobrńĎe (2 565 habitants)[51]. LauŇ°, qui comptait 10 910 habitants en 1991[52], est une zone pavillonnaire, organis√©e autour de son √©glise Saint-Jean-Baptiste. Le quartier de Paprikovac est une zone r√©sidentielle constitu√©e de pavillons et de petits immeubles ; le centre m√©dical de Banja Luka y est situ√©. Un autre quartier historique de la ville est celui de Petrińáevac, dont le centre est l'√©glise des Saints-Ap√ītres-Pierre-et-Paul.

      L'√©glise de Drakulińá

      Banja Luka est entour√©e d'un certain nombre de faubourgs, un peu plus √©loign√©s du centre-ville. Au Sud-Est se trouve celui de Rebrovac, o√Ļ se trouvent notamment les b√Ętiments de l'usine Krajina GP Banja Luka l'une des plus importantes de la ville. Vrbanja situ√©e √† km √† l'est du centre de Banja Luka et est travers√©e par deux voies de communication importantes : la voie ferr√©e Banja Luka - Doboj et la route nationale M4 (Banja Luka - Kotor VaroŇ°- Doboj). Le faubourg de Srpske Toplice, qui, avant la guerre de Bosnie-Herz√©govine portait le nom de ҆eher Donji et Gornji ҆eher, est un des cŇďurs historiques de la ville remontant √† l'√©poque ottomane, de m√™me que l'actuel faubourg de Novoselija, qui, avant les destructions de 1993, comptait trois mosqu√©es construites aux XVIe et XVIIe si√®cles. Le faubourg de Banj brdo, situ√© au sud de Banja Luka, est une colline bois√©e qui domine la ville. Toujours √† l'est, s'√©tend le faubourg de ńĆesma ; qui, √† l'ouest de son territoire, re√ßoit la confluence des rivi√®res Vrbas et Vrbanja[53]. Le faubourg de Trapisti est essentiellement constitu√© d'un parc forestier. Au nord de Banja Luka se trouve le faubourg de Lazarevo, autrefois connu sous le nom de BudŇĺak (–Ď—É—ü–į–ļ) ; ce faubourg √©tait autrefois un village ind√©pendant, aujourd'hui int√©gr√© √† Banja Luka ; apr√®s le tremblement de terre de 1969, de nombreux logements provisoires ont √©t√© construits √† Lazarevo, ce qui lui vaut aujourd'hui le surnom de ¬ę ville des baraques ¬Ľ. Parmi les autres faubourgs les plus importants de la Ville, on peut citer ceux de Srpski Milanovac (Tunjice), ZaluŇĺani et Prijeńćani. Un autre faubourg de Banja Luka, Trn, est situ√© dans la municipalit√© de LaktaŇ°i.

      Localités de la Ville de Banja Luka

      Localisation de la municipalité de Banja Luka en Bosnie-Herzégovine

      En 1991, la municipalité de Banja Luka comptait 54 localités :

      Administration municipale

      Les fonctions de chacune des institutions municipales sont d√©finies par le statut de la ville de Banja Luka (en serbe cyrillique : –°—ā–į—ā—É—ā –ď—Ä–į–ī–į –Ď–į—ö–į –õ—É–ļ–į ; en serbe latin : Statut Grada Banja Luka)[54].

      En tant que ville, Banja Luka poss√®de un maire (en serbe : gradonańćelnik) √©lu pour quatre ans au suffrage universel direct ; il est assist√© dans ses fonctions par un maire adjoint (zamjenik gradonańćelnika) qui le remplace en cas d'absence prolong√©e. En tant que chef de l'ex√©cutif, le maire propose des d√©cisions √† l'Assembl√©e de la ville, il lui soumet un budget, veille √† l'ex√©cution des d√©cisions de l'Assembl√©e mais aussi coordonne les relations avec les autres villes ou municipalit√©s du pays et s'occupe des relations internationales. Depuis d√©cembre 2020, le maire est DraŇ°ko Stanivukovińá[55].

      Le pouvoir l√©gislatif est repr√©sent√© par l'Assembl√©e de la ville (SkupŇ°tina Grada), √©lue pour quatre ans en m√™me temps que le maire. Elle est compos√©e de 31 membres, ainsi r√©partis[56] :

      Démographie

      Aucun recensement g√©n√©ral n'a √©t√© effectu√© en Bosnie-Herz√©govine depuis 1991. Sous la pression de l'Arm√©e de la r√©publique serbe de Bosnie, de nombreuses populations musulmanes et catholiques ont quitt√© le secteur de Banja Luka au moment de la guerre de Bosnie-Herz√©govine, tandis qu'environ 65 000 r√©fugi√©s serbes en provenance de Croatie sont parall√®lement venus s'y installer √† la suite de l'√©puration ethnique de la r√©gion de la Kninska Krajina pendant l'op√©ration Temp√™te en 1995. De ce fait, les donn√©es de 1991 sont √† consid√©rer avec prudence et comme ayant sans doute une valeur historique. La cat√©gorie Musulmans, encore juridiquement valide en Serbie, en Slov√©nie, en r√©publique serbe de Bosnie, au Mont√©n√©gro, en Mac√©doine et en Croatie d√©signe essentiellement des populations slaves de tradition musulmane ; ils se d√©signent aujourd'hui pour la plupart comme des Bosniaques. Une autre cat√©gorie de recensement m√©rite un commentaire : les Yougoslaves regroupaient les citoyens qui refusaient de se reconna√ģtre dans une cat√©gorie ethnique ou religieuse et sans doute attach√©s √† l'id√©e d'un regroupement des peuples divers dans l'entit√© yougoslave.

      Répartition de la population dans Banja Luka intra muros (1991)

      Répartition de la population par nationalités dans Banja Luka en 1991
      Nationalité Nombre %
      Serbes 70 155 49,03
      Musulmans 27 689 19,35
      Yougoslaves 22 645 15,83
      Croates 15 700 10,97
      Inconnus/Autres 6 890 4,82[2]

      √Čvolution historique de la population dans la ville

      √Čvolution d√©mographique
      1971 1981 1991
      158 736183 618195 692

      Pyramide des √Ęges de la ville (1991)

      Répartition de la population par nationalités dans la ville (1991)

      En 1991, sur un total de 195 692 habitants, la population de la zone m√©tropolitaine de Banja Luka comptait une majorit√© de Serbes (54,59 %), avec d'importantes minorit√©s de Croates (14,83 %) et de Musulmans/Bosniaques (14,59 %) ; ceux qui refusaient de se reconna√ģtre dans une cat√©gorie ethnique ou religieuse se d√©finissaient comme Yougoslaves et repr√©sentaient 12,09 % de la population[2] - [52] :

      • R√©partition de la population par nationalit√©s dans la ville de Banja Luka en 1971
        Répartition de la population par nationalités dans la ville de Banja Luka en 1971
      • R√©partition de la population par nationalit√©s dans la ville de Banja Luka en 1991
        Répartition de la population par nationalités dans la ville de Banja Luka en 1991

      Répartition de la population (2013)

      Nationalité Nombre %
      Serbes 165 750 89,57
      Musulmans 7 681 4,15
      Croates 5 104 2,76
      Inconnus/Autres 6 507 3,52
      Total 185 042 100

      Religions

      La nouvelle mosquée de Vrbanja, 2010.

      Banja Luka est le si√®ge de l'√©parchie de Banja Luka, une subdivision de l'√Čglise orthodoxe serbe[58]. Cette √©parchie, ou ¬ę dioc√®se ¬Ľ (en serbe cyrillique : –Ķ–Ņ–į—Ä—Ö–ł—ė–į ; en serbe latin : eparhija), est actuellement dirig√©e par l'√©v√™que Jefrem. Son territoire, plus vaste que celui de la Ville, est divis√© en dix gouvernorats (–Ĺ–į–ľ—ė–Ķ—Ā–Ĺ–ł—ą—ā–≤–į/namjesniŇ°tva) : Banja Luka, GradiŇ°ka, Zmijanje, Kotor VaroŇ°, LaktaŇ°i, Jajce-Mrkonjińá Grad, Poun, Prijedor, Prnjavor et Srbac[59]. Chacun de ces gouvernorats est lui-m√™me subdivis√© en paroisses (–Ņ–į—Ä–ĺ—Ö–ł—ė–Ķ/parohije). Le secteur de Banja Luka s'√©tend sur deux gouvernorats, celui de Banja Luka proprement dit et celui de Zmijanje, qui comptent respectivement 23 et 12 paroisses[60] - [61]. Les √©glises orthodoxes, dont la cath√©drale du Christ-Sauveur et les monast√®res orthodoxes serbes rel√®ve de l'√©parchie de Banja Luka. Deux monast√®res se trouvent sur le territoire de Banja Luka, Gomionica[62] et Kurpa na Vrbasu[63] ; trois autres fondations religieuses sont situ√©es sur le territoire de l'√©parchie, Liplje[64], MoŇ°tanica[65] et Stuplje[66].

      La ville est √©galement le si√®ge du dioc√®se catholique de Banja Luka (en croate : Banjaluńćka biskupija), cr√©√© le par la bulle Ex hac augusta du pape L√©on XIII. Il est suffragant de l'archidioc√®se de Vrhbosna et, depuis 1985, il est administr√© par Franjo Komarica[67]. La ville abrite la cath√©drale catholique romaine Saint-Bonaventure. Une premi√®re cath√©drale a √©t√© construite entre 1885 et 1887 dans un style n√©ogothique mais, d√©truite lors du tremblement de terre de 1969, elle a √©t√© remplac√©e par un √©difice moderne b√Ęti en 1972 et 1973, avec un clocher √©rig√© en 1990 ; elle a √©t√© d√©dicac√©e en 2001, lors du 120e anniversaire de l'√©tablissement du dioc√®se[68]. Le dioc√®se est divis√© en cinq paroisses : la paroisse de la Visitation de la Sainte Vierge Marie √† Banja Luka, la paroisse Saint-Antoine √† Petrińáevac, la paroisse Sainte-Th√©r√®se de l'enfant J√©sus √† Presnańće, la paroisse de l'Assomption de la Sainte Vierge Marie √† Trapisti et la paroisse de BudŇĺak (aujourd'hui Lazarevo)[69]. √Ä la suite des √©v√©nements survenus lors de la guerre de Bosnie-Herz√©govine, la population catholique de Banja Luka et de sa r√©gion est en nette diminution[70]. En dehors de la cath√©drale, deux √©glises seulement subsistent aujourd'hui : l'√©glise de la Visitation-de-la-Sainte-Vierge-Marie et la grande √©glise de l'Assomption-de-la-Sainte-Vierge-Marie, qui sert √† la fois d'√©glise pour les moines trappistes et pour les fid√®les de la paroisse ; d'autres √©glises, d√©truites en 1995, sont en cours de reconstruction[70]. Divers ordres religieux sont pr√©sents sur le territoire de la ville comme les franciscains √† Petrińáevac, les trappistes √† DelibaŇ°ino Selo, les sŇďurs de la charit√© de Saint-Vincent de Paul √† Banja Luka et les sŇďurs adoratrices du sang du Christ √† BudŇĺak[69]. En 2003, Banja Luka a re√ßu une visite pastorale du pape Jean-Paul II[67]. Parmi les autres communaut√©s chr√©tiennes, on peut citer la pr√©sence dans la Ville de l'√Čglise grecque-catholique ukrainienne[71] ou de l'√Čglise adventiste.

      Avant la guerre de Bosnie-Herz√©govine, la communaut√© musulmane repr√©sentait entre 14 et 19 % de la population de Banja Luka. En 1993, de nombreuses mosqu√©es de la ville ont √©t√© d√©truites et une grande partie de la population musulmane s'est install√©e dans la F√©d√©ration de Bosnie-Herz√©govine. Aujourd'hui les musulmans sont dirig√©s par le mufti de Banja Luka, Ehem efendi ńĆamdŇĺińá, qui d√©pend du riyasat de Bosnie-Herz√©govine dont la plus haute autorit√© est Mustafa Cerińá, le grand mufti (reis-ul-ulema) de Bosnie[72] - [73]. Avant la guerre, la ville comptait 16 mosqu√©es, toutes d√©truites en 1993 ; sept d'entre elles sont aujourd'hui en reconstruction[74].

      Culture

      Banja Luka est le si√®ge de l'Acad√©mie des sciences et des arts de la R√©publique serbe (en serbe cyrillique : –ź–ļ–į–ī–Ķ–ľ–ł—ė–į –Ĺ–į—É–ļ–į –ł —É–ľ—ė–Ķ—ā–Ĺ–ĺ—Ā—ā–ł –†–Ķ–Ņ—É–Ī–Ľ–ł–ļ–Ķ –°—Ä–Ņ—Ā–ļ–Ķ ; en abr√©g√© : ANURS) ; cette institution culturelle nationale fond√©e en 1996 est compos√©e de quatre d√©partements : sciences sociales, art et litt√©rature, sciences math√©matiques, naturelles et techniques et sciences m√©dicales[75]. La ville accueille aussi la Biblioth√®que nationale et universitaire de la R√©publique serbe, dont l'origine remonte √† 1935[76] et les Archives de la R√©publique serbe cr√©√©es en 1992[77]. Le mus√©e de la R√©publique serbe a √©t√© cr√©√© en 1930 sous le nom de mus√©e de la Banovine du Vrbas ; il poss√®de environ 30 000 pi√®ces r√©parties en cinq d√©partements : arch√©ologie, histoire, ethnologie-ethnographie, histoire de l'art et science ; il dispose aussi d'une biblioth√®que comptant 14 000 ouvrages[78]. Le mus√©e d'art moderne de la R√©publique serbe, quant √† lui, remonte √† 1971 ; il pr√©sente notamment des collections de peintures, sculptures, dessins et aquarelles, soit en tout environ 1 300 Ňďuvres, pour l'essentiel cr√©√©es dans la seconde moiti√© du XXe si√®cle[79].

      Le Th√©√Ętre national de la R√©publique serbe, fond√© le sous le nom de Th√©√Ętre national de la Banovine du Vrbas, est une des grandes institutions culturelles de la ville ; il dispose d'une troupe de 25 acteurs[80] et de deux salles : la grande salle et la salle Petar Konńćińá[81]. Chaque ann√©e, en juin, il organise un festival de th√©√Ętre appel√© TeatarFest Petar Końćińá[82] et il participe √©galement √† divers festivals √† l'ext√©rieur de la Bosnie-Herz√©govine ; il √©tait repr√©sent√© au JoakimFest de Kragujevac (Serbie) en 2007 et 2009[83] et aussi au JoakimInterFest de la m√™me ville en 2007 et 2008[84]. Banja Luka poss√®de √©galement un th√©√Ętre pour enfants (–Ē—ė–Ķ—á–ł—ė–Ķ –Ņ–ĺ–∑–ĺ—Ä–ł—ą—ā–Ķ –†–Ķ–Ņ—É–Ī–Ľ–ł–ļ–Ķ –°—Ä–Ņ—Ā–ļ–Ķ) cr√©√© en 1955 et qui pr√©sente notamment des spectacles de marionnettes ; depuis 2002, il organise un Festival international des th√©√Ętres pour enfants[85] - [86] et participe lui-m√™me √† de nombreux festivals √† l'√©tranger[87].

      Banja Luka accorde une importance particuli√®re au cin√©ma. Chaque ann√©e, elle accueille plusieurs manifestations, comme le Festival international du film d'animation ; cr√©√© en 1971, il est soutenu par le minist√®re de la Culture de la r√©publique serbe de Bosnie et organis√© par l'Association pour les arts visuels Fenix Art[88] - [89]. En coop√©ration avec la ville, l'Institut du film de Banja Luka organise √©galement un Festival international du film (en serbe : Banjaluńćki Internacionalni Filmski Festival ; en abr√©g√© : BLIFF)[90], ainsi que le Festival international du court m√©trage Kratkofil ; en 2009, pour sa troisi√®me √©dition, ce festival avait comme slogans : ¬ę Le film bon march√© sauvera le monde ¬Ľ et ¬ę L'avenir du film se trouve dans les petits budgets ¬Ľ[91].

      Parmi les autres institutions culturelles, on peut citer le centre culturel Banski dvor (Kulturni centar Banski dvor) ou le centre culturel Geto[92]. Ville √† la population diverse, Banja Luka est le si√®ge d'un Centre culturel croate (Hrvatski Kulturni Centar ; en abr√©g√© : HKC)[93] et d'une Association des minorit√©s nationales de la R√©publique serbe (Savez nacionalnih manjina Republike Srpske)[94]. De nombreuses associations animent la vie culturelle de Banja Luka, comme les associations folkloriques MasleŇ°a (Folklorni ansambl MasleŇ°a)[95] et ńĆajavec (Folklorni ansambl ńĆajavec), cr√©√© en 1952[96], la Soci√©t√© culturelle et √©ducative ukrainienne Taras ҆evńćenko (Kulturno-prosvjetno udruŇĺenje Ukrajinaca Taras ҆evńćenko)[97] ou l'orchestre de percussions de Banja Luja (TamburaŇ°ki orkestar Banja Luka)[98], ainsi que le chŇďur Jedinstvo.

      Sur le plan international, Banja Luka dispose d'un centre culturel français[92] et d'un American Corner, qui a ouvert ses portes le et est hébergé dans les locaux de la Bibliothèque nationale et universitaire de la République serbe[99].

      Architecture

      Le plus ancien √©difice de Banja Luka est la forteresse Kastel. Sans doute d'origine romaine, cet ensemble militaire a √©t√© r√©organis√© apr√®s la conqu√™te ottomane ; renforc√©e de 1712 √† 1714 par Numan-pacha ńÜuprilińá et agrandie dans l'esprit des travaux de Vauban, la forteresse a pris la forme d'un trap√®ze allong√©, avec des murailles, des bastions et des tours, tandis que la partie occidentale fut entour√©e de douves[100].

      La p√©riode ottomane est d'abord marqu√©e par les constructions de Ferhat-pacha Sokolovińá, qui fut bey du pachalik de Bosnie √† partir de 1574. Ce dignitaire fit construire 216 √©difices dans la ville entre 1579 et 1587, comme la mosqu√©e Ferhadija, ainsi nomm√©e en son honneur et qui fut construite en 1579, sans doute par un √©l√®ve de l'architecte Mimar Sinan, le cr√©ateur du style classique ottoman[101] - [102] ; d√©truite en 1993, cette mosqu√©e est aujourd'hui en cours de reconstruction ; √† proximit√© s'√©levait une tour de l'horloge (en bosnien : sahat kula), caract√©ristique de l'architecture ottomane dans les Balkans[103]. L'autre mosqu√©e importante de la ville est la mosqu√©e Arnaudija, commandit√©e par Hasan defterdar, le ministre des Finances du pachalik de Bosnie et √©difi√©e en 1594 et 1595 ; cette construction s'inscrivait dans le plan de Ferhat-pacha d'urbaniser la partie basse de la ville actuelle de Banja Luka, le long de la route qui menait de la colline de LauŇ° √† la rivi√®re Vrbas[104]. D'autres √©difices datent de cette p√©riode, comme la mosqu√©e de Behram-beg, construite √† la fin du XVIe si√®cle ou au d√©but du XVIIe si√®cle dans l'actuel faubourg de Novoselija[105], la mosqu√©e de Gazanfer-bey (ou Gazanferija), datant de 1578[106]. La mosqu√©e de Mehdi-bey Imamovińá, situ√©e dans le quartier de Hiseta (aujourd'hui Końćińáev vijenac) et construite au d√©but du XVIIe si√®cle[107]. La mosqu√©e de Potok, situ√©e pr√®s de la ville, date elle aussi de 1630[108] et la mosqu√©e de HadŇĺi Zulfikar (ou Tulekova) a √©t√© √©difi√©e en 1760[109]. La ville abrite de nombreux turbes (tombeaux ottomans), comme celui de Halil-pacha, originaire de Lijevńćanin, pr√®s de Banja Luka, successeur de Fehrat-pacha et amiral de la flotte turque[110]. Quelques demeures de dignitaires ou de riches particuliers subsistent encore de cette p√©riode, comme la maison du pacha ńźumiŇ°ińá[111], la maison KapidŇĺińá, qui remonte √† la fin du XVIIIe si√®cle ou au d√©but du XIXe si√®cle[112] ou la maison ҆eranińá, construite √† la fin du XVIIIe si√®cle[113].

      La rue Gospodska

      De nombreux √©difices remontent √† la p√©riode austro-hongroise de l'histoire de Banja Luka. La maison imp√©riale (en serbe : Carska kuńáa), situ√©e au centre-ville, a √©t√© construite entre 1878 et 1883, avec des murs de briques enduits de mortier et peints typique de l'architecture d'Europe centrale[114] ; elle abrite aujourd'hui les Archives de la R√©publique serbe. L'ancienne gare de Banja Luka, construite √† la fin du XIXe si√®cle abrite aujourd'hui le mus√©e d'art moderne de la R√©publique serbe de la ville[115]. De cette √©poque la ville conserve plusieurs ensemble architecturaux, notamment ceux des rues Kralja Petra et Mladena Stojanovińáa ; la rue Kralja Petra, l'art√®re principale du centre-ville, avec ses arbres plant√©s en 1882, est bord√©e de belles villas ; on y trouve aussi une petite gare datant de la m√™me √©poque et aujourd'hui transform√©e en restaurant. La rue Gospodska, l'une des plus pittoresques de Banja Luka, poss√®de de nombreuses maisons construites au tournant des XIXe et XXe si√®cles ; elle est devenue une rue pi√©tonne dot√©e de boutiques √©l√©gantes et, par excellence, le lieu de rendez-vous de la ville[116].

      Le ńĆajavńćev neboder

      L'architecture de la premi√®re moiti√© du XXe si√®cle est bien repr√©sent√©e dans la ville. L'√©glise abbatiale Sainte-Marie-de-l'-√Čtoile, encore connue sous le nom d'√©glise de la Visitation de la Sainte-Vierge-Marie, est situ√©e dans le faubourg de DelibaŇ°ino Selo ; elle fait partie de l'ensemble cistercien (trappiste) associ√© au nom du moine Franz Pfanner ; √©difi√©e en 1925 et 1926, agrandie en 1928, elle est caract√©ristique d'une architecture n√©o-cistercienne ; elle abrite des peintures, des sculptures, ainsi que du mobilier liturgique et une biblioth√®que de grande valeur[117]. Les ann√©es 1930 furent particuli√®rement f√©condes sur le plan architectural, notamment sous l'impulsion du ban Svetislav Milosavljevińá, qui voulut construire des b√Ętiments prestigieux pour h√©berger le pouvoir et l'administration de la Banovine du Vrbas, nouvellement cr√©√©e au sein du Royaume de Yougoslavie. Deux √©difices importants furent √©difi√©s √† son initiative : le Banski dvor et l'actuel Palais municipal ; ces deux √©difices, construits parall√®lement en 1931 et 1932, sont caract√©ristiques d'un m√©lange d'architecture n√©orenaissance et d'architecture n√©oclassique, avec des influences de l'architecture m√©di√©vale et l'architecture traditionnelle serbe. De nombreuses autres r√©alisations datent de cette √©poque, dans un style moins √©clectique, notamment influenc√© par le Bauhaus, comme l'actuel th√©√Ętre national de la R√©publique serbe, construit en 1933 et 1934, ou l'actuel palais de la R√©publique serbe, construit en 1936 pour la Banque hypoth√©caire de la ville et qui sert aujourd'hui de r√©sidence au pr√©sident de la r√©publique serbe de Bosnie[116].

      Apr√®s la Seconde Guerre mondiale, √† l'√©poque de la r√©publique f√©d√©rale socialiste de Yougoslavie, Banja Luka a vu s'√©difier un certain nombre de b√Ętiments caract√©ristiques de l'architecture brutaliste et du r√©alisme socialiste, ainsi qu'en atteste le ńĆajavńćev neboder, une tour de b√©ton gris qui domine la place de la Krajina, au centre de la ville. La derni√®re partie du XXe si√®cle est, elle, marqu√©e par la construction d'√©difices r√©solument contemporains, comme la cath√©drale catholique Saint-Bonaventure (ann√©es 1970) ou le Centre administratif du gouvernement de la R√©publique serbe, construit entre 2005 et 2007 en verre et en acier. En revanche, la cath√©drale orthodoxe du Christ-Sauveur, √©difi√©e entre 1993 et 2009 sur les vestiges d'√©glises plus anciennes, est caract√©ristique de l'architecture n√©o-byzantine ; ses murs sont constitu√©s d'une couche ext√©rieure de travertin rouge et jaune en provenance de M√©sopotamie, renforc√©e de b√©ton et de briques et son d√īme est constitu√© d'acier recouvert d'or ; le d√īme s'√©l√®ve √† une hauteur de 22,5 m et le clocher de l'√©glise atteint 47 m ; cette cath√©drale a √©t√© consacr√©e en mai 2009[118].

      Tourisme

      En plus de ses mus√©es et de son architecture, Banja Luka poss√®de un certain nombre de sites qui peuvent √™tre appr√©ci√©s des touristes. La ville est r√©put√©e pour ses nombreux espaces verts, comme les parcs Mladen Stojanovińá et Petar Końćińá. Le faubourg de Banj brdo est situ√© sur une colline qui s'√©l√®ve √† une altitude de 431 m, au sud du centre-ville, sur la rive droite du Vrbas ; cette colline bois√©e constitue un lieu de promenade pour les habitants de Banja Luka ; le site offre un vaste panorama sur la ville et les hauteurs avoisinantes ; on y trouve le monument aux combattants morts pour la Krajina de Bosnie (1941-1945)[119]. Le faubourg de DelibaŇ°ino Selo (en serbe cyrillique : –Ē–Ķ–Ľ–ł–Ī–į—ą–ł–Ĺ–ĺ –°–Ķ–Ľ–ĺ), situ√© √† km au nord-est de la Banja Luka, permet de suivre l'√©volution industrielle de la ville. Les moines trappistes s'y sont install√©s en 1869 et y ont fond√© un monast√®re. Ils y ont √©galement construit tout un complexe artisanal et industriel, en fabriquant notamment de la bi√®re, du fromage ou des p√Ętes alimentaires. L'ensemble √©tait compl√©t√© par une centrale hydro√©lectrique, un moulin, une usine de textiles, un atelier d'imprimerie, une briqueterie, une boulangerie etc. Encore aujourd'hui, il est possible de visiter le monast√®re, la brasserie Banjaluńćka pivara et le pub Zlatna krigla, ¬ę La Chope d'or ¬Ľ, ainsi que la vieille centrale hydro√©lectrique Le zoo de Banja Luka et le parc forestier de Trapisti, situ√©s √† proximit√©, sont des lieux de promenade appr√©ci√©s des habitants de la ville[20].

      L'√©glise en bois de Tovilovińái

      Sur le territoire de la ville de Banja Luka un certain nombre d'√©difices ont √©t√© construits, qui peuvent int√©resser les amateurs d'histoire et d'architecture, comme le monast√®re orthodoxe de Krupa na Vrabsu, d√©dicac√© au proph√®te √Člie ; sans doute fond√© en 1317 par des moines venus du monast√®re de Krupa en Dalmatie, plusieurs fois d√©truit et reconstruit, il est situ√© √† 25 km de Banja Luka sur la route de Mrkonjińá Grad, √† proximit√© des ruines de l'ancienne forteresse m√©di√©vale de Greben[120]. Le hameau de Tovilovińái, sur le territoire du village de Krupa na Vrbasu, poss√®de une vieille √©glise en bois d√©di√©e √† saint Nicolas. Le monast√®re de Gomionica, quant √† lui, dont l'origine remonte au XVe si√®cle abrite des √©difices comme l'√©glise de la Visitation-de-la-Vierge, l'ancien konak du monast√®re, une partie de l'ancien mur d'enceinte, une ancienne fontaine dans le cimeti√®re monastique et l'ancien cimeti√®re du village[14]. Entre Banja Luka et Jajce se dresse la forteresse de Bońćac, construite √† la fin du XVe si√®cle, et, √† 10 km au sud de la ville, se trouvent les ruines de la forteresse de Zveńćaj, mentionn√©e pour la premi√®re fois en 1404[116].

      Les alentours de Banja Luka offrent toutes sortes de possibilit√©s pour les amis de la nature, comme le Parc national de Kozara, cr√©√© en 1967 et propice √† la randonn√©e[121] - [122]. Le site Ramsar du lac de Bardańća, sur le territoire de la municipalit√© de Srbac, est situ√© √† proximit√© de la ville[123]. La chasse et la p√™che figurent parmi les activit√©s sportives d√©velopp√©es dans la r√©gion. Les eaux de la rivi√®re Vrbas abondent en carpes, brochets et poissons chats. En dehors de sa partie septentrionale, le territoire de la Ville de Banja Luka est entour√© de collines ou de montagnes couvertes de for√™ts ; on peut, notamment y chasser des canards sauvages et des oies. La for√™t de Trapisti abrite un grand nombre de faisans et de lapins. En plus de la chasse ou de la p√™che, la r√©gion propose diverses activit√©s sportives comme le rafting, le kayak, le parapente, l'alpinisme ou la sp√©l√©ologie, particuli√®rement d√©velopp√©s dans les gorges du Vrbas.

      Sport

      L'association sportive Borac Banja Luka regroupe quelques-uns des clubs les plus importants de la ville[124]. Le club de football FK Borac Banja Luka a été créé en 1926[125] et concourt pour le championnat de Bosnie-Herzégovine de football. Fait également partie de l'association le club de handball RK Borac Banja Luka ; créé en 1950[126], il a été sept fois vainqueur du championnat de Yougoslavie et certains de ses joueurs, sélectionnés pour les jeux olympiques, ont remporté des médailles d'or à Munich (1972) et à Los Angeles (1984) et une médaille de bronze à Séoul (1988)[127]. Le club de basket-ball KK Borac Banja Luka, encore connu sous le nom de KK Borac Nektar, a été créé en 1947[128]. En plus du FK Borac, Banja Luka possède deux autres clubs de football importants, le FK BSK Banja Luka et le FK Omladinac Banja Luka.

      D'autres sports sont repr√©sent√©s dans la ville. Le Bokserski klub Slavija est un club de boxe fond√© en 1960 ; son premier pr√©sident fut Gojko Krstanovińá et il a accueilli des sportifs comme Marijan BeneŇ°, Anton Josipovińá et Radovan Bisińá[129]. La ville compte aussi quatre clubs de kick boxing, dont le Kik boks klub DraŇĺenko Ninińá, ainsi nomm√© en l'honneur de DraŇĺenko Ninińá, un sportif, qui vit √† Banja Luka et qui a √©t√© champion du monde de coup de pied bas (en anglais : low kick) de la WAKO en 2008[130] et champion du monde de la WKA dans la m√™me discipline en 2009[131]. Le Ronilacki klub BUK Banja Luka, un club de plong√©e, a commenc√© ses activit√©s en 1976[132]. Le Motor klub MarŇ°al a √©t√© cr√©√© en 2001[133]. Banja Luka poss√®de en outre un club de rafting, le Rafting Klub Kanjon, qui organise des activit√©s sportives sur le Vrbas[134] mais qui se pr√©occupe aussi de l'√©quilibre √©cologique de la rivi√®re[135] ; parall√®lement √† ses activit√©s locales, le club coordonne les activit√©s de la F√©d√©ration de rafting de Bosnie-Herz√©govine[136] ; dans ce cadre, il a contribu√©, en coop√©ration avec la municipalit√© de Banja Luka, √† l'organisation des Championnats du monde de rafting 2009 qui se sont tenus dans la ville[137]. Les comp√©titions se sont d√©roul√©es dans les canyons du Vrbas et sur la rivi√®re Tara. D'autres comp√©titions comme le championnat d'Europe de cano√ę-kayak slalom 2011 ont eu lieu sur le Vrbas. Le club d'handibasket de la ville, le KKI Vrbas Banja Luka, accueille, pour sa premi√®re participation √† une coupe d'Europe, la phase finale de l'EuroCup 4 (ou Challenge Cup), en mai 2016 (quatri√®me division europ√©enne)[138].

      Parmi les installations sportives de la ville, on peut citer le Gradski stadion (en serbe cyrillique : –ď—Ä–į–ī—Ā–ļ–ł —Ā—ā–į–ī–ł–ĺ–Ĺ), qui sert √† l'entra√ģnement et aux matchs du FK Borac ; il dispose d'une capacit√© de 12 000 places, dont 4 000 assises et 8 000 debout[139]. La Salle Borik (Dvorana Borik) a ouvert ses portes le ; elle est la salle attitr√©e du RK Borac et du KK Borac mais accueille aussi d'autres manifestations sportives ; elle dispose de 3 000 places assises[140] ; de nombreux √©v√©nements y sont organis√©s, concerts, foires ou r√©unions politiques ; pendant la guerre de Bosnie-Herz√©govine, elle a √©galement abrit√© de nombreux r√©fugi√©s[141]. La ville dispose en plus de plusieurs courts de tennis, notamment ceux du parc Mladen Stojanovińá et de Borik[142], ainsi que d'un auto-motodrome situ√© √† ZaluŇĺani[143]. Une piscine olympique a √©t√© inaugur√©e √† Banja Luka le [144]. Depuis 2007, la ville accueille l'arriv√©e de deux √©preuves de cyclisme sur route, class√©e √† l'UCI Europe Tour : Belgrade-Banja Luka I et II.

      En juin 2016, la ville accueille les championnats du monde de descente en cano√ę-kayak.

      √Čconomie

      L'entr√©e de la Banjaluńćka pivara

      √Ä l'√©poque de la r√©publique f√©d√©rale socialiste de Yougoslavie, Banja Luka a connu un important essor √©conomique ; en revanche, m√™me si la ville ne fut pas directement touch√©e par les combats de la guerre de Bosnie-Herz√©govine (1992-1995), son √©conomie a √©t√© affect√©e par une importante crise. Apr√®s la guerre, et notamment depuis 2000, la cit√© a renou√© avec la croissance, marqu√©e par l'installation de firmes internationales comme Siemens, PepsiCo ou le groupe serbe Delta[41]. La ville a accompagn√© et prolong√© ce mouvement avec la cr√©ation de trois organismes en 2003[145] : le Centre pour le d√©veloppement et la promotion des villages (en serbe : Centar za razvoj i unapreńĎenje sela), l'office du tourisme de la ville de Banja Luka (Turistińćka organizacija Grada Banja Luka) et l'Agence pour le d√©veloppement de la ville (Gradska razvojna agencija)[146].

      Banja Luka constitue aujourd'hui un centre important de distribution de l'√©lectricit√© dans la r√©publique serbe de Bosnie. La holding Elektroprivreda Republike Srpske (en serbe cyrillique : –ē–Ľ–Ķ–ļ—ā—Ä–ĺ–Ņ—Ä–ł–≤—Ä–Ķ–ī–į –†–Ķ–Ņ—É–Ī–Ľ–ł–ļ–Ķ –°—Ä–Ņ—Ā–ļ–Ķ ; en abr√©g√© ERS), cr√©√©e en 1992 et dont le si√®ge est √† Trebinje, la seconde soci√©t√© du secteur √©nerg√©tique en Bosnie-Herz√©govine apr√®s Elektroprivreda Bosne i Hercegovine[147], poss√®de √† Banja Luka une filiale appel√©e Elektrokrajina Banja Luka[148], cot√©e en bourse[149] ; en plus de la distribution d'√©nergie qui couvre 47 % de la consommation de la r√©publique serbe de Bosnie[150], cette soci√©t√© con√ßoit et r√©alise des centrales √©lectriques[151]. Toujours dans le domaine de l'√©nergie, Elektroprenos Bosne i Hercegovine Banja Luka (en bosnien et en croate : Elektroprijenos Bosne i Hercegovine Banja Luka), distribue de l'√©lectricit√© en Bosnie-Herz√©govine ; la soci√©t√© connecte √©galement les r√©seaux bosno-herz√©goviens avec les r√©seaux √©lectriques des pays voisins, assurant ainsi l'exportation, l'importation ou le transit de l'√©nergie[152].

      Le centre commercial TrŇĺnica

      La m√©tallurgie est repr√©sent√©e par la soci√©t√© JelŇ°ingrad livnica ńćelika (JLG) cr√©√©e en 1937 ; elle est sp√©cialis√©e dans le moulage de pi√®ces en acier dont plus de 90 % sont destin√©es √† l'exportation[153]. La soci√©t√© Krajina GP, quant √† elle, travaille dans le secteur de la construction ; elle propose la conception et la r√©alisation d'immeubles r√©sidentiels, publics ou de structures industrielles mais elle s'occupe aussi de g√©nie civil, avec la construction de ponts et de viaducs[154] ; parmi ses r√©alisations r√©centes √† Banja Luka, on peut citer le centre hospitalier (Klinińćki centar) du quartier de Paprikovac, la gare ferroviaire (ŇĹeljeznińćka stanica), les usines ou entrep√īts de JelŇ°ingrad livnica ńćelika et de Vitaminka, ou encore le centre commercial Boska ; l'entreprise a √©galement travaill√© √† la reconstruction de la cath√©drale du Christ-Sauveur[155] et elle travaille actuellement √† la construction de l'Aleja Centar, un complexe qui m√™le des immeubles r√©sidentiels et des immeubles d'affaires[156].

      Le centre commercial Boska, dans le centre-ville

      De nombreuses autres soci√©t√©s ont leur si√®ge dans la ville. La Banjaluńćka pivara, la ¬ę Brasserie de Banja Luka ¬Ľ, dont l'origine remonte √† 1873[157], produit notamment de la bi√®re vendue sous la marque Nektar[158]. Vitaminka, cr√©√©e en 1947, est une entreprise du secteur agroalimentaire qui transforme des l√©gumes et des fruits[159] ; son capital est d√©tenu √† plus de 75 % par la soci√©t√© suisse Kreis-Industriehandel AG[160]. Srpske PoŇ°te est une soci√©t√© sp√©cialis√©e dans les services de t√©l√©communication int√©gr√©s ; elle propose notamment des services Internet mais aussi des services postaux traditionnels comme le traitement du courrier et des colis ; la soci√©t√© op√®re √† travers un r√©seau de 262 succursales pr√©sentes dans tout le pays[161]. Meridian est une soci√©t√© de transport international de fret, qui propose aussi des services logistiques ; elle dispose de deux entrep√īts, l'un √† Banja Luka, l'autre √† Novi Grad, ainsi que de 13 succursales r√©parties dans toute la Bosnie-Herz√©govine[162]. ńĆistońáa travaille dans le domaine du traitement des d√©chets urbains, notamment des d√©chets dangereux, de leur collecte jusqu'√† leur √©limination[163]. Boska RK travaille dans le secteur du commerce de d√©tail et TrŇĺnica, une autre entreprise commerciale, travaille aussi bien dans le commerce de gros que dans le commerce de d√©tail[164]. Telekom Srpske, qui a son si√®ge √† Banja Luka, est un des plus importants op√©rateurs de t√©l√©communications de Bosnie-Herz√©govine, que ce soit pour les t√©l√©phones fixes et mobiles ou pour internet ; le capital de la soci√©t√© est d√©tenu √† hauteur de 65 % par la compagnie serbe Telekom Srbija[165] - [166].

      Une entreprise de la holding Incel

      La ville est √©galement la place financi√®re principale de la R√©publique serbe, notamment avec les si√®ges de la Banque nationale et de la Bourse de Banja Luka (en serbe cyrillique : –Ď–į—ö–į–Ľ—É—á–ļ–į –Ī–Ķ—Ä–∑–į ; en serbe latin Banjaluńćka berza)[167] ; son indice principal est le BIRS. Banja Luka est √©galement le si√®ge de nombreuses banques comme Nova banka[168] - [169], la Balkan Investment Bank, une banque commerciale cr√©√©e en 2000[170] et d√©tenue en majorit√© par des capitaux lituaniens[171], Hypo-Alpe-Adria Bank[172], NLB Razvojna banka[173], Unicredit bank[174] - [175] ou Komercijalna banka[176], une filiale de la Komercijalna banka Beograd. La ville abrite aussi des compagnies financi√®res de courtage ou des compagnies d'assurances, comme Kosig Dunav osiguranje, cr√©√©e en 1991 ; son principal actionnaire est Dunav osiguranje Beograd, qui d√©tient 59,47 % de son capital[177]. La soci√©t√© Incel Holding est sp√©cialis√©e dans l'acquisition, la gestion, l'√©valuation et la vente de participations dans d'autres soci√©t√©s ; elle g√®re le portefeuille de six entreprises : Energetika d.o.o. Banja Luka, une entreprise publique travaillant dans le domaine de l'√©lectricit√©, Viskoza d.o.o. Banja Luka (immobilier et commerce), Celuloza d.o.o. Banja Luka (location de biens immobiliers), Elektroliza d.o.o. Banja Luka (industrie chimique), Industrijske plantaŇĺe Banja Luka (exploitation foresti√®re)[178], et Slobodna zona a.d Banja Luka (exploitation de la zone franche de la ville)[179].

      Médias

      L'immeuble de Glas Srpske

      Le quotidien le plus important de Banja Luka porte le nom de Glas Srpske (en serbe cyrillique : –ď–Ľ–į—Ā –°—Ä–Ņ—Ā–ļ–Ķ), la ¬ę Voix de la (r√©publique) serbe (de Bosnie) ¬Ľ[180] ; il a √©t√© cr√©√© le sous le nom de Glas √† ŇĹupica pr√®s de Drvar pour servir d'organe aux Partisans communistes de Tito[181] ; √† partir de 1945, il fut publi√© √† Banja Luka. Apr√®s la guerre de Bosnie-Herz√©govine, l'Assembl√©e de la r√©publique serbe de Bosnie d√©cida d'en faire l'organe officiel de la r√©publique serbe de Bosnie et le journal prit son nom actuel de Glas Srpske le [181]. En 2008, 48 % du capital du journal et 62 % des titres associ√©s appartenant √† la maison d'√©dition Glas srpski - Grafika a √©t√© achet√© par un consortium constitu√© du journal concurrent Nezavisne novine et par l'entreprise de construction Integral inŇĺenjering[182].

      Les Nezavisne novine ont √©t√© fond√©es par ŇĹeljko Kopanja en d√©cembre 1995[183] ; ce ¬ę Journal ind√©pendant ¬Ľ est consid√©r√© par certains comme le plus ind√©pendant de la R√©publique serbe. L'actuel premier ministre de la R√©publique serbe Milorad Dodik lui a apport√© son soutien[184], notamment en lui fournissant des fonds pour son lancement. En 2001, il √©tait publi√© √† 11 000 exemplaires[183] et, en 2008, entre 20 000 et 25 000 exemplaires[185]. Les Nezavisne novine (le ¬ę Journal ind√©pendant ¬Ľ) ont √©t√© le premier journal de la r√©publique serbe de Bosnie √† publier des articles sur les crimes de guerre commis par les Serbes en Bosnie-Herz√©govine[186], juste apr√®s la guerre de Bosnie-Herz√©govine. Il a √©galement mis en lumi√®re la corruption et les d√©tournements de fonds pratiqu√©s dans la R√©publique. En octobre 1999, son directeur ŇĹeljko Kopanja a √©t√© victime d'un attentat √† la bombe o√Ļ il a perdu ses deux jambes. En 2002, ŇĹeljko Kopanja a obtenu un prix de la libert√© de la presse[187]. Outre Glas Srpke et les Nezavisne Novine[188], deux titres Press[189] et Focus[190] paraissent dans la ville.

      La ville dispose de plusieurs stations de radio, notamment la Radio de la R√©publique serbe (RTRS)[191], Big radio[192], Uno Radio[193] et Nes Radio[194]. Sur le plan t√©l√©visuel, la ville est desservie par la Radio-t√©l√©vision de la R√©publique serbe (RTRS), qui appartient au service public de la Bosnie-Herz√©govine[195]. Mais d'autres cha√ģnes diffusent dans la r√©gion, comme Alternativa televizija[196], Bel kanal et Televizija Simińá[197].

      √Čducation

      Banja Luka dispose d'un r√©seau d'√©coles maternelles g√©r√© par le Centre pour l'√©ducation pr√©scolaire (en serbe cyrillique : –¶–Ķ–Ĺ—ā–į—Ä –∑–į –Ņ—Ä–Ķ–ī—ą–ļ–ĺ–Ľ—Ā–ļ–ĺ –≤–į—Ā–Ņ–ł—ā–į—ö–Ķ –ł –ĺ–Ī—Ä–į–∑–ĺ–≤–į—ö–Ķ ; en serbe latin : Centar za predŇ°kolsko vaspitanje i obrazovanje), soit 18 √©tablissements r√©partis dans 11 communaut√©s locales du territoire de la ville de Banja Luka, urbaines et p√©riurbaines[198] - [199]. L'enseignement √©l√©mentaire, secondaire et sup√©rieur, quant √† lui, est plac√© sous l'autorit√© du minist√®re de l'√Čducation et de la Culture de la r√©publique serbe de Bosnie[200]. La Ville poss√®de ainsi 30 √©coles √©l√©mentaires (–ě—Ā–Ĺ–ĺ–≤–Ĺ–Ķ —ą–ļ–ĺ–Ľ–Ķ/Osnovne Ň°kole)[201] et 20 √©coles secondaires (–°—Ä–Ķ–ī—ö–Ķ —ą–ļ–ĺ–Ľ–Ķ/Srednje Ň°kole)[200]. Parmi ces derni√®res figure le lyc√©e de Banja Luka qui a ouvert ses portes le [202] et qui, apr√®s le tremblement de terre de 1969 et la destruction des anciens b√Ętiments, a √©t√© install√© dans des locaux modernes[203] ; depuis 2006, l'√©tablissement pr√©pare au baccalaur√©at international (BI)[204].

      La faculté d'économie de l'université de Banja Luka

      Certaines √©coles secondaires sont plus sp√©cialis√©es, comme l'√©cole de construction (–ď—Ä–į—í–Ķ–≤–ł–Ĺ—Ā–ļ–į —ą–ļ–ĺ–Ľ–į) l'√©cole d'√©conomie (–ē–ļ–ĺ–Ĺ–ĺ–ľ—Ā–ļ–į —ą–ļ–ĺ–Ľ–į), l'√©cole de g√©nie √©lectrique Nikola Tesla (–ē–Ľ–Ķ–ļ—ā—Ä–ĺ—ā–Ķ—Ö–Ĺ–ł—á–ļ–į —ą–ļ–ĺ–Ľ–į –Ě–ł–ļ–ĺ–Ľ–į –Ę–Ķ—Ā–Ľ–į), l'√©cole de m√©decine, l'√©cole de musique Vlado MiloŇ°evińá (–ú—É–∑–ł—á–ļ–į —ą–ļ–ĺ–Ľ–į –í–Ľ–į–ī–ĺ –ú–ł–Ľ–ĺ—ą–Ķ–≤–ł—õ), l'√©cole d'agriculture (–ü–ĺ—ô–ĺ–Ņ—Ä–ł–≤—Ä–Ķ–ī–Ĺ–į —ą–ļ–ĺ–Ľ–į), l'√©cole technique (–Ę–Ķ—Ö–Ĺ–ł—á–ļ–į —ą–ļ–ĺ–Ľ–į), l'√©cole de restauration, du tourisme et du commerce (–£–≥–ĺ—Ā—ā–ł—ā–Ķ—ô—Ā–ļ–ĺ-—ā—Ä–≥–ĺ–≤–ł–Ĺ—Ā–ļ–ĺ-—ā—É—Ä–ł—Ā—ā–ł—á–ļ–į —ą–ļ–ĺ–Ľ–į), l'√©cole des apprentis (–®–ļ–ĺ–Ľ–į —É—á–Ķ–Ĺ–ł–ļ–į —É –Ņ—Ä–ł–≤—Ä–Ķ–ī–ł), l'√©cole de technologie (–Ę–Ķ—Ö–Ĺ–ĺ–Ľ–ĺ—ą–ļ–į —ą–ļ–ĺ–Ľ–į), le Centre de formation pour l'√©ducation et la r√©cup√©ration de la parole et de l'audition (–¶–Ķ–Ĺ—ā–į—Ä –∑–į –ĺ–Ī—Ä–į–∑–ĺ–≤–į—ö–Ķ –≤–į—Ā–Ņ–ł—ā–į—ö–Ķ –ł —Ä–Ķ—Ö–į–Ī–ł–Ľ–ł—ā–į—Ü–ł—ė—É —Ā–Ľ—É—Ö–į –ł –≥–ĺ–≤–ĺ—Ä–į) et le centre Prot√©gez-moi (–¶–Ķ–Ĺ—ā–į—Ä –ó–į—ą—ā–ł—ā–ł –ľ–Ķ)[205].

      Dans le domaine de l'enseignement sup√©rieur, Banja Luka abrite une importante universit√©, cr√©√©e le [206] et organis√©e en 16 facult√©s, correspondant √† 45 programmes d'√©tudes[207] ; elle accueille 17 000 √©tudiants, encadr√©s par 600 professeurs et 400 assistants[208]. Lors de sa cr√©ation l'universit√© comptait cinq facult√©s : g√©nie √©lectrique[209], technologie, g√©nie m√©canique, droit et √©conomie[210] ; la facult√© de m√©decine y a √©t√© cr√©√© en 1978, la facult√© d'agriculture en 1992, la facult√© de sylviculture[211] et la facult√© de philosophie en 1993, la facult√© d'architecture et de g√©nie civil[212] et celle des sciences en 1996[213] et l'Acad√©mie des arts en 1999[214]. Parall√®lement √† cette universit√© publique, Banja Luka poss√®de plusieurs √©tablissements priv√©s d'enseignement sup√©rieur[215], comme l'universit√© d'ing√©nierie d'affaires et de management[216], l'universit√© paneurop√©enne Apeiron, qui propose des √©tudes pluridisciplinaires et, notamment, dans le domaine de l'√©conomie, du droit et de la sant√©[217] ou encore l'Universit√© des hautes √©tudes commerciales, cr√©√©e en 2005, o√Ļ l'on peut √©tudier la finance, l'√©conomie appliqu√©e, l'√©cologie, le journalisme, les technologies de la communication ou le design[218]. Le Coll√®ge de communication Kapa Fi (KomunikoloŇ°ki koledŇĺ –ö–§), cr√©√© en 2000, est le plus ancien √©tablissement priv√© d'enseignement sup√©rieur de la ville[219].

      Transports

      La rocade ouest

      Banja Luka est situ√©e sur la route europ√©enne E661, connue localement sous le nom de nationale M 16. Cette route est l'axe routier le plus important de la r√©gion : il connecte l'Europe centrale et l'Europe de l'Est √† la mer Adriatique et √©tait d√©j√† emprunt√© √† l'√©poque romaine, reliant la Dalmatie et la Pannonie. En revanche, elle ne forme une autoroute que de Banja Luka √† LaktaŇ°i, le reste du parcours entre LaktaŇ°i et la fronti√®re croate √©tant seulement √† deux voies. Pr√®s de la fronti√®re, la E661 rejoint la route europ√©enne E70 qui, vers l'ouest, conduit √† Zagreb (167 km) et, vers l'est, √† Belgrade (350 km). La E661 permet aussi de rejoindre la route europ√©enne E73, qui conduit √† Sarajevo (234 km). Banja Luka est √©galement un carrefour de routes r√©gionales en direction de Prijedor, Doboj, Derventa, Teslińá, Kljuńć, etc[23]. La gare routi√®re de Banja Luka est desservie notamment par les compagnies d'autocars Autobusni Kolodvor Zagreb[220] et SP Lasta Beograd[221]. Le service international permet de rejoindre de grandes villes europ√©ennes comme Vienne ou Salzbourg, Francfort, Munich ou Stuttgart, Copenhague, G√∂teborg, Zurich, Ljubljana, Paris, Bruxelles et Amsterdam[23].

      Le pont de ńĆesma

      La voie ferr√©e entre Banja Luka et Dobrljin a √©t√© inaugur√©e en 1873 et elle √©tait √† l'√©poque la plus moderne de Bosnie-Herz√©govine[23]. La ville est aujourd'hui une des plaques tournantes de la soci√©t√© des Chemins de fer de la R√©publique serbe (en serbe : ŇĹeljeznice Republike Srpske), qui comprend la moiti√© du r√©seau ferr√© du pays. La guerre de Bosnie-Herz√©govine a endommag√© ce r√©seau et la compagnie souffre d'un manque de mat√©riel, ce qui occasionne une faible fr√©quence et une certaine lenteur dans les trajets. En revanche, depuis Banja Luka, il est possible de rejoindre les villes du nord de la Bosnie ou des villes comme Zagreb et Belgrade. Banja Luka poss√®de un a√©roport international (code AITA : BNX) ; construit en 1976, il se trouve √† 23 km au nord de la ville sur le territoire du village de Mahovljani, dans la municipalit√© de LaktaŇ°i[222]. Il est desservi par la compagnie bosnienne B&H Airlines et par la compagnie serbe Jat Airways, qui y assurent trois vols par semaine en direction de Zurich et de Belgrade. Pour le moment, l'a√©roport sert ainsi plut√īt d'appoint pour les a√©roports internationaux de Sarajevo et de Zagreb.

      Sur le plan local, Banja Luka ne possède ni métro ni tramway. Les transports en commun sont assurés par plus de 30 lignes d'autobus qui relient le centre de la ville à ses différents faubourgs et aux localités situés sur le territoire municipal. La plus ancienne du réseau est la ligne no 1. Les taxis constituent aussi un moyen de déplacement courant. Un système de trolleybus devrait voir le jour fin 2009 ou début 2010.

      Situ√©e sur la rivi√®re Vrbas, Banja Luka dispose de plusieurs ponts, comme le Gradski most (Pont de la ville), le pont d'Incel, le pont de ńĆesma, le pont vert (Zeleni most) ou ceux de Novoselija, Rebrovac et Venecija. Le plus r√©cent d'entre eux a √©t√© inaugur√© le dans le quartier d'Ada ; il mesure 90 m de long pour une largeur de 14 m et dispose de pistes cyclables et de voies pour les pi√©tions[223].

      Personnalités

      Personnalités nées à Banja Luka

      Un nombre important de personnalit√©s ont vu le jour √† Banja Luka : parmi les plus renomm√©es, on trouve Ivan Franjo Jukińá (1818-1857), moine catholique, √©crivain et humaniste, ainsi que le po√®te Petar Końćińá (1877-1916), qui, en pleine p√©riode austro-hongroise, fut un grand d√©fenseur de la libert√© des Slaves du Sud ou Veselin MasleŇ°a (1906-1943), h√©ros de la Seconde Guerre mondiale. D'autres po√®tes, hommes ou femmes de lettres et philosophes ont illustr√© leur ville natale : Muhamed Filipovińá (n√© en 1929), Nasiha KapidŇĺińá-HadŇĺińá (1931-1995), Ismet Bekrińá (n√© en 1943) ou Irfan Horozovińá (n√© en 1947). Deux acteurs r√©put√©s dans l'ex-Yougoslavie, Adem ńĆejvan (1927-1989) et Mustafa Nadarevińá (n√© en 1943), sont √©galement n√©s √† Banja Luka. Emir KrajiŇ°nik (n√© en 1954), originaire de Banja Luka est un peintre peintre, un sculpteur et un vid√©aste vid√©aste qui vit et travaille aujourd'hui essentiellement en Su√®de. L'historien de la litt√©rature, sp√©cialiste de langue et de litt√©rature anglaises, et acad√©micien Svetozar Koljevińá, n√© en 1930, est originaire de la ville.

      Sur le plan musical, Banja Luka est la patrie du violoniste Dragan ҆ajnovińá (1907-1985), ainsi que de nombreux artistes populaires comme SaŇ°a LoŇ°ińá (n√© en 1964), chanteur, compositeur et compositeur de musique de film ou Zrinko Tutińá, chanteur, compositeur et producteur de musique croate ; Indira Radińá (n√©e en 1966) est une chanteuse de turbo folk et Marija ҆estińá (n√©e en 1987) a repr√©sent√© la Bosnie-Herz√©govine au Concours Eurovision de la chanson 2007. L'une des personnalit√©s les plus populaires de la ville est NebojŇ°a MaleŇ°evińá (n√© en 1983), un mannequin, qui a repr√©sent√© la Bosnie-Herz√©govine au concours Mister Monde 2007 et a √©galement pr√©sent√© un programme de divertissement sur la cha√ģne de t√©l√©vision Alternativa televizija, qui √©met depuis sa ville natale ; il est √©galement joueur de basket-ball.

      De nombreux sportifs originaires de Banja Luka ont effectu√© ou effectuent une carri√®re internationale, √† commencer par les footballeurs : ŇĹeljko Buvańć (n√© en 1961), Darko Maletińá (n√© en 1980), Zlatan Muslimovińá (n√© en 1981), Neven Subotińá (n√© en 1988), Nedeljko Malińá (n√© en 1989). La ville est illustr√©e par des handballeurs comme Velimir Petkovińá (n√© en 1956), Andrej Golińá (n√© en 1974), BoŇĺidar Jovińá (n√© en 1972) ou Mladen Bojinovińá (n√© en 1977). Parmi les autres sportifs n√©s √† Banja Luka figurent le joueur de tennis Ivan Ljubińćińá (n√© en 1979) et le boxeur Anton Josipovińá.

      Personnalités ayant vécu ou vivant à Banja Luka

      Plusieurs personnalit√©s ont marqu√© l'histoire de la Banja Luka comme Ferhat-pacha Sokolovińá (1530-1590) et Svetislav Milosavljevińá (1882-1960), ban de la Banovine du Vrbas, notamment par les nombreuses constructions qu'ils y ont r√©alis√©es. Platon (Jovanovińá) (1874-1941), ancien √©v√™que de l'√©parchie de Banja Luka, a √©t√© canonis√© en 1998 par l'√Čglise orthodoxe serbe pour honorer son martyre lors de la Seconde Guerre mondiale.

      Le peintre Alojz ńÜurińá (1933-2007), n√© √† Mrkonjińá Grad, est mort √† Banja Luka o√Ļ il a accompli la plus grande partie de sa carri√®re de peintre.

      De nombreux sportifs ont v√©cu dans la ville, comme les joueurs de handball Milorad Karalińá (n√© en 1946), originaire d'Ivanjska (aujourd'hui Potkozarje), qui a jou√© pour le RK Borac Banja Luka, et NebojŇ°a Popovińá (n√© en 1947 √† Prijedor), qui a lui aussi pass√© la plus grande partie de sa carri√®re au RK Borac. Andrej Golińá, n√© √† Banja Luka en 1974, est un ancien handballeur international fran√ßais. Le footballeur Abid Kovańćevińá (n√© en 1952), originaire de Mrkonjińá Grad, a commenc√© sa carri√®re au FK Borac Banja Luka. La ville s'honore aussi de la pr√©sence des boxeurs Marijan BeneŇ° (n√© en 1951) et Radovan Bisińá, ainsi que de celle du kick-boxeur DraŇĺenko Ninińá (n√© en 1976 √† Stuttgart), qui vit √† Banja depuis 2002 et a √©t√© champion du monde de coup de pied bas en 2009.

      Coopération internationale

      Panneau signalétique indiquant quelques jumelages

      La ville de Banja Luka est jumelée avec les villes suivantes[224] :

      Notes et références

      1. http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/IMG/pdf/no_106_janv-mars_2009_cle446315.pdf
      2. (bs + hr + sr) ¬ę Composition nationale de la population - R√©sultats de la R√©publique par municipalit√©s et localit√©s ¬Ľ, Bulletin statistique, Sarajevo, Publication de l'Institut national de statistique de Bosnie-Herz√©govine, no 234,‚Äé .
      3. (bs + hr + sr) ¬ę Recensement par communaut√©s locales (1991) ¬Ľ [PDF], sur http://www.fzs.ba, Bosnie-Herz√©govine - f√©d√©ration de Bosnie-et-Herz√©govine - Institut f√©d√©ral de statistiques (consult√© le )
      4. (sr + en) ¬ę Recensement de la population, des m√©nages et des logements dans la r√©publique serbe de Serbie 2013, seconde publication corrig√©e ¬Ľ [PDF], sur http://www2.rzs.rs.ba, Site de l'Institut de statistiques de la r√©publique serbe de Bosnie, (consult√© le )
      5. (en + sr) ¬ę Geographical and meteorological datas ¬Ľ, sur http://www.rzs.rs.ba, Site de l'Institut de statistiques de la R√©publique serbe de Bosnie (consult√© le )
      6. (en) ¬ę Bosnia and Herzegovina ¬Ľ, sur http://drace-project.org, Site du Drace Project (consult√© le )
      7. (en) ¬ę Site de la Conf√©rence internationale sur l'ing√©nierie parasismique ¬Ľ (consult√© le )
      8. (en + sr) ¬ę Geographical and meteorological datas ¬Ľ [PDF], sur http://www.rzs.rs.ba, Site de l'Institut de statistiques de la r√©publique serbe de Bosnie, (consult√© le ), p. 6
      9. (sr) ¬ę Klima Banjaluke i okoline ¬Ľ, sur http://blinfo.info, Portail de Banja Luka (consult√© le )
      10. (en + sr) ¬ę Geographical and meteorological datas ¬Ľ [PDF], sur http://www.rzs.rs.ba, Site de l'Institut de statistiques de la r√©publique serbe de Bosnie, (consult√© le ), p. 7 et 12
      11. (en) ¬ę Kastel fortress, the historic site ¬Ľ, sur http://www.aneks8komisija.com.ba, Site de la Commission pour la pr√©servation des monuments nationaux (consult√© le )
      12. (en) ¬ę History ¬Ľ, sur http://www.banjaluka.rs.ba, Site officiel de la ville de Banja Luka (consult√© le )
      13. (en) ¬ę Roman period ¬Ľ, sur http://www.banjaluka.rs.ba, Site officiel de la ville de Banja Luka (consult√© le )
      14. (en) ¬ę Gomionica monastery, the architectural ensemble ¬Ľ, sur http://www.aneks8komisija.com.ba, Site de la Commission pour la protection des monuments nationaux de Bosnie-Herz√©govine (consult√© le )
      15. (fr) DuŇ°an T. Batakovińá, Histoire du Peuple serbe, L'√Äge d'Homme, 2005, p. 103 (ISBN 2-8251-1958-X)
      16. (en) ¬ę Ferhad Pasha mosque (Ferhadija) in Banja Luka, Ferhad Pasha turbe, Safi-kaduna turbe, turbe of Ferhad Pasha's bajraktars, fountain, mosque graveyard and surrounding walls and portico (site and remains of architectural ensemble) ¬Ľ, sur http://www.aneks8komisija.com.ba, Site de la Commission pour la protection des monuments nationaux de Bosnie-Herz√©govine (consult√© le )
      17. (en) ¬ę Banja Luka ¬Ľ, sur http://www.britannica.com, Site de l'Encyclop√¶dia Britannica (consult√© le )
      18. (en) ¬ę Arnaudija mosque (site and remains of architectural ensemble ¬Ľ, sur http://www.aneks8komisija.com.ba, Site de la Commission pour la protection des monuments nationaux de Bosnie-Herz√©govine (consult√© le )
      19. La relation de cet échec des troupes impériales est mentionnée dans un Mémoire sur la campagne de 1704 entre l'Autriche et la Turquie conservé au Service historique de la Défense (GR 1M 124-3)
      20. (sr) ¬ę DelibaŇ°ino selo ¬Ľ, sur http://www.banjaluka-tourism.com, Site de l'Office du tourisme de Banja Luka (consult√© le )
      21. (en) ¬ę Abbot church of Cistercit of stricter rite ‚Äď ¬ęMarija Zvijezda¬Ľ (Uznesenje BlaŇĺene Djevice Marije) in Banja Luka together with movable properties, the historic monument ¬Ľ, sur http://www.aneks8komisija.com.ba, Site de la Commission pour la protection des monuments nationaux de Bosnie-Herz√©govine (consult√© le )
      22. (en) ¬ę Turkish period ¬Ľ, sur http://www.banjaluka.rs.ba, Site officiel de la Ville de Banja Luka (consult√© le )
      23. (en) ¬ę Getting there ¬Ľ, sur http://www.banjaluka-tourism.com, Site de l'Office du tourisme de Banja Luka (consult√© le )
      24. (fr) DuŇ°an T. Batakovińá, Histoire du peuple serbe, p. 209
      25. (en) ¬ę Austro-Hungarian period ¬Ľ, sur http://www.banjaluka.rs.ba, Site officiel de la Ville de Banja Luka (consult√© le )
      26. (fr) DuŇ°an T. Batakovińá, op. cit., p. 209 √† 239
      27. (en) ¬ę 20th Century ¬Ľ, sur http://www.banjaluka.rs.ba, Site officiel de Banja Luka (consult√© le )
      28. (fr) DuŇ°an T. Batakovińá, op. cit., p. 294 et 295
      29. (en) ¬ę Ban Milosavljevińá ¬Ľ, sur http://www.banjaluka.rs.ba, Site officiel de la Ville de Banja Luka (consult√© le )
      30. (sr) [https://web.archive.org/web/20061003190250/http://www.spc.org.yu/News/novomucenici/platon_c.html ¬ę –°–≤–Ķ—ą—ā–Ķ–Ĺ–ĺ–ľ—É—á–Ķ–Ĺ–ł–ļ –ü–Ľ–į—ā–ĺ–Ĺ (–ą–ĺ–≤–į–Ĺ–ĺ–≤–ł—õ), –Ķ–Ņ–ł—Ā–ļ–ĺ–Ņ –Ī–į—ö–į–Ľ—É—á–ļ–ł ¬Ľ], sur https://web.archive.org (version du 3 octobre 2006 sur Internet Archive)
      31. (sr) ¬ę Obnovljen Hram Hrista Spasitelja y Banja Luki ¬Ľ, sur http://www.spc.rs, Site de l'√Čglise orthodoxe serbe (consult√© le )
      32. (sr) ¬ę 68 godina od masakra Srba ¬Ľ, sur http://www.rsplaneta.com (consult√© le )
      33. (en) Lazar Lukajińá, ¬ę Drakulińá slaughter survivor ¬Ľ, Friars and Ustashas Are Slaughtering, sur http://www.srpska-mreza.com, Srpska Mreza, (consult√© le )
      34. (en) ¬ę Cultural and historical monuments ¬Ľ, sur http://www.banjaluka-tourism.com, Site de l'Office du tourisme de Banja Luka (consult√© le )
      35. (en) ¬ę Sarajevo Rocked by Two Earthquakes ¬Ľ, sur http://www.balkaninsight.com, Balkan Insight, (consult√© le )
      36. (sr) ¬ę U Banja Luci otkriven spomenik za 12 umrlih beba ¬Ľ, sur http://www.kurir-info.rs, Kurir, (consult√© le )
      37. (sr) ¬ę Spomenik u ńćast 12 beba ¬Ľ, sur http://www.nezavisne.com, Site des Nezavisne novine (consult√© le )
      38. (en)[PDF] ¬ę Proc√®s ¬Ľ, sur http://www.icty.org, Site du Tribunal p√©nal international pour l'ex-Yougoslavie, (consult√© le )
      39. (en) ¬ę War Crimes in Bosnia-Hercegovina: U.N. Cease-Fire Won't Help Banja Luka ¬Ľ, sur http://www.unhcr.org, Site du Haut Commissariat des Nations unies pour les r√©fugi√©s, (consult√© le )
      40. (en) John Kifner, ¬ę In North Bosnia, a Rising Tide of Serbian Violence ¬Ľ, sur https://www.nytimes.com, The New-York Times, (consult√© le )
      41. (en) Tatjana Mitevska, ¬ę On an upswing ¬Ľ, sur http://www.ft.com, Site du Financial Times, (consult√© le )
      42. (en) Robert McMahon, ¬ę UN: Officials Alarmed By Mob Violence In Bosnia ¬Ľ, sur http://www.rferl.org, (consult√© le )
      43. (en) Julius Strauss, ¬ę Serb mob attacks Muslims ¬Ľ, sur https://www.telegraph.co.uk, The Daily Telegraph, (consult√© le )
      44. (en) ¬ę Bosnian Serb Crowd Beats Muslims at Mosque Rebuilding ¬Ľ, sur https://www.nytimes.com, The New-York Times, (consult√© le )
      45. (en) ¬ę Bosnian Serbs voice grievances ¬Ľ, sur http://news.bbc.co.uk, Site local de la BBC, (consult√© le )
      46. (sr)(bs)(hr)(en) ¬ę Gradovi i opńáine/opŇ°tine u Bosni i Hercegovini ¬Ľ, sur http://www.zkk.ba, Site de l'Administration territoriale de Bosnie-Herz√©govine (consult√© le )
      47. (sr) ¬ę Mjesne zajednice ¬Ľ, sur http://www.banjaluka.rs.ba, Site officiel de la Ville de Banja Luka (consult√© le )
      48. (en) ¬ę Palata Republike ¬Ľ, sur http://www.predsjednikrs.net, Site du pr√©sident de la r√©publique serbe de Bosnie (consult√© le )
      49. (en) ¬ę Borik ¬Ľ, sur http://wikimapia.org, Site de Wikimapia (consult√© le )
      50. (en) ¬ę Końćińáev vijenac ¬Ľ, sur http://wikimapia.org, Wikimapia (consult√© le )
      51. (en) ¬ę PobrńĎe ¬Ľ, sur http://wikimapia.org, Wikimapia (consult√© le )
      52. (bs)[PDF] ¬ę Population par nationalit√©s ¬Ľ, sur http://www.bhas.ba, Institut de statistiques de la r√©publique de Bosnie-Herz√©govine, (consult√© le ), p. 15
      53. (en) ¬ę Wikimapia ¬Ľ (consult√© le )
      54. (sr)[PDF] ¬ę Statut Grada Banja Luka ¬Ľ, sur http://www.banjaluka.rs.ba, Site officiel de la ville de Banja Luka (consult√© le )
      55. (en) ¬ę Drasko Stanivukovic declared Victory in Banja Luka ¬Ľ, sur Sarajevo Times,
      56. (sr) ¬ę Odbornici ¬Ľ, sur http://www.banjaluka.rs.ba, Site officiel de la Ville de Banja Luka (consult√© le )
      57. (bs)[PDF] ¬ę Statistiques ¬Ľ, sur http://www.bhas.ba, Site de l'Agence de statistiques de Bosnie-Herz√©govine (consult√© le )
      58. (sr) ¬ę Site de l'√©parchie de Banja Luka ¬Ľ (consult√© le )
      59. (sr) ¬ę Sematizam ¬Ľ, sur http://www.spcbl.org, Site de l'√©parchie de Banja Luka (consult√© le )
      60. (sr) ¬ę NamjesniŇ°tvo banjaluńćko ¬Ľ, sur http://www.spcbl.org, Site de l'√©parchie de Banja Luka (consult√© le )
      61. (sr) ¬ę NamjesniŇ°tvo zmijanjsko ¬Ľ, sur http://www.spcbl.org, Site de l'√©parchie de Banja Luka (consult√© le )
      62. (sr) ¬ę Manastir Gomoinica ¬Ľ, sur http://www.spcbl.org, Site de l'√©parchie de Banja Luka (consult√© le )
      63. (sr) ¬ę Krupac na Vrbasu ¬Ľ, sur http://www.spcbl.org, Site de l'√©parchie de Banja Luka (consult√© le )
      64. (sr) ¬ę Liplje ¬Ľ, sur http://www.spcbl.org, Site de l'√©parchie de Banja Luka (consult√© le )
      65. (sr) ¬ę MoŇ°tanica ¬Ľ, sur http://www.spcbl.org, Site de l'√©parchie de Banja Luka (consult√© le )
      66. (sr) ¬ę Stuplje ¬Ľ, sur http://www.spcbl.org, Site de l'√©parchie de Banja Luka (consult√© le )
      67. (en) ¬ę History ¬Ľ, sur http://www.biskupija-banjaluka.org, Site du dioc√®se de Banja Luka (consult√© le )
      68. (en) ¬ę Cathedral ¬Ľ, sur http://www.biskupija-banjaluka.org, Site du dioc√®se de Banja Luka (consult√© le )
      69. (en) ¬ę Parishes and orders ¬Ľ, sur http://www.biskupija-banjaluka.org, Site du dioc√®se de Banja Luka (consult√© le )
      70. (en) ¬ę Current situation ¬Ľ, sur http://www.biskupija-banjaluka.org, Site du dioc√®se de Banja Luka (consult√© le )
      71. (en) ¬ę Greek Catholics in Banja Luka ¬Ľ, sur Site du dioc√®se de Banja Luka (consult√© le )
      72. (en) ¬ę Members of the riyasat of the islamic community in BiH ¬Ľ, sur http://www.rijaset.ba, Site de la Communaut√© islamique en Bosnie-Herz√©govine (consult√© le )
      73. (en) ¬ę Dr. Mustafa ef. Cerińá ¬Ľ, sur http://www.rijaset.ba, Site de la Communaut√© islamique de Bosnie-Herz√©govine, (consult√© le )
      74. (fr) ¬ę Premi√®re √† √™tre reconstruite depuis la fin de la guerre : inauguration de la mosqu√©e de Banja Luka ¬Ľ, sur http://www.maghress.com, (consult√© le )
      75. (sr)(en) ¬ę Home page ¬Ľ, sur http://www.anurs.org, Site de l'Acad√©mie des sciences et des arts de la R√©publique serbe (consult√© le )
      76. (sr) ¬ę Istorijski pregled ¬Ľ, sur http://www.nubrs.rs.ba, Site de la Biblioth√®que nationale et universitaire de la R√©publique serbe (consult√© le )
      77. (sr) ¬ę O arhivu ¬Ľ, sur http://www.arhivrs.org, Site des Archives de la R√©publique serbe (consult√© le )
      78. (en) ¬ę About Museum ¬Ľ, sur http://www.muzejrs.com, Site du mus√©e de la R√©publique serbe (consult√© le )
      79. (en) ¬ę Museum ¬Ľ, sur http://www.msurs.org, Site du Mus√©e d'art moderne de la R√©publique serbe (consult√© le )
      80. (sr) ¬ę Ansambl ¬Ľ, sur http://www.np.rs.ba, Site du th√©√Ętre national de la R√©publique serbe (consult√© le )
      81. (sr) ¬ę Velika scena ¬Ľ, sur http://www.np.rs.ba, Site du th√©√Ętre national de la R√©publique serbe (consult√© le )
      82. (sr) ¬ę TeatarFest Petar Końćińá 2009 ¬Ľ, sur http://www.np.rs.ba, Site du Th√©√Ętre national de la R√©publique serbe (consult√© le )
      83. (en) ¬ę JoakimFest ¬Ľ, sur http://www.joakimvujic.com, Site du KnjaŇĺevsko-srpski teatar (consult√© le )
      84. (en) ¬ę JoakimInterFest ¬Ľ, sur http://www.joakimvujic.com, Site du KnjaŇĺevsko-srpski teatar (consult√© le )
      85. (en) ¬ę About us ¬Ľ, sur http://www.djecijepozoristers.rs.ba, Site du th√©√Ętre pour enfants de Banja Luka (consult√© le )
      86. (en) ¬ę Banja Luka 2009 ¬Ľ, sur http://www.djecijepozoristers.rs.ba, Site du Th√©√Ętre pour enfants de Banja Luka (consult√© le )
      87. (en) ¬ę Awards and Festivals ¬Ľ, sur http://www.djecijepozoristers.rs.ba, Site du th√©√Ętre pour enfants de Banja Luka (consult√© le )
      88. (sr)(en)(fr) ¬ę Festival ¬Ľ, sur http://www.banjalukanima.org, Site du Festival international du film d'animation de Banja Luka 2010 (consult√© le )
      89. (sr) ¬ę Site de l'association Fenix Art ¬Ľ (consult√© le )
      90. (sr) ¬ę O festivalu ¬Ľ, sur http://www.bliff.net, Site du Festival international du film de Banja Luka (consult√© le )
      91. (en) ¬ę The Festival ¬Ľ, sur http://www.kratkofil.org, Site du festival Kratkofil (consult√© le )
      92. (sr) ¬ę Kulturne institucije / centri ¬Ľ, sur http://www.banjaluka-tourism.com, Site de l'Office du tourisme de Banja Luka (consult√© le )
      93. (hr) ¬ę Site du Centre culturel croate ¬Ľ (consult√© le )
      94. (bs) ¬ę Site de l'Association des minorit√©s nationales de la R√©publique serbe ¬Ľ (consult√© le )
      95. (sr) ¬ę Site de l'ensemble folklorique MasleŇ°a ¬Ľ (consult√© le )
      96. (sr)(en) ¬ę Site de l'Association folklorique ńĆajavec ¬Ľ (consult√© le )
      97. (en) ¬ę Site de la Soci√©t√© culturelle et √©ducative ukrainienne Taras ҆evńćenko ¬Ľ (consult√© le )
      98. (sr) ¬ę Site du Gradski TamburaŇ°ki orkestar Banja Luka ¬Ľ (consult√© le )
      99. (en) ¬ę Opening of American Corner in Banja Luka ¬Ľ, sur http://sarajevo.usembassy.gov, Site de l'Ambassade des √Čtats-Unis en Bosnie-Herz√©govine, (consult√© le )
      100. (en) ¬ę Kastel fortress, the historic site ¬Ľ, sur http://kons.gov.ba, Site de la Commission pour la pr√©servation des monuments nationaux (consult√© le )
      101. (en) ¬ę Ferhad paŇ°a mosque (Ferhadija) in Banja Luka ¬Ľ, sur http://kons.gov.ba, Site de Commission pour la protection des monuments nationaux de Bosnie-Herz√©govine (consult√© le )
      102. (en) ¬ę Ferhad Pasha Mosque ¬Ľ, sur http://www.archnet.org, Archnet (consult√© le )
      103. (en) ¬ę Clock Tower, the site and remains of the historic building ¬Ľ, sur http://kons.gov.ba, Site de la Commission pour la protection des monuments nationaux de Bosnie-Herz√©govine (consult√© le )
      104. (en) ¬ę Arnaudija mosque, the site and remains of the architectural ensemble ¬Ľ, sur http://kons.gov.ba, Site pour la Commission pour la protection des monuments nationaux de Bosnie-Herz√©govine (consult√© le )
      105. (en) ¬ę Behram-begova ili Behram-efendijina dŇĺamija, graditeljska cjelina ¬Ľ, sur http://kons.gov.ba, Site pour la Commission pour la protection des monuments nationaux de Bosnie-Herz√©govine (consult√© le )
      106. (en) ¬ę Gazanferija (Gazanfer-beg) mosque, the site and remains of the architectural ensemble ¬Ľ, sur http://www.kons.gov.ba, Site de la Commission pour les monuments nationaux de Bosnie-Herz√©govine (consult√© le )
      107. (en) ¬ę Hiseta (Mehdibeg) mosque, the site and remains of the architectural ensemble ¬Ľ, sur http://kons.gov.ba, Site de la Commission pour les monuments nationaux de Bosnie-Herz√©govine (consult√© le )
      108. (en) ¬ę Potońćka (Hajji Perviz) mosque, The site and remains of the architectural ensemble ¬Ľ, sur http://www.kons.gov.ba, Site de la Commission pour les monuments nationaux de Bosnie-Herz√©govine (consult√© le )
      109. (en) ¬ę HadŇĺi Zulfikar or Tulekova mosque, the site and remains of the architectural ensemble ¬Ľ, sur http://www.kons.gov.ba, Site de la Commission pour les monuments nationaux de Bosnie-Herz√©govine (consult√© le )
      110. (en) ¬ę Halil-paŇ°a turbe and harem, the site and remains of the architectural ensemble ¬Ľ, sur http://www.kons.gov.ba, Site de la Commission pour les monuments nationaux de Bosnie-Herz√©govine (consult√© le )
      111. (en) ¬ę Kuńáa PaŇ°e ńźumiŇ°ińá, historijski spomenik ¬Ľ, sur http://kons.gov.ba, Site de la Commission pour les monuments nationaux de Bosnie-Herz√©govine (consult√© le )
      112. (en) ¬ę KapidŇĺińá house, the historic building ¬Ľ, sur http://kons.gov.ba, Site de la Commission pour les monuments nationaux de Bosnie-Herz√©govine (consult√© le )
      113. (en) ¬ę ҆eranińá house in Banja Luka, the historic monument ¬Ľ, sur http://www.kons.gov.ba, Site de la Commission pour les monuments nationaux de Bosnie-Herz√©govine (consult√© le )
      114. (sr) ¬ę Carska kuńáa ¬Ľ, sur http://www.cyberbulevar.com (consult√© le )
      115. (en) ¬ę Old Railway Station in Banja Luka (The Museum of Contemporary Art of the Republika Srpska), the historic building ¬Ľ, sur http://www.aneks8komisija.com.ba, Site de la Commission pour les monuments nationaux de Bosnie-Herz√©govine (consult√© le )
      116. (en) ¬ę Cultural and historical monuments ¬Ľ, sur http://www.banjaluka-tourism.com, Site de l'Office de tourisme de Banja Luka (consult√© le )
      117. (en) ¬ę Abbot church of Cistercit of stricter rite ‚Äď ¬ęMarija Zvijezda¬Ľ (Uznesenje BlaŇĺene Djevice Marije) in Banja Luka together with movable properties, the historic monument ¬Ľ, sur http://www.aneks8komisija.com.ba, Site de la Commission pour la protection des monuments nationaux de Bosnie-Herz√©govine (consult√© le )
      118. (sr) ¬ę Banja Luka: OsveŇ°tan Hram Hrista Spasitelja ¬Ľ, sur http://www.24sata.info, (consult√© le )
      119. (sr) ¬ę Banj brdo ¬Ľ, sur http://www.banjaluka-tourism.com, Site de l'Office du tourisme de Banja Luka (consult√© le )
      120. (sr)[PDF] Ljiljana ҆evo, ¬ę Manastir Svetog Ilija y Krupi na Vrbasu ¬Ľ, sur http://www.spcbl.org, Site de l'√©parchie de Banja Luka (consult√© le )
      121. (sr) ¬ę NP Kozara ¬Ľ, sur http://www.banjaluka-tourism.com, Site de l'Office du tourisme de Banja Luka (consult√© le )
      122. (sr)(en) ¬ę Site du parc national de Kozara ¬Ľ (consult√© le )
      123. (en) ¬ę Wetlands of International Importance: Bosnia and Herzegovina, Bardaca Wetlands ¬Ľ, sur http://www.ramsar.org, Site de la Convention de Ramsar, (consult√© le )
      124. (sr) ¬ę Site de l'association sportive Borac ¬Ľ (consult√© le )
      125. (sr) ¬ę FK Borac ¬Ľ, sur http://www.borac-sport.com, Site de l'association sportive Borac (consult√© le )
      126. (sr) ¬ę O klubu ¬Ľ, sur http://www.rkborac.rs.ba, Site du RK Borac Banja Luka (consult√© le )
      127. (sr) ¬ę O klubu ¬Ľ, sur http://www.rkborac.rs.ba, Site du RK Borac Banja Luka (consult√© le )
      128. (sr) ¬ę KK Borac ¬Ľ, sur http://www.borac-sport.com, Site de l'association sportive Borac Banja Luka (consult√© le )
      129. (sr) ¬ę Bokserski klub "Slavija" ¬Ľ, sur http://www.banjalukasport.com (consult√© le )
      130. (en) ¬ę Night of box and kickbox 28/06 ¬Ľ, sur http://www.wakoweb.com, Site de la WAKO (consult√© le )
      131. (en) ¬ę Welcome to the WKA ¬Ľ, Site de la World Kickboxing Association (WKA) (consult√© le )
      132. (sr) ¬ę Pages sur le Ronilacki klub BUK Banja Luka ¬Ľ, sur http://www.banjalukasport.com (consult√© le )
      133. (sr) ¬ę Moto klub "Marsal" ¬Ľ, sur http://www.banjalukasport.com (consult√© le )
      134. (sr) ¬ę Site officiel du Rafting Klub Kanjon ¬Ľ (consult√© le )
      135. (sr) ¬ę O nama ¬Ľ, sur http://www.kanjonraft.com, Site du Rafting Klub Kanjon (consult√© le )
      136. (en) ¬ę Members federation - Bosnia and Herzegovina ¬Ľ, sur http://intraftfed.com, Site de la F√©d√©ration internationale de rafting (consult√© le )
      137. (bs)(sr)(en) ¬ę Site officiel du Championnat du monde de rafting 2009 ¬Ľ (consult√© le ) - Indisponible √† cette date
      138. (en) Dirk Cossaer (IWBF Europe), ¬ę General Information EuroCup 2016 ¬Ľ, sur iwbf-europe.org, (consult√© le )
      139. (sr) ¬ę Gradski stadion ¬Ľ, sur http://www.borac-sport.com, Site de l'association sportive Borac Banja Luka (consult√© le )
      140. (sr) ¬ę Dvorana Borik ¬Ľ, sur http://www.borac-sport.com, Site de l'association sportive Borac Banja Luka (consult√© le )
      141. (sr) ¬ę Sportska dvorana Borik decenijama hram sporta i kulture ¬Ľ, sur http://www.glassrpske.com, Site de Glas Srpske, (consult√© le )
      142. (sr) ¬ę Teniski tereni ¬Ľ, sur http://www.banjalukasport.com (consult√© le )
      143. (sr) ¬ę Auto-motodrom u Zaluzanima ¬Ľ, sur http://www.banjalukasport.com (consult√© le )
      144. (en) ¬ę Olympic Swimming Pool Officially Opens ¬Ľ, sur http://www.banjaluka.rs.ba, Site officiel de la Ville de Banja Luka (consult√© le )
      145. <(sr) ¬ę Ekonomija ¬Ľ, sur http://www.banjaluka.rs.ba, Site officiel de la Ville de Banja Luka (consult√© le )
      146. (en) ¬ę Site de l'Agence pour le d√©veloppement de la ville ¬Ľ (consult√© le )
      147. (en) ¬ę Bosnia Serb power utility lifts H1 revenue, profit ¬Ľ, sur http://uk.reuters.com, Site de Reuters, (consult√© le )
      148. (sr) ¬ę Organizaciona Ň°ema ¬Ľ, sur http://www.ers.ba, Site de Elektroprivreda Republike Srpske, (consult√© le )
      149. (en) ¬ę BIRS ¬Ľ, sur http://www.blberza.com, Site officiel de la Bourse de Banja Luka (consult√© le )
      150. (en) ¬ę About us ¬Ľ, sur http://elektrokrajina.com, Site de Elektrokrajina Banja Luka (consult√© le )
      151. (en) ¬ę ZP Elektrokrajina a.d. Banja Luka ¬Ľ, sur http://www.google.com, Google finance (consult√© le )
      152. (bs)(hr)(sr) ¬ę O nama ¬Ľ, sur http://www.elprenosbih.ba, Site de Elektroprenos Bosne i Hercegovine Banja Luka (consult√© le )
      153. (en) ¬ę History of JLG ¬Ľ, sur http://www.jelsingrad.mapabih.com, Site de JelŇ°ingrad livnica ńćelika Banja Luka (consult√© le )
      154. (en) ¬ę About us ¬Ľ, sur http://www.gpkrajina.com, Site de Krajina GP Banja Luka (consult√© le )
      155. (en) ¬ę References ¬Ľ, sur http://www.gpkrajina.com, Site de Krajina GP Banja Luka (consult√© le )
      156. (en) ¬ę Current work ¬Ľ, sur http://www.gpkrajina.com, Site de Krajina GP Banja Luka (consult√© le )
      157. ¬ę About us ¬Ľ, sur http://www.banjaluckapivara.com, Site de Banjaluńćka pivara (consult√© le )
      158. (en) ¬ę Banjalucka pivara a.d. Banja Luka ¬Ľ, sur http://www.google.com, Google finance (consult√© le )
      159. (en) ¬ę About us ¬Ľ, sur http://www.vitaminka-kreis.com, Site de Vitaminka (consult√© le )
      160. (en) ¬ę Vitaminka a.d. Banja Luka ¬Ľ, sur http://www.google.com, Google finance (consult√© le )
      161. (en) ¬ę Srpske poste a.d. Banja Luka ¬Ľ, sur http://www.google.com, Google finance (consult√© le )
      162. (en) ¬ę Meridian ad Banja Luka ¬Ľ, sur http://www.google.com, Google finance (consult√© le )
      163. (sr) ¬ę Site de ńĆistońáa Banja Luka ¬Ľ (consult√© le )
      164. (en) ¬ę Trznica today ¬Ľ, sur http://www.trznica-bl.com, Site de TrŇĺnica Banja Luka (consult√© le )
      165. (en) ¬ę Telekom Srpske a.d. Banja Luka ¬Ľ, sur http://www.google.com, Site de Google finances (consult√© le )
      166. (en) ¬ę About us ¬Ľ, sur http://www.mtel.ba, Site de Telekom Srpske (consult√© le )
      167. (en) ¬ę Banja Luka Stock Exchange ¬Ľ, sur http://www.blberza.com, Site de la Bourse de Banja Luka (consult√© le )
      168. (en) ¬ę Nova Banka a.d. Banja Luka ¬Ľ, sur http://www.google.com, Google finance (consult√© le )
      169. (en) ¬ę Site de Nova banka ¬Ľ (consult√© le )
      170. (en) ¬ę About us ¬Ľ, sur http://www.bib.ba, Site de la Balkan Investment Bank Banja Luka (consult√© le )
      171. (sr)(en)[PDF] ¬ę Rapport annuel pour 2008 ¬Ľ (consult√© le ), p. 11
      172. (sr) ¬ę Hypo Alpe-Adria-Bank a.d. Banja Luka ¬Ľ, sur http://www.hypo-alpe-adria.rs.ba (consult√© le )
      173. (sr) ¬ę NLB Razvojna banka, a. d., Banja Luka ¬Ľ, sur http://www.nlb.si, Site du NLB Group (consult√© le )
      174. (en) ¬ę UniCredit Bank a.d. Banja Luka ¬Ľ, sur http://www.google.com, Site de Google finance (consult√© le )
      175. (en) ¬ę Site de Unicredit bank Banja Luka ¬Ľ (consult√© le )
      176. (sr)(en) ¬ę Site de Komercijalna banka Banja Luka ¬Ľ (consult√© le )
      177. (sr) ¬ę Site de Kosig Dunav Osiguranje Banja Luka ¬Ľ (consult√© le )
      178. (sr)(en) ¬ę Site de Industrijske plantaŇĺe Banja Luka ¬Ľ (consult√© le )
      179. (en) ¬ę INCEL ad Holding Banja Luka ¬Ľ, sur http://www.google.com, Site de Google finance (consult√© le )
      180. (sr) ¬ę Site de Glas Srpske ¬Ľ (consult√© le )
      181. (sr) ¬ę Impressum ¬Ľ, sur http://www.glassrpske.com, Site de Glas Srpske (consult√© le )
      182. (de) ¬ę Nezavisne novine und Integral √ľbernehmen Glas Srpske ¬Ľ, sur http://www.nov-ost.info (consult√© le )
      183. (en) ¬ę Nezavisne novine ¬Ľ, sur http://www.tol.org, (consult√© le )
      184. (de) Jean-Arnault D√©rens, ¬ę Ein schwarzes Loch in Europa ¬Ľ, sur http://www.monde-diplomatique.de, Le Monde diplomatique, (consult√© le )
      185. (de) ¬ę Medienlandschaft Bosnien-Herzegowina ‚Äď Printmedien ¬Ľ, sur http://www.wieninternational.at, Site de WienInternational (consult√© le )
      186. (en) Alex Lupis, ¬ę Progress Denied ¬Ľ, sur http://cpj.org, (consult√© le )
      187. (en) ¬ę IPF Awards 2000 - Announcement ¬Ľ, sur http://cpj.org (consult√© le )
      188. (sr) ¬ę Site des Nezavisne nNovine ¬Ľ (consult√© le )
      189. (sr) ¬ę Site de Press ¬Ľ (consult√© le )
      190. (sr) ¬ę Site de Focus ¬Ľ (consult√© le )
      191. (sr) ¬ę Radio de la R√©publique serbe ¬Ľ, sur http://www.rtrs.tv, Site de la Radio-t√©l√©vision de la R√©publique serbe (consult√© le )
      192. (sr) ¬ę Site de Big Radio ¬Ľ (consult√© le )
      193. (sr) ¬ę Site de Uno Radio ¬Ľ (consult√© le )
      194. (sr) ¬ę Site de Nes Radio ¬Ľ (consult√© le )
      195. (sr) ¬ę Site de la RTRS ¬Ľ (consult√© le )
      196. (sr) ¬ę Site d'Alternativa elevizija ¬Ľ (consult√© le )
      197. (sr) ¬ę Site de Televizija Simińá ¬Ľ (consult√© le )
      198. (sr) ¬ę PredŇ°kolsko obrazovanje ¬Ľ, sur http://www2.banjaluka.rs.ba, Site officiel de la Ville de Banja Luka (consult√© le )
      199. (sr)[doc] ¬ę Vrtici u Banja Luki ¬Ľ, sur http://www2.banjaluka.rs.ba, Site officiel de la Ville de Banja Luka (consult√© le )
      200. (sr) ¬ę Obrazovanje i nauka ¬Ľ, sur http://www2.banjaluka.rs.ba, Site officiel de la Ville de Banja Luka (consult√© le )
      201. (sr)[PDF] ¬ę Osnovne Ň°kole ¬Ľ, sur http://www2.banjaluka.rs.ba, Site officiel de la Ville de Banja Luka (consult√© le )
      202. (sr) ¬ę Site du lyc√©e de Banja Luka ¬Ľ (consult√© le )
      203. (sr) ¬ę Zgrada ¬Ľ, sur http://gimnazijabl.rs.ba, Site du lyc√©e de Banja Luka (consult√© le )
      204. (fr) ¬ę Gimnazija Banja Luka ¬Ľ, sur http://www.ibo.org, Site de l‚ÄôOrganisation du baccalaur√©at international (consult√© le )
      205. (sr)[PDF] ¬ę Srednje Ň°kole ¬Ľ, sur http://www2.banjaluka.rs.ba, Site officiel de la Ville de Banja Luka (consult√© le )
      206. (en) ¬ę About the University ¬Ľ, sur http://www.unibl.rs.sr, Site de l'universit√© de Banja Luka (consult√© le )
      207. (en) ¬ę Study programmes ¬Ľ, sur http://www.unibl.rs.sr, Site de l'universit√© de Banja Luka (consult√© le )
      208. (sr) ¬ę –í–ł—Ā–ĺ–ļ–ĺ –ĺ–Ī—Ä–į–∑–ĺ–≤–į—ö–Ķ ¬Ľ, sur http://www2.banjaluka.rs.ba, Site officiel de la Ville de Banja Luka (consult√© le )
      209. (sr) ¬ę Istorijat fakulteta ¬Ľ, sur http://www.etfbl.net, Site de la Facult√© de g√©nie √©lectrique (consult√© le )
      210. (sr) ¬ę Od februara 1975. do februara 2005 ¬Ľ, sur http://www.efbl.org, Site de la Facult√© de sciences √©conomique (consult√© le )
      211. (sr) ¬ę Site de la Facult√© de sylviculture ¬Ľ (consult√© le )
      212. (sr) ¬ę Fakultet ¬Ľ, sur http://www.agfbl.org, Site de la Facult√© d'architecture et de g√©nie civil (consult√© le )
      213. (sr) ¬ę Istorijat fakulteta ¬Ľ, sur http://www.pmfbl.org, Site de la Facult√© des sciences (consult√© le )
      214. (sr)(en) ¬ę Site de l'Acad√©mie des arts ¬Ľ (consult√© le )
      215. (sr) ¬ę Privatni fakulteti i univerziteti ¬Ľ, sur http://www.banjaluka.rs.ba, Site officiel de Banja Luka (consult√© le )
      216. (sr) ¬ę Site de l'universit√© d'ing√©nierie d'affaires et de management ¬Ľ (consult√© le )
      217. (sr) ¬ę Site de l'Universit√© Apeiron ¬Ľ (consult√© le )
      218. (en) ¬ę About us ¬Ľ, sur http://www.univerzitetps.com, Site de l'universit√© des hautes √©tudes commerciales (consult√© le )
      219. (sr) ¬ę O koledŇĺu ¬Ľ, sur http://www.kfbl.edu.ba, Site du Coll√®ge de communication (consult√© le )
      220. (hr) ¬ę Site de Autobusni Kolodvor Zagreb ¬Ľ (consult√© le )
      221. (sr) ¬ę Site de SP Lasta Beograd ¬Ľ (consult√© le )
      222. (sr) ¬ę O nama ¬Ľ, sur http://www.banjaluka-airport.com, Site de l'a√©roport international de Banja Luka (consult√© le )
      223. (en) ¬ę Newly Built Bridge in Ada Suburb Put into Operation ¬Ľ, sur http://www.banjaluka.rs.ba, Site officiel de la Ville de Banja Luka (consult√© le )
      224. (en) ¬ę Partner Cities ¬Ľ, sur http://www.banjaluka.rs.ba, Site officiel de la Ville de Banja Luka (consult√© le )

      Voir aussi

      Articles connexes

      Liens externes

      Cet article est issu de wikipedia. Text licence: CC BY-SA 4.0, Des conditions supplémentaires peuvent s’appliquer aux fichiers multimédias.