AccueilđŸ‡«đŸ‡·Chercher

August Meyszner

August Meyszner est un officier SS, nĂ© le  Ă  Graz (Styrie, Autriche-Hongrie) et mort exĂ©cutĂ© le Ă  Belgrade (Yougoslavie).

August Meyszner
Portrait d'August Meyszner en 1938.
August Meyszner en 1938.

Nom de naissance August Edler von Meyszner
Naissance
Graz, Autriche-Hongrie
DĂ©cĂšs
Belgrade, Yougoslavie
Origine Autrichien
Allégeance Drapeau de l'Autriche-Hongrie Autriche-Hongrie
Drapeau de l'Autriche Autriche
Drapeau de l'Allemagne nazie Reich allemand
Arme �Gendarmerie fédérale
�Allgemeine SS
�Ordnungspolizei (Orpo)
Grade GruppenfĂŒhrer
Années de service 1906 �1945
Commandement �Chef supérieur de la SS et de la police en Serbie (1942-1944)
Conflits �PremiÚre Guerre mondiale
�Seconde Guerre mondiale
Distinctions � Croix de fer de 1re classe
� Croix du Mérite de guerre de 1re classe avec glaive
� Ordre de la Couronne de fer
� Croix du Mérite militaire
� Signum Laudis
� Croix des Troupes de Charles
� Croix-Rouge de 2e classe

Homme politique nazi, il fait carriĂšre dans la police, atteignant un grade d'officier supĂ©rieur au sein de l'Ordnungspolizei (Orpo, « Police de l'ordre public ») autrichienne puis allemande aprĂšs l'Anschluss. Lors de la Seconde Guerre mondiale, il occupe le poste de chef supĂ©rieur de la SS et de la Police en Serbie. Il est dĂ©crit par les historiens comme l'un des subordonnĂ©s les plus brutaux du ReichsfĂŒhrer-SS[alpha 1] Heinrich Himmler.

August Meyszner commence sa carriĂšre comme officier de la gendarmerie. Durant la PremiĂšre Guerre mondiale, il sert sur le front italien et atteint le grade de Major en 1921. En , il rejoint le parti nazi autrichien et devient dĂ©putĂ© de droite puis, en 1930, ministre de la province de Styrie. Du fait de son appartenance au parti nazi, il est Ă©cartĂ© de la gendarmerie en 1933. En , il est arrĂȘtĂ© puis mis en dĂ©tention au camp d'internement de Wöllersdorf-SteinabrĂŒckl avant d'ĂȘtre libĂ©rĂ© trois mois plus tard. En juillet de la mĂȘme annĂ©e, il est de nouveau arrĂȘtĂ© Ă  la suite d'une tentative de coup d'État, mais s'Ă©chappe de sa cellule et fuit en Allemagne, oĂč il rejoint d'abord l'Orpo, puis l'Allgemeine SS. Il travaille ensuite dans divers postes de police en Autriche, en Allemagne et en NorvĂšge occupĂ©e jusqu'Ă  sa nomination au poste de chef supĂ©rieur de la SS et de la Police dans la Serbie occupĂ©e, au dĂ©but de l'annĂ©e 1942. Il est parmi les rares officiers de l'Orpo Ă  accĂ©der Ă  ce poste.

Le sĂ©jour d'August Meyszner en Serbie est marquĂ© par la friction et la concurrence entre les responsables militaires, Ă©conomiques et diplomatiques allemands. C'est Ă©galement durant cette pĂ©riode qu'il dĂ©veloppe une mĂ©fiance et une haine viscĂ©rales envers les Serbes. Au cours de son mandat, il supervise rĂ©guliĂšrement des exĂ©cutions et envoie des dizaines de milliers de travailleurs forcĂ©s en Allemagne et en NorvĂšge occupĂ©e. Un dĂ©tachement de la Gestapo, sous son commandement, a recours notamment Ă  un Gaswagen[alpha 2] pour tuer huit mille femmes et enfants juifs dĂ©tenus au camp de concentration de SajmiĆĄte. En , ses critiques envers les autres dirigeants du rĂ©gime d'occupation allemand qui, selon lui, ne sont pas assez durs et cruels envers les civils serbes, lui valent d'ĂȘtre renvoyĂ© de son poste de chef de la SS et de la Police. Heinrich Himmler le transfĂšre ensuite Ă  Berlin afin d'Ă©tablir une gendarmerie Ă  vocation europĂ©enne. AprĂšs la guerre, il est capturĂ© par les AlliĂ©s et incarcĂ©rĂ© dans l’attente de son jugement. ExtradĂ© en Yougoslavie avec le reste de ses subalternes, il est jugĂ© et reconnu coupable de crime de guerre par un tribunal militaire yougoslave : il est condamnĂ© Ă  la peine capitale puis pendu en .

Jeunesse et début de carriÚre

Photographie panoramique d'une ville.
Graz, ville natale d'August Meyszner.

August Edler von Meyszner naĂźt le Ă  Graz[4] - [5] - [ab 1], en Autriche-Hongrie, de Rudolf Edler von Meyszner, un Oberstleutnant (lieutenant-colonel) de l'armĂ©e territoriale impĂ©riale-royale autrichienne (la Landwehr) anobli en 1884[6], et de son Ă©pouse ThĂ©rĂšse (nĂ©e Tuschner)[7]. Son oncle est le lieutenant gĂ©nĂ©ral Ferdinand von Meyszner[8]. AprĂšs avoir terminĂ© ses Ă©tudes primaires et secondaires Ă  Graz, il frĂ©quente une Ă©cole des cadets Ă  Vienne. En 1908, il est affectĂ© au 3e rĂ©giment d'infanterie de la Landwehr Ă  Graz en tant qu'Ă©lĂšve-officier et, le , devient Leutnant (sous-lieutenant) dans le bataillon de Leoben[4]. Jusqu'au , il occupe le poste d'officier technicien au dĂ©partement des transmissions et des communications tĂ©lĂ©phoniques, tout en assurant l'entraĂźnement au ski du bataillon[9]. À sa demande, il est transfĂ©rĂ© Ă  la brigade de la gendarmerie de Trieste, le . En 1914, il effectue un stage en vue de ses nouvelles fonctions d'officier de gendarmerie et, le , soit une annĂ©e jour pour jour aprĂšs son transfert Ă  Trieste, il est officiellement admis dans la gendarmerie autrichienne[10] - [11].

Au dĂ©but de sa carriĂšre dans la gendarmerie, il est nommĂ© commandant du 5e dĂ©tachement Ă  Gorizia. Le , il est promu Oberleutnant (lieutenant). En aoĂ»t, il devient commandant de la section cĂŽtiĂšre de la gendarmerie de Grado, puis il est transfĂ©rĂ© le mois suivant Ă  la section des gardes-frontiĂšres basĂ©e Ă  Tolmin, dans l'actuelle SlovĂ©nie[10] - [4].

PremiĂšre Guerre mondiale

Quelques jours aprĂšs le dĂ©but de la PremiĂšre Guerre mondiale, August Meyszner Ă©pouse Pia Gostischa, jeune femme originaire de Marburg an der Drau (aujourd'hui Maribor)[12]. Le couple a une fille et un fils[12].

Le , il est affectĂ© comme commandant d'une compagnie de gendarmerie sur le front italien. Plus tard dans la mĂȘme annĂ©e, il est nommĂ© commandant de la 12e compagnie alpine. Le , il est promu Rittmeister (littĂ©ralement maĂźtre de cavalerie, Ă©quivalent Ă  capitaine) avec effet au [13]. En 1917, il est conseiller Ă  la 15e brigade de montagne. En aoĂ»t de la mĂȘme annĂ©e, il est rappelĂ© Ă  la gendarmerie de Trieste et, en novembre de l'annĂ©e suivante, devient commandant de la gendarmerie de Styrie Ă  Graz[10]. Durant la Grande Guerre, August Meyszner est blessĂ© et reçoit diverses distinctions honorifiques[8]. Il est notamment dĂ©corĂ© de l'ordre de la Couronne de fer, de la croix du MĂ©rite militaire, de la mĂ©daille du MĂ©rite militaire, de la croix des Troupes de Charles et de la mĂ©daille de la Croix-Rouge de 2e classe[14].

Durant l'entre-deux-guerres

CarriĂšre en Autriche

En , August Meyszner commande la gendarmerie frontaliĂšre de la ville de Judenburg, Ă  la frontiĂšre avec le royaume des Serbes, Croates et SlovĂšnes[15] - [10]. Cette annĂ©e-lĂ , il adhĂšre Ă  la Deutsch-Völkischen Turnverein, une association sportive nationaliste allemande, et prend la tĂȘte du groupe paramilitaire d'extrĂȘme-droite Steirischer Heimatschutz (Garde nationale styrienne). Plus tard, il profite de son rang supĂ©rieur dans la gendarmerie pour fournir des armes aux troupes de la Heimwehr[alpha 3] - [16] - [17].

Photographie reprĂ©sentant le portrait d'un homme de type caucasien, vĂȘtu d'un costume militaire clair.
Au milieu de l'année 1927, August Meyszner est reçu en audience par Adolf Hitler.

Jusqu'en 1928, August Meyszner travaille Ă  Judenburg, pĂ©riode durant laquelle il est Ă  maintes reprises envoyĂ© en renfort de plusieurs dĂ©tachements[18]. En 1921, il est promu major et, en aoĂ»t de la mĂȘme annĂ©e, est envoyĂ© Ă  la tĂȘte d'un dĂ©tachement de gendarmes afin de superviser l'unification du Burgenland avec l'Autriche. Ses hommes se heurtent Ă  des sĂ©paratistes hongrois dont l'un parvient Ă  le blesser Ă  la jambe. En 1922, son unitĂ© rĂ©ussit Ă  maĂźtriser des syndicalistes en grĂšve dans la rĂ©gion de Judenburg et, en 1927, mate la rĂ©bellion survenue au lendemain de la rĂ©volte de Juillet[10] - [15] - [ab 1]. Il rejoint le parti nazi autrichien le et reçoit le numĂ©ro de membre 10.617[10]. En , il est reçu en audience par Adolf Hitler avec deux de ses camarades de la Garde nationale, Walter Pfrimer et Hanns Albin Rauter. Le , August Meyszner est transfĂ©rĂ© Ă  Graz oĂč il entre en contact avec des organisations d'extrĂȘme-droite[16].

En 1930, August Meyszner devient dĂ©putĂ© au Landestag, le parlement provincial de Styrie, oĂč il reprĂ©sente le Heimatblock, parti politique du groupe paramilitaire nationaliste Heimwehr. Le systĂšme de reprĂ©sentation proportionnelle de la Styrie lui permet Ă©galement d'obtenir un poste de ministre au sein du gouvernement provincial[4] - [19]. En 1931, il s'intĂ©resse au projet de coup d'État de Pfrimer, mais ses obligations de dĂ©putĂ© et de ministre l'empĂȘchent de participer au putsch, qui avorte aprĂšs l'Ă©mission d'un mandat d'arrĂȘt Ă  l'encontre de Pfirmer et de son complice Konstantin Kammerhofer[20]. August Meyszner nie toute implication dans l'affaire mais dĂ©clare ouvertement son soutien aux putschistes[21]. Durant cette pĂ©riode, il occupe briĂšvement le poste de chef de la Garde nationale[10]. Il commence Ă©galement Ă  tisser des liens plus Ă©troits avec le parti nazi autrichien et rencontre Ă  plusieurs reprises Theodor Habicht, dĂ©lĂ©guĂ© d'Adolf Hitler en Autriche. À la fin de l'annĂ©e 1933, les nĂ©gociations entre les deux hommes aboutissent Ă  l'accord dit de Venise, par lequel la Garde nationale est mise sous l'Ă©gide du parti nazi. En , August Meyszner exprime ouvertement sa sympathie pour l'idĂ©ologie nazie en critiquant violemment les juifs d'Europe devant le Landestag[20]. À partir du mois de , le gouvernement dirigĂ© par le Front patriotique d'Engelbert Dollfuss proroge la juridiction du parlement et, en juin de la mĂȘme annĂ©e, interdit le parti nazi autrichien et la Garde nationale. Quelques jours auparavant, les fonctionnaires membres du parti nazi autrichien sont dĂ©clarĂ©s subversifs. August Meyszner est par la suite dĂ©chu de son siĂšge au parlement et mis en retraite anticipĂ©e de la gendarmerie en , Ă  l'Ăąge de 47 ans[22].

À l'issue de ses entretiens avec Habicht, August Meyszner est nommĂ© chef adjoint de la brigade Sturmabteilung (SA) du centre de la Styrie[22], avec le rang d'ObersturmbannfĂŒhrer (Ă©quivalent en France du grade de lieutenant-colonel)[10]. Durant cette pĂ©riode, il voyage beaucoup et rencontre des hauts dirigeants du parti nazi en Hongrie et en Yougoslavie[22]. En , il est internĂ© au camp d'internement de Wöllersdorf-SteinabrĂŒckl durant trois mois et demi en raison de ses activitĂ©s avec les nazis[4]. Il est libĂ©rĂ© aprĂšs avoir effectuĂ© une grĂšve de la faim. Peu de temps aprĂšs, les dirigeants de la Garde nationale de Styrie sont arrĂȘtĂ©s et August Meyszner reprend le contrĂŽle de l'organisation. De nouveau arrĂȘtĂ© peu aprĂšs l'Ă©chec du putsch de juillet, au cours duquel Dollfuss est assassinĂ©, August Meyszner s'Ă©chappe de sa cellule le et s'enfuit en Yougoslavie[11] - [ab 1]. Les autoritĂ©s autrichiennes le soupçonnent de fournir des armes aux conspirateurs mais son rĂŽle exact dans le putsch de juillet reste incertain[23]. Les brigades de la Garde nationale de Styrie et la SA jouent quant Ă  elles un rĂŽle important dans cette tentative de coup d'État. Selon l'historien autrichien Hans Schafranek, August Meyszner, ainsi que Rauter et Kammerhofer, qui dirigent la brigade SA de Haute Styrie, ont mis au point avec le soutien d'Habicht une conspiration contre les dirigeants de la SA autrichienne afin de contourner les directives venant du bureau central de la SA et s'attribuer ainsi les mĂ©rites du putsch devant le FĂŒhrer[ab 2]. En Yougoslavie, August Meyszner ne reçoit plus de pension et commence Ă  manquer d'argent[24]. Il travaille alors comme chef de la politique culturelle dans un refuge pour fugitifs nazis[10]. En , il s'embarque pour l'Allemagne[25] et se rend dans un autre refuge pour fugitifs nazis Ă  Miastko, dans la province de PomĂ©ranie, avant d'ĂȘtre transfĂ©rĂ© dans un Ă©tablissement similaire Ă  Berlin[10]. Il soumet son curriculum vitĂŠ Ă  l'Allgemeine SS qui, Ă  l'Ă©poque, est la nouvelle branche paramilitaire du parti nazi allemand et dĂ©passe rapidement la SA en termes d'effectifs. Il y souligne avoir de l'expĂ©rience en tant que planificateur et orateur politique, et suggĂšre d'utiliser ses compĂ©tences au-delĂ  du domaine militaire[25].

CarriĂšre en Allemagne

Portrait en noir et blanc d'un homme vĂȘtu d'un costume militaire.
Le chef de l'Orpo Kurt Daluege a dĂ» intervenir pour le compte d'August Meyszner lors d'une altercation avec le secrĂ©taire d'État Ă  la SĂ©curitĂ© en Autriche, Ernst Kaltenbrunner (ici, portrait de Kurt Daluege en 1933, nommĂ© au ministĂšre prussien de l’IntĂ©rieur, chargĂ© des forces de police).

August Meyszner est briĂšvement chargĂ© de coordonner l'assistance aux fugitifs nazis d'Autriche pour le compte de la SA. Le , il rejoint l'Allgemeine SS avec le grade d'OberfĂŒhrer[alpha 4] et reçoit le numĂ©ro matricule 263.406[10]. Il est ensuite nommĂ© chef SS sous les ordres directs de Heinrich Himmler qui l'affecte au Kommando Sammelstelle[26] - [27]. Il reçoit la citoyennetĂ© allemande en [28] et, le suivant, rejoint la Schutzpolizei (police de protection), une branche de l'Ordnungspolizei (Orpo), au grade de Major[29] - . Il quitte officiellement la SA mais sa carriĂšre au sein de l'Allgemeine SS est de courte durĂ©e, du fait d'une loi interdisant l'admission des officiers de police dans l'organisation. August Meyszner est donc obligĂ© de dĂ©missionner de l'Allgemeine SS en [29]. Le , il est promu au grade d'Oberstleutnant der Polizei (lieutenant-colonel de police)[4]. Il est autorisĂ© Ă  rĂ©intĂ©grer l'Allgemeine SS en , avec son ancien grade, et travaille dans les bureaux du SS-Abschnitt III (district III)[29] et de la Schutzpolizei Ă  Berlin[10] - [28]. En 1937, il est nommĂ© juge honoraire du Volksgerichtshof (le Tribunal du peuple) ; son mandat est renouvelĂ© en 1941[28]. ÉpaulĂ© par des unitĂ©s de l'Orpo, il retourne en Autriche durant l'annexion de l'Autriche par l'Allemagne nazie. Il s'installe alors Ă  Vienne et devient inspecteur par intĂ©rim de l'Orpo en Autriche en plus d'une promotion au grade d'Oberst der Polizei (colonel de police), le . Lors des Ă©lections lĂ©gislatives du , il est Ă©lu dĂ©putĂ© au Reichstag, poste qu'il occupe jusqu'Ă  la fin de la Seconde Guerre mondiale. À partir du , il est nommĂ© inspecteur de l'Orpo auprĂšs du secrĂ©taire d'État Ă  la SĂ©curitĂ© en Autriche, Ernst Kaltenbrunner[30].

Peu aprĂšs sa prise de fonction, August Meyszner a une violente altercation avec Kaltenbrunner. Kurt Daluege, chef de l'Orpo, intervient pour rĂ©gler le diffĂ©rend entre les deux hommes. Au dĂ©but du mois d', il est transfĂ©rĂ© dans la rĂ©gion des SudĂštes au poste de commandant de l'Orpo[31], aprĂšs l'annexion de ce territoire par l'Allemagne. Le , il est promu au grade de Generalmajor[alpha 5] et, en juin, obtient une nouvelle affectation dans la ville de Cassel, au poste d'inspecteur de l'Orpo de la province de Hesse-Nassau[31]. Il occupe ce poste jusqu'au , pĂ©riode durant laquelle il est promu SS-BrigadefĂŒhrer[alpha 6], le [26].

Seconde Guerre mondiale

Distinctions et postes de hauts rangs

AprĂšs le dĂ©clenchement de la Seconde Guerre mondiale, August Meyszner occupe quelques postes de haut niveau et, dĂšs le dĂ©but de l'annĂ©e 1940, est nommĂ© reprĂ©sentant du Höhere SS- und PolizeifĂŒhrer (« chef supĂ©rieur de la SS et de la police ») Ă  Weimar, Josias de Waldeck-Pyrmont. Le , Heinrich Himmler le dĂ©signe commandant de l'Orpo en NorvĂšge occupĂ©e[10] oĂč il travaille en collaboration avec Wilhelm Rediess. En 1941, il est dĂ©corĂ© de la croix du MĂ©rite de guerre de 2e classe avec glaives[32].

Il est rappelĂ© en Allemagne au milieu du mois de janvier et, malgrĂ© son rang peu Ă©levĂ©, il est autorisĂ© Ă  assister Ă  une confĂ©rence rĂ©unissant quelques hauts responsables de la SS Ă  Hegewald, quartier gĂ©nĂ©ral de Heinrich Himmler, qui se situe Ă  proximitĂ© de la « taniĂšre du loup » de Hitler en Prusse-Orientale. La petite assemblĂ©e discute de divers sujets, dont le recours au travail forcĂ©, la Solution finale et le schĂ©ma directeur pour l'Est, un projet qui vise Ă  coloniser l'Europe centrale et de l'Est par l'« Allemagne aryenne ». Selon l'historien allemand Martin Moll, l'aptitude d'August Meyszner Ă  endosser un poste important sur le territoire de la Serbie occupĂ©e est examinĂ©e lors de la confĂ©rence[33]. Le , il est promu au grade de SS-GruppenfĂŒhrer[alpha 7] et, le , est hissĂ© au rang de Generalleutnant[alpha 8] der Polizei[26].

Contexte géopolitique en Serbie occupée

Carte indiquant les divisions administratives du territoire de la Serbie occupée par l'Allemagne nazie.
Carte du territoire de la Serbie occupée, indiquant les zones de commandement et les districts militaires allemands.

Le territoire de la Serbie occupĂ©e, dont l'Ă©tendue Ă©quivaut Ă  peu prĂšs Ă  celui du royaume de Serbie d'avant 1912, est placĂ© sous administration militaire aprĂšs l'invasion de la Yougoslavie par l'Allemagne en [34] - [35]. Les Allemands y Ă©tablissent un rĂ©gime fantoche, le Gouvernement de salut national, dirigĂ© par Milan Nedić[ab 3], ancien ministre de la Guerre yougoslave[36]. En outre, la politique du commandant de la Wehrmacht chargĂ© de la juridiction de ce territoire exclut la nomination d'un chef supĂ©rieur de la SS. Au milieu de l'annĂ©e 1941, une rĂ©volte dirigĂ©e par des communistes Ă©clate. Bien qu'ils soient brutalement rĂ©primĂ©s par la Wehrmacht durant l'opĂ©ration Uzice de , les communistes envisagent un nouveau soulĂšvement dĂšs l'annĂ©e suivante. Pour faire face Ă  cette Ă©ventualitĂ©, Heinrich Himmler dĂ©cide de nommer un chef supĂ©rieur de la SS et de la Police pour le territoire occupĂ©[37] - [38]. Il estime que le rĂ©gime d'occupation qui y est Ă©tabli n'est pas assez dur et impitoyable envers le peuple serbe[39]. August Meyszner est choisi pour endosser ce nouveau poste[40] - [41] et devient, Ă  55 ans, le chef supĂ©rieur de la SS et de la police le plus ĂągĂ© du Reich[42] et un des rares officiers de l'Orpo Ă  accĂ©der Ă  ce poste[6] - [43] - [44].

Arrivée à Belgrade

Lorsqu'il arrive Ă  Belgrade Ă  la fin du mois de [45] - [27], August Meyszner est confrontĂ© Ă  un maelstrom politique marquĂ© par la concurrence et les dĂ©saccords entre les dirigeants du rĂ©gime d'occupation allemand, ce qui affecte profondĂ©ment la chaĂźne de commandement militaire[40]. Une branche de l'Ă©tat-major militaire dirige l'administration du territoire occupĂ© et une autre s'occupe des opĂ©rations militaires contre les insurgĂ©s. Quelques semaines aprĂšs l'arrivĂ©e d'August Meyszner, les deux services sont fusionnĂ©s et placĂ©s sous le commandement du General der Artillerie[alpha 9] Paul Bader[46]. Ce dernier relĂšve du commandant de la Wehrmacht en Europe du Sud-Est, le General der Pioniere[alpha 10] Walter Kuntze, qui lui-mĂȘme est sous les ordres directs de Hitler[47]. Les dirigeants de la Wehrmacht en Serbie occupĂ©e considĂšrent la nomination d'August Meyszner comme « un changement organisationnel trĂšs pĂ©remptoire[48]. ». Le chef d'Ă©tat-major de Kuntze considĂšre mĂȘme l'officier comme « quelqu'un dont nous n'avons pas demandĂ© la venue[49] ».

Priorités politiques et remaniement organisationnel

Bader est secondé par un état-major de commandement militaire dirigé par le colonel Erich Kewisch, qui contrÎle les bataillons de défense de la région, ainsi qu'un état-major administratif dirigé par Harald Turner[50]. Ce dernier contrÎle également le gouvernement collaborateur serbe mais aussi les commandants allemands des quatre districts militaires du territoire occupé, ainsi que les forces de police[51] - [52].

À la tĂȘte du commandement militaire se trouvent un plĂ©nipotentiaire du ministĂšre des Affaires Ă©trangĂšres, Felix Benzler[11], dĂ©pendant du ministre Ribbentrop, ainsi que Franz Neuhausen, reprĂ©sentant du Reichsmarschall Göring et chargĂ© des affaires Ă©conomiques du rĂ©gime d'occupation[53]. Ces structures de pouvoir sont en concurrence les unes avec les autres, dans une plus grande mesure que partout ailleurs en Europe occupĂ©e. La nomination d'August Meyszner complique davantage une situation dĂ©jĂ  complexe car, avant sa venue, Turner Ă©tait responsable des forces de police et de sĂ©curitĂ©[38]. MĂȘme s'il reçoit directement ses ordres de Heinrich Himmler, August Meyszner a dĂ» reconnaĂźtre officiellement Bader comme son supĂ©rieur, afin de ne pas jeter de l'huile sur le feu. L'une de ses prioritĂ©s est d'amĂ©liorer la coordination de la politique Ă  l'Ă©gard des Volksdeutschen[alpha 11], dont la majoritĂ© se concentre dans la rĂ©gion du Banat serbe[11]. Ces derniers y ont Ă©tĂ© placĂ©s vers la fin de l'annĂ©e 1941 en vue de la crĂ©ation d'une division Waffen-SS dans la rĂ©gion[54]. Cette dĂ©cision, approuvĂ©e par Hitler quelques jours avant la nomination d'August Meyszner, persuade davantage encore Heinrich Himmler de nommer un chef supĂ©rieur de la SS et de la police Ă  Belgrade[55].

August Meyszner prend le contrĂŽle du Einsatzgruppe « Serbia »[alpha 12], qui Ă©tait auparavant sous le commandement de Turner : cette unitĂ© est composĂ©e de membres du Sicherheitsdienst (le SD) et de la Sicherheitspolizei (la Sipo), ainsi que du 64e bataillon de rĂ©serve de la police[51]. Le SS-StandartenfĂŒhrer[alpha 13] Wilhelm Fuchs fait partie des commandants de cette unitĂ© et supervise l'exĂ©cution de nombreux Juifs et Slaves. August Meyszner a pour adjoint Emanuel SchĂ€fer, alors que le poste de chef de la Gestapo de Belgrade est tenu par le SS-SturmbannfĂŒhrer[alpha 14] Bruno Sattler. Le SS-UntersturmfĂŒhrer[alpha 15] Fritz Stracke occupe quant Ă  lui le poste de chef de la section juive de la Gestapo[57].

Photographie en noir et blanc de deux hommes en uniforme.
Wilhelm Fuchs (à droite), un des responsables des trois branches de la police avant l'arrivée d'August Meyszner à Belgrade[58] - [27].

August Meyszner se lance dans une rĂ©organisation en profondeur de toutes les opĂ©rations de police du territoire occupĂ©[58]. Il crĂ©e quatre secteurs de commandement de police, correspondant aux quatre secteurs de commandements militaires, ainsi que dix districts de police rĂ©partis dans chacun des dix districts militaires[58]. La police du gouvernement de Milan Nedić, la Garde nationale serbe[59] passe sous son commandement, et il crĂ©e un certain nombre d'unitĂ©s auxiliaires et bĂ©nĂ©voles de police sur l'ensemble du territoire[58]. On trouve, parmi les unitĂ©s contrĂŽlĂ©es par August Meyszner, la troupe de police auxiliaire, formĂ©e et entrainĂ©e par l'Orpo et dont les membres sont des Volksdeutschen originaires de la Russie, de la Croatie, de la Bulgarie, de la GrĂšce et de la Roumanie. Il est prĂ©vu que l'unitĂ© atteigne un effectif de quatre cents hommes[60].

Le travail d'August Meyszner ne se limite pas aux questions relatives Ă  la sĂ©curitĂ© et Ă  la police. Bien qu'il soit le subordonnĂ© « personnel et direct » de Bader, il ne reçoit pas pour autant de directives quotidiennes de ce dernier et de son Ă©tat-major. August Meyszner est Ă©galement responsable du « renforcement » de la communautĂ© allemande de Serbie. Il doit pour cela prendre le contrĂŽle des forces de sĂ©curitĂ© du rĂ©gime de Nedić et superviser la collecte des revenus et taxes, tout en assurant le renforcement des unitĂ©s volontaires de Volksdeutschen au profit de la Waffen-SS. DĂšs son arrivĂ©e Ă  Belgrade, il fait la rencontre de Werner Lorenz, chef du Hauptamt Volksdeutsche Mittelstelle (VoMi, bureau de liaison des Allemands de « souche »), un service qui veille aux intĂ©rĂȘts des Volksdeutschen en dehors des frontiĂšres du Reich tout en assurant la propagande de l'idĂ©ologie nazie dite du Lebensraum (espace vital) en Europe de l'Est. August Meyszner rencontre Ă©galement le SS-ObersturmfĂŒhrer[alpha 16] Sepp Janko, chef des Volksdeutschen de la rĂ©gion du Banat, ainsi que le SS-BrigadefĂŒhrer[alpha 17] Artur Phleps, avec lequel il discute de la crĂ©ation de la 7e division SS « Prinz Eugen », une division de montagne de la Waffen-SS formĂ©e de Volksdeutschen des Balkans volontaires[61] - [58].

Différend avec Harald Turner

DĂšs son entrĂ©e en fonction, August Meyszner est vu d'un mauvais Ɠil par Turner[62], auparavant responsable des affaires intĂ©rieures et de la relation avec le Gouvernement de salut national[63]. Turner est un partisan du renforcement de ce gouvernement et encourage la collaboration avec les Serbes qui n'ont pas d'opinions hostiles envers le rĂ©gime d'occupation. August Meyszner a quant Ă  lui une vision radicalement opposĂ©e et, tout au long de son sĂ©jour Ă  Belgrade, il refuse de collaborer avec les autoritĂ©s serbes sauf en cas de nĂ©cessitĂ© stratĂ©gique[64]. Ayant toujours Ă©prouvĂ© une haine viscĂ©rale envers les Serbes[65], il va jusqu'Ă  dĂ©clarer : « Mieux vaut avoir un Serbe mort que vivant »[11]. Il aurait Ă©galement qualifiĂ© les Serbes de « peuple de rats » (en allemand : ein Rattenvolk)[66]. L'historien Jonathan Steinberg le dĂ©crit par ailleurs comme l'un des subordonnĂ©s les plus brutaux de Heinrich Himmler[44] tandis que Jozo Tomasevich le dĂ©peint comme une personne « assoiffĂ©e de sang »[11].

Tout au long de l'annĂ©e 1942 donc, August Meyszner est en perpĂ©tuel dĂ©saccord avec Turner, d'autant plus qu'il cherche Ă  l'Ă©loigner de toutes attributions relatives au service de police, y compris la supervision des forces de sĂ©curitĂ© du gouvernement serbe dirigĂ© par Milan Nedić[67]. Cependant, Turner ne se laisse pas faire et se bat avec acharnement pour garder le contrĂŽle de son service. August Meyszner quant Ă  lui pense que la seule façon de maintenir la paix et la sĂ©curitĂ© dans le territoire occupĂ© est de recourir Ă  des mĂ©thodes policiĂšres brutales, alors que Turner souhaite attribuer plus de pouvoir au rĂ©gime de Nedić et remplacer l'administration militaire par une administration civile, semblable au Reichskommissariat Niederlande[68] dans l'espoir de se voir attribuer le poste de Reichskommisar (gouverneur)[69]. August Meyszner tente de faire rĂ©trograder les subalternes de Turner pour les placer ensuite sous la coupe de Paul Bader mais Karl Wolff intervient pour contrecarrer ce plan. L'approche de Turner est en outre trĂšs en dĂ©calage avec celle des dirigeants de la Wehrmacht, qui ne tolĂšrent aucune inefficacitĂ© rĂ©sultant d'un quelconque dĂ©saccord entre ses officiers[70].

MalgrĂ© quelques doutes, l'Ă©tat-major local de la Wehrmacht Ă©tablit de bons rapports de travail avec August Meyszner. Ce dernier rencontre rĂ©guliĂšrement Paul Bader et les deux hommes se soutiennent mutuellement[71]. En revanche, la dissension entre August Meyszner et Harald Turner devient de plus en plus ingĂ©rable et remonte Ă  Heinrich Himmler. Ce dernier les laisse rĂ©soudre leurs diffĂ©rends entre eux ; conformĂ©ment Ă  son mode habituel de gestion[72]. August Meyszner s'oppose fondamentalement Ă  toute tentative de Turner de prolonger le mandat du rĂ©gime serbe. Or les dirigeants de ce dernier envisagent la crĂ©ation d'une association sportive et la rĂ©ouverture de l'universitĂ© de Belgrade. Meyszner pense au contraire qu'il n'est pas dans l'intĂ©rĂȘt de l'Allemagne de « laisser se dĂ©velopper une intelligence slave hostile »[73].

Photographie en noir et blanc de DraĆŸa Mihailović, portant des lunettes et vĂȘtu de l'uniforme de l'armĂ©e yougoslave.
August Meyszner se mĂ©fie des forces de sĂ©curitĂ© de Nedić car il pense qu'elles soutiennent le chef des TchetniksDraĆŸa Mihailović (photo).

Les rapports qu'August Meyszner envoie Ă  Heinrich Himmler dĂ©montrent sa mĂ©fiance Ă  l'Ă©gard des forces de sĂ©curitĂ© serbes, en dĂ©clarant qu'il est « insensĂ© » d'armer la Garde nationale serbe, forte de seize mille hommes. Il soupçonne par ailleurs la Garde nationale serbe de soutenir le dirigeant royaliste DraĆŸa Mihailović, dont la « liquidation » serait, selon Heinrich Himmler, la base de leur succĂšs en Serbie et dans toute l'Europe orientale[74] - [75]. D'autre part, le fait que Harald Turner et August Meyszner n'arrivent pas Ă  s'entendre sur la maniĂšre d'utiliser les biens volĂ©s aux Juifs assassinĂ©s tĂ©moigne encore plus de l'ampleur du dĂ©saccord entre les deux hommes[76]. Le , Kuntze est remplacĂ© au poste de commandant de la Wehrmacht en Europe du Sud-Est par l'Autrichien Alexander Löhr[47]. Au dĂ©but du mois de , August Meyszner dĂ©pose auprĂšs de Heinrich Himmler un rapport officiel qui accuse Turner de divulguer des secrets d'État, violant ainsi l'article 90 du Code pĂ©nal allemand[77]. ChoquĂ© par ces allĂ©gations, Turner donne l'ordre Ă  son personnel de s'en remettre Ă  l'autoritĂ© du HSSPf pour rĂ©gler les questions en rapport avec la police, ainsi que les tĂąches administratives et politiques, incluant le contrĂŽle des jeux de hasard, du commerce local et de la libertĂ© de rĂ©union[78]. Le diffĂ©rend entre August Meyszner et Harald Turner devient ingĂ©rable, Ă  tel point qu’en le SS-Hauptamt (bureau central de la SS) dĂ©cide d'envoyer un Ă©missaire Ă  Belgrade afin d'enquĂȘter et faire le point sur la situation. Un rapport officiel dĂ©crit alors le comportement des deux officiers comme « honteux »[79].

Le , Heinrich Himmler rencontre August Meyszner Ă  Kraljevo, Ă  l'occasion de l'inspection de la 7e division SS rĂ©cemment crĂ©Ă©e. Bien qu'il ait lĂ©gĂšrement rĂ©primandĂ© August Meyszner en menaçant de le congĂ©dier si un tel comportement se reproduisait, Heinrich Himmler est impressionnĂ© par la nouvelle division. Il dĂ©cide alors de congĂ©dier Turner, ce qui est, selon Moll, une dĂ©cision moins embarrassante que de renvoyer August Meyszner, son reprĂ©sentant officiel dans le territoire occupĂ©[80]. Bien que considĂ©rĂ© comme un officier « strict et inflexible », Turner soutient Nedić et le Gouvernement de salut national, ainsi que l'ensemble de la population serbe[81]. Le , Turner est congĂ©diĂ© ainsi que son adjoint Georg Kiessel ; il est remplacĂ© par le chef du service juridique de Belgrade, Walter Uppenkamp[80] - [82]. En , Alexander Löhr est de nouveau dĂ©signĂ© commandant en chef de la Wehrmacht pour le Sud-Est de l'Europe et commandant du groupe d'armĂ©es E mais la chaĂźne de commandement locale reste inchangĂ©e[47]. En 1942, August Meyszner est dĂ©corĂ© de la croix du MĂ©rite de guerre de 1re classe avec glaives[32].

Les exécutions massives

Voulant « rĂ©gler » la question juive lui-mĂȘme, August Meyszner insiste auprĂšs de ses supĂ©rieurs afin de disposer d'un Gaswagen (camion Ă  gaz) pour assassiner les femmes et enfants juifs[83], les nazis ayant exterminĂ© tous les hommes de la population juive serbe dĂšs le mois de [2] - [84] - [85]. Le camion Ă  gaz est dĂ©pĂȘchĂ© de Berlin vers la fin du mois d'avril de l'annĂ©e 1942 et August Meyszner donne toutes les consignes concernant les exĂ©cutions Ă  son assistant Emanuel SchĂ€fer[86].

SchĂ€fer confie l'exĂ©cution des femmes et enfants juifs au chef de la Gestapo de Belgrade, Bruno Sattler. Ce dernier dĂ©signe le commandant du camp, Herbert Andorfer, pour accompagner le camion Ă  gaz, conduit par deux sous-officiers envoyĂ©s par Berlin. À l'exception des dimanches et jours fĂ©riĂ©s, le camion rassemble quotidiennement une centaine de femmes et enfants du camp et les conduit vers un champ de tir en dehors de la ville de Belgrade. Durant le trajet, le gaz d'Ă©chappement du vĂ©hicule est dĂ©viĂ© vers le compartiment hermĂ©tique du camion oĂč s'entassent les Juifs, les tuant par asphyxie[87]. À son arrivĂ©e au champ de tir, le camion est reçu par un dĂ©tachement de quatre hommes du 64e bataillon de rĂ©serve de la police allemande ainsi que par un groupe de sept Serbes extraits de la prison de Belgrade. Les prisonniers dĂ©chargent les cadavres du camion Ă  gaz et les jettent dans une fosse commune. À la date du , l'intĂ©gralitĂ© des occupants du camp, soit pas moins de huit mille femmes et enfants juifs, ont Ă©tĂ© tuĂ©s par la Gestapo d'August Meyszner. Le , SchĂ€fer dĂ©clare Ă  un groupe d'officiers de la Wehrmacht, parmi lesquels figurent Bader et Kuntze, que « le cas des Juifs de Serbie a Ă©tĂ© rĂ©glĂ© »[88].

Autres mesures pour consolider le régime d'occupation

En , Nedić propose une loi visant la crĂ©ation d'un État corporatif autoritaire similaire Ă  celui que prĂ©conisaient Dimitrije Ljotić et son mouvement national fasciste ZBOR[89] - [90]. Paul Bader demande l'avis des diffĂ©rents dirigeants du rĂ©gime d'occupation et, bien que certains d'entre eux aient Ă©tĂ© favorables Ă  son adoption, August Meyszner s'y oppose fermement, considĂ©rant cette loi comme une menace pour les intĂ©rĂȘts allemands. Lorsque Hitler est informĂ© de cette proposition de loi, il la juge lui aussi « inopportune » pour l'Allemagne[89].

En , August Meyszner dĂ©nonce Ă  Heinrich Himmler la « douceur » de la politique de Felix Benzler envers les Serbes, qui leur permet par exemple de contrĂŽler la gestion des rĂ©coltes[91]. Il qualifie d'irresponsables ceux qui accordent du pouvoir et de la libertĂ© supplĂ©mentaire au rĂ©gime serbe de collaboration qui, selon lui, cherche en permanence un moyen de dĂ©stabiliser le rĂ©gime d'occupation. L'un des nombreux sujets de prĂ©occupation d'August Meyszner est la formation du corps de volontaires serbes (SDK)[58]. Selon lui, Harald Turner et Benzler ont commis une erreur en permettant la formation de cette unitĂ© collaboratrice qu'il perçoit comme un paravent Ă  la propagande royaliste. D'aprĂšs Martin Moll, la perspective d'August Meyszner Ă©tait trĂšs restreinte et ne tenait pas compte des objectifs politiques associĂ©s Ă  l'octroi d'un certain pouvoir au rĂ©gime de Nedić[92]. À la fin de l'annĂ©e 1942, August Meyszner ordonne aux militaires Volksdeutschen du Banat de quitter la province afin de renforcer les rangs de la 7e division, ce qui par la suite engendrera une paralysie de l'Ă©conomie et de l'administration locales. Pour corriger cette erreur, il demande alors la dĂ©mobilisation de tous les hommes de la division, ĂągĂ©s de plus de 40 ans. Il prĂ©voit Ă©galement d'enrĂŽler des groupes minoritaires vivant dans le Banat, comme les Hongrois, les Roumains et les Slovaques, mais cette initiative est rejetĂ©e par Heinrich Himmler[93].

Au plus haut rang du parti nazi

Une croix gammée entourée d'un insigne circulaire doré.
August Meyszner reçoit l'insigne d'honneur en or du NSDAP en 1943.

Depuis qu'il a fui l'Autriche pour l'Allemagne, August Meyszner a toujours eu des problĂšmes au sujet de son adhĂ©sion au parti nazi. Il affirme qu'en vertu de l'accord de Venise qu'il a passĂ© avec Theodor Habicht en 1933, ses anciens collĂšgues de la garde nationale de Styrie et lui-mĂȘme devraient bĂ©nĂ©ficier d'un certain privilĂšge d'adhĂ©sion au parti, du fait de leur appartenance de longue date Ă  la Garde nationale styrienne[94]. Le trĂ©sorier du parti nazi, Franz Xaver Schwarz, nie cette prĂ©rogative et dĂ©cide que les anciens membres de la Garde nationale styrienne ne doivent pas ĂȘtre admis d'office dans le parti. Hitler dĂ©cide de marquer le dixiĂšme anniversaire de son accession au pouvoir en chargeant son secrĂ©taire particulier et chef de la chancellerie du NSDAP, Martin Bormann, de dĂ©cerner un nombre trĂšs limitĂ© de symboles d'or du parti aux membres du parti. August Meyszner, qui est recommandĂ© par Heinrich Himmler, accepte que la date officielle de son entrĂ©e au parti soit fixĂ©e au , soit deux mois aprĂšs l'Anschluss ; il reçoit alors le numĂ©ro d'adhĂ©rent 6.119.650[95]. August Meyszner n'aurait pu obtenir le statut de Alter KĂ€mpfer (« Vieux Combattant » du parti) sans l'intervention de Heinrich Himmler. Il fait partie des cinq officiers SS que Heinrich Himmler juge dignes de porter le chevron d'honneur de la Vieille Garde[96].

Se prévalant de son statut de responsable de la Volksdeutsche du Banat, August Meyszner s'immisce constamment dans les ordres directs que reçoit la 7e division SS. En , l'ensemble des forces de police sous son commandement inclut le 5e régiment « SS-Polizei » et sept bataillons de la hilfspolizei (police auxiliaire) composés de diverses ethnies, qui n'ont reçu que quatre à cinq semaines de formation avant de devenir opérationnels[alpha 18] - [98].

Photographie en noir et blanc d'un homme en uniforme assis sur son bureau et en train de scruter une carte.
Jusqu'au début de l'année 1943, le général d'artillerie Paul Bader est en bons termes avec August Meyszner.

La relation cordiale entre Paul Bader et August Meyszner se dĂ©grade au dĂ©but de l'annĂ©e 1943, lorsque Bader se rend compte que August Meyszner rapporte Ă  Heinrich Himmler ses propos critiques sur l'incapacitĂ© de la Wehrmacht Ă  combattre la menace des partisans[99]. Bader riposte en avril en adressant une lettre Ă  Alexander Löhr oĂč il se plaint des agissements d'August Meyszner qui, selon lui, a livrĂ© 300 prisonniers de guerre soviĂ©tiques au Corps russe sans le consulter et a omis de l'informer des dĂ©sertions qui ont eu lieu au sein du corps des volontaires serbes[100]. DĂ©crivant la situation comme « impossible », Bader affirme que bien qu'il soit vu comme le premier responsable du territoire occupĂ©, ses ordres sont contestĂ©s par August Meyszner par le biais de la chaĂźne de commandement de la police[101]. Par la suite, l'association entre les deux hommes vole en Ă©clats, ce qui rĂ©jouit les autres hauts dirigeants du rĂ©gime d'occupation[102]. Nedić, quant Ă  lui, proteste contre la politique d'occupation allemande ainsi que le fait de devoir faire un rapport Ă  quatre autoritĂ©s diffĂ©rentes et en perpĂ©tuel dĂ©saccord[101]. En mai, August Meyszner assiste Ă  une rĂ©union au ministĂšre des Affaires Ă©trangĂšres au cours de laquelle il reproche Ă  Nedić de ne pas ĂȘtre assez loyal envers l'Allemagne et ne le considĂšre utile que pour « combattre les communistes »[103]. En juillet et aoĂ»t, Berlin tente de dĂ©samorcer la situation en nommant Neuhausen au poste de chef d'Ă©tat-major de l'administration militaire, en laissant cependant une certaine indĂ©pendance Ă  August Meyszner[101]. La police et les services de sĂ©curitĂ© d'August Meyszner continuent leurs reprĂ©sailles sanglantes envers les juifs serbes, Ă  la demande de la Wehrmacht. Ainsi, fin juin, August Meyszner ordonne l'exĂ©cution de 575 prisonniers Ă  la suite d'une attaque au cours de laquelle sept policiers auxiliaires allemands sont blessĂ©s et huit tuĂ©s[ab 3] - [104] - [alpha 19].

Durant le mois de septembre, un nouveau plĂ©nipotentiaire â€?/span> dĂ©sormais chargĂ© de l'administration des Balkans occupĂ©s â€?/span> est nommĂ© pour remplacer Felix Benzler[91] : Hermann Neubacher, chargĂ© par Hitler d'entreprendre une sĂ©rie de tĂąches visant Ă  concentrer la lutte contre les forces communistes du Sud-Est de l'Europe[ab 4]. Pour atteindre cet objectif, le FĂŒhrer ordonne Ă  Neubacher de s'allier avec les forces anticommunistes locales. Il est Ă©galement habilitĂ© Ă  rationaliser l'administration du rĂ©gime d'occupation allemand et transfĂ©rer plus de pouvoir aux mandataires locaux, notamment Milan Nedić et son gouvernement. Hitler confie Ă©galement Ă  Neubacher la responsabilitĂ© de toutes les prises de dĂ©cision concernant les reprĂ©sailles contre la population locale[105] mais, Ă  l'instar d'August Meyszner, il constate que le manque de coopĂ©ration et de confiance entre les dirigeants du rĂ©gime d'occupation pourrait limiter sa capacitĂ© Ă  remplir ces tĂąches. Neuhausen, rĂ©cemment nommĂ© chef de l'administration militaire, possĂšde en rĂ©alitĂ© beaucoup plus de pouvoir que Neubacher et exploite Ă  sa guise l'Ă©conomie serbe afin d'en faire profiter le rĂ©gime de Nedić[106]. August Meyszner est strictement contre l'octroi de tout pouvoir Ă  l'administration Nedić tout en s'opposant aux tentatives d'accords avec les Tchetniks. Selon lui, Neubacher cherche Ă  revenir aux politiques inefficaces de Turner[107] - [108]. L'historien Jozo Tomasevich considĂšre que Neubacher a rĂ©ussi Ă  limiter significativement les reprĂ©sailles contre le peuple serbe[106], bien que Moll conteste cette conclusion[109].

En novembre, le Gouvernorat italien du MontĂ©nĂ©gro, alors sous occupation allemande, est inclus dans la zone de commandement d'August Meyszner[102]. Le mois suivant, le Sonderaktion 1005 de Paul Blobel arrive Ă  Belgrade pour exhumer et brĂ»ler les corps des femmes et enfants juifs assassinĂ©s par la Gestapo d'August Meyszner[110]. Vers la fin de l'annĂ©e 1943, ce dernier reçoit la croix de fer de 2e classe[32] - [111].

Opposition aux Tchetniks

En , August Meyszner intensifie ses efforts pour saboter les accords passĂ©s avec les Tchetniks[112]. Fait surprenant, il est rejoint dans sa dĂ©marche par l'un de ses adversaires politiques, Milan Nedić, qui voit ses intĂ©rĂȘts stratĂ©giques gĂȘnĂ©s par ces accords[89]. August Meyszner refuse notamment de fournir des armes aux Tchetniks dirigĂ©s par Pavle ĐuriĆĄić et Vojislav Lukačević, du fait de leur non-respect des prĂ©cĂ©dents accords passĂ©s avec la Wehrmacht[113]. Il affirme par ailleurs que les Croates, ainsi que les musulmans d'Albanie, du Kosovo et du SandĆŸak ont exprimĂ© leur rĂ©ticence au sujet du renforcement de l'armement des Tchetniks. Le commandant du 1er Corps d'occupation bulgare, le gĂ©nĂ©ral Asen Nikoloff, s'oppose Ă©galement Ă  ces accords. Les protestations d'August Meyszner coĂŻncident avec la pression croissante des partisans et l'avancĂ©e de l'ArmĂ©e rouge[107].

DĂ©clin et transfert Ă  Berlin

En avril, Neubacher et la Wehrmacht dĂ©cident d'Ă©carter August Meyszner[11]. La raison de ce renvoi est la critique d'August Meyszner Ă  l'Ă©gard de Neubacher concernant le manque de rigueur des reprĂ©sailles, des propos qui, selon Neubacher, ne font que « saper la discipline officielle ». Neubacher bĂ©nĂ©ficie du soutien de l'ancien rival d'August Meyszner, Ernst Kaltenbrunner, devenu entre-temps le chef du Reichssicherheitshauptamt (RSHA)[114], ainsi que d'Emanuel SchĂ€fer, l'ancien adjoint d'August Meyszner. Il est remplacĂ© par Hermann Behrends[11], protĂ©gĂ© du chef du SD Reinhard Heydrich[115]. Avant sa nomination, Behrends commandait un bataillon d'artillerie de montagne de la 13e division de montagne de la Waffen SS Handschar[116]. Au milieu du mois de , August Meyszner reçoit la croix de fer de 1re classe pour ses efforts dans la lutte contre les partisans yougoslaves[32].

AprĂšs avoir acceptĂ© de le relever de ses fonctions de chef supĂ©rieur de la SS et de la police, Heinrich Himmler transfĂšre August Meyszner Ă  Berlin et le nomme Generalinspekteur der Gendarmerie und Schutzpolizei der Gemeinden (inspecteur gĂ©nĂ©ral de la gendarmerie et Schutzpolizei du Reich), en vue de l'Ă©tablissement d'une gendarmerie europĂ©enne[115].

ProcÚs et exécution

À la fin de la guerre, August Meyszner est capturĂ© par les AlliĂ©s[ab 5]. Il est interrogĂ© en par le procureur en chef Robert Jackson et placĂ© en dĂ©tention en Yougoslavie[ab 3]. Son implication dans les exĂ©cutions massives et la publication de son nom avec la liste des personnes exĂ©cutĂ©es ne lui laissent aucune chance d'Ă©chapper Ă  la potence[117] - [118].

En ce qui concerne les meurtres des femmes et enfants juifs, l'implication directe d'August Meyszner est moins claire. Selon Moll, Emanuel SchĂ€fer affirme avoir reçu directement ses ordres de Berlin et utilisĂ© le Gaswagen sans la moindre directive venant d'August Meyszner[119]. Walter Manoschek soutient cette affirmation car, selon lui, SchĂ€fer Ă©tait Ă  la tĂȘte d'une chaĂźne de commandement indĂ©pendante de la Gestapo sur laquelle August Meyszner avait un contrĂŽle trĂšs limitĂ©[120]. Cependant, en tant que chef supĂ©rieur de la SS et de la police, il est officiellement responsable de tous ses subordonnĂ©s, y compris le dĂ©partement de la Gestapo chargĂ© de l'exĂ©cution des femmes et des enfants juifs[121]. Il est Ă©galement responsable de la mise en Ɠuvre des politiques qui ont permis de dĂ©porter 70 000 Serbes dans le Reich afin d'y effectuer des travaux forcĂ©s[ab 6]. L'Holocauste en Serbie n'a guĂšre jouĂ© de rĂŽle important durant son procĂšs devant la Cour militaire suprĂȘme de Belgrade, qui se tient entre le 9 et le . Il est condamnĂ© Ă  la peine capitale, de mĂȘme que la plupart des 20 membres dirigeants du HSSPf qui sont jugĂ©s en mĂȘme temps que lui[ab 3]. August Meyszner est exĂ©cutĂ© par pendaison le Ă  l'Ăąge de 60 ans[122] - [123].

Notes et références

Notes

  1. Le ReichsfĂŒhrer-SS est le plus haut dirigeant politique de la SS[1].
  2. Un « camion à gaz », véhicule utilisé notamment par les nazis pour tuer les juifs et les handicapés. L'un d'eux arrive à Belgrade en [2] - [3].
  3. Équivalent des Freikorps (Corps francs) allemands. Ce groupe paramilitaire avait son propre parti politique, le Heimatblock.
  4. Dans l'ArmĂ©e française, ce rang n'a pas d'Ă©quivalence car, en correspondance, il s'agit d’un grade intermĂ©diaire entre celui de colonel et de gĂ©nĂ©ral de brigade. Il y a toutefois eu une Ă©quivalence sous la TroisiĂšme RĂ©publique sous l'appellation de brigadier des armĂ©es.
  5. Grade Ă©quivalent en France Ă  gĂ©nĂ©ral de brigade ; mais il s'agit ici d’un grade dans la police et non dans l'armĂ©e.
  6. En France, ce rang équivaut au grade de général de brigade ; mais il s'agit ici d'un grade dans la police et non dans l'armée.
  7. Équivalent en France Ă  gĂ©nĂ©ral de division ; mais il s'agit ici d’un grade dans la police et non dans l'armĂ©e.
  8. Avant 1955, ce grade équivaut à général de division en France.
  9. Équivalent en France de gĂ©nĂ©ral de corps d'armĂ©e, avec pour arme de spĂ©cialisation l'artillerie.
  10. Équivalent en France de gĂ©nĂ©ral de corps d'armĂ©e, avec pour arme de spĂ©cialisation le gĂ©nie.
  11. Ce terme, qui signifie littéralement « Allemand par le peuple », désigne les populations vivant hors d'Allemagne et qui se considÚrent ethniquement et culturellement allemandes[54].
  12. en français : « groupes d'intervention Â». Les Einsatzgruppen Ă©taient les unitĂ©s mobiles d'extermination du IIIe Reich allemand[56].
  13. Équivalent en France de colonel, mais il s'agit ici d’un grade dans la police.
  14. Équivalent en France de commandant, mais il s'agit ici d'un grade dans la police.
  15. Équivalent en France de sous-lieutenant, mais il s'agit ici d'un grade dans la police.
  16. Équivalent en France de lieutenant, mais il s'agit ici d’un grade politique.
  17. Équivalent en France de gĂ©nĂ©ral de brigade ; il s'agit ici d'un grade militaire car Phleps est membre de la Waffen-SS, la branche militaire de la SS.
  18. Selon Christopher Browning, le 64e bataillon de réserve de la police devient plus tard le 1er bataillon du 5e régiment SS-Polizei[97].
  19. Hitler a ordonnĂ© l'exĂ©cution de 100 civils serbes en cas d'assassinat d'un soldat allemand[34].

Références bibliographiques

  1. Weale 2010, p. 30.
  2. Lecomte 2001, p. 94.
  3. Marais 1994, p. 100-107, 109.
  4. Kienast 1938, p. 316.
  5. Gebhardt 1997, p. 255.
  6. Moll 2011, p. 252.
  7. Schulz et Wegmann 2008, p. 187.
  8. Moll 2011, p. 253.
  9. Neal 2018, p. 187.
  10. Lilla, Döring et Schulz 2004, p. 418.
  11. Tomasevich 2002, p. 78.
  12. Moll 2011, p. 239.
  13. Moll 2011, p. 252-253.
  14. Moll 2011, p. 254-255.
  15. Moll 2011, p. 254.
  16. Moll 2011, p. 255.
  17. Zakic 2017, p. 209-238.
  18. Neal 2018, p. 190.
  19. Moll 2011, p. 256.
  20. Moll 2011, p. 258.
  21. Moll 2011, p. 257.
  22. Moll 2011, p. 259.
  23. Moll 2011, p. 259-260.
  24. Moll 2011, p. 260.
  25. Moll 2011, p. 260-261.
  26. Lilla, Döring et Schulz 2004, p. 419.
  27. Marrus 2011, p. 1174.
  28. Moll 2011, p. 262.
  29. Moll 2011, p. 261.
  30. Moll 2011, p. 262-263.
  31. Moll 2011, p. 263.
  32. Moll 2011, p. 311.
  33. Moll 2011, p. 263-264.
  34. Dimitrijević 1994, p. 4.
  35. Bataković 2005, p. 318.
  36. Tomasevich 2002, p. 175.
  37. Moll 2011, p. 264-265.
  38. Tomasevich 2002, p. 75.
  39. Mazower 2013, p. 241.
  40. Moll 2011, p. 268.
  41. Megargee et White 2018, p. 835.
  42. Moll 2011, p. 316.
  43. Muñoz 2018, p. 119.
  44. Steinberg 2002, p. 101.
  45. Tomasevich 2002, p. 184.
  46. Frieser et Schmider 2017, p. 1037.
  47. Tomasevich 2002, p. 70.
  48. Rich 1974, p. 285.
  49. Kroener, MĂŒller et Umbreit 2000, p. 97.
  50. Browning 1995, p. 128.
  51. Browning 2014, p. 334.
  52. Tomasevich 2002, p. 77-78,192.
  53. Tomasevich 2002, p. 653.
  54. Poidevin 1983, p. 125.
  55. Moll 2011, p. 268-271.
  56. Moracchini 2001, p. 39, 40.
  57. Marrus 2011, p. 1169.
  58. Tomasevich 2002, p. 77.
  59. Ramet 2011, p. 24.
  60. Tomasevich 2002, p. 193.
  61. Moll 2011, p. 271-272.
  62. Steinberg 2002, p. 200.
  63. Tomasevich 2002, p. 76.
  64. Moll 2011, p. 272-273.
  65. Browning 1995, p. 136.
  66. Steinberg 2002, p. 22.
  67. Moll 2011, p. 270-271.
  68. Moll 2011, p. 272.
  69. Moll 2011, p. 273-274.
  70. Moll 2011, p. 274-275.
  71. Moll 2011, p. 295.
  72. Moll 2011, p. 278-279.
  73. Moll 2011, p. 280-281.
  74. Savary 2001, p. 151.
  75. Moll 2011, p. 281.
  76. Moll 2011, p. 281-282.
  77. Moll 2011, p. 283.
  78. Moll 2011, p. 284.
  79. Moll 2011, p. 285.
  80. Moll 2011, p. 286.
  81. Tomasevich 2002, p. 290.
  82. Tomasevich 2002, p. 75-76.
  83. Browning 2014, p. 76-78.
  84. Steinberg 2002, p. 37.
  85. Lecomte 2001, p. 95-96.
  86. Manoschek 1995, p. 174.
  87. Lemonier 2007, p. 99-100.
  88. Browning 2014, p. 79-82.
  89. Tomasevich 2002, p. 212.
  90. Tomasevich 2002, p. 230.
  91. Tomasevich 2002, p. 79.
  92. Moll 2011, p. 287-288.
  93. Moll 2011, p. 289.
  94. Carsten 1977, p. 183.
  95. Moll 2011, p. 289-290.
  96. Moll 2011, p. 290.
  97. Browning 2014, p. 80.
  98. Moll 2011, p. 292.
  99. Moll 2011, p. 296, 299.
  100. Tomasevich 2002, p. 79-80.
  101. Tomasevich 2002, p. 81.
  102. Moll 2011, p. 301.
  103. Tomasevich 2002, p. 213.
  104. Moll 2011, p. 297.
  105. Tomasevich 1975, p. 319.
  106. Tomasevich 1975, p. 320.
  107. Tomasevich 1975, p. 336.
  108. Moll 2011, p. 307.
  109. Moll 2011, p. 308.
  110. Browning 2014, p. 83.
  111. Mazower 2013, p. 112.
  112. Beloff 1985, p. 79.
  113. Institut za savremenu istoriju 1977, p. 495.
  114. Rich 1974, p. 288.
  115. Moll 2011, p. 310.
  116. Trigg 2008, p. 89.
  117. Moll 2011, p. 312.
  118. Lingane 2014, p. 32.
  119. Moll 2011, p. 313.
  120. Manoschek 1995, p. 169-170.
  121. Goldsworthy 2019, p. 70.
  122. Moll 2011, p. 314.
  123. Wallach 2020, p. 378.

Autres références

  1. « Verhandlungen des Deutschen Reichstags », sur Reichstag abgeordnetendatenbank (consulté le ).
  2. (de-AT) « SS-Wölfe im SA-Pelz », Der Standard,â€?/span> (lire en ligne, consultĂ© le ).
  3. « L'invasion de la Yougoslavie par l'Axe », sur Encyclopédie multimédia de la Shoah (consulté le ).
  4. (en) « Hermann Neubacher: A Nazi Diplomat on Mission in Albania », sur Albanian history (consulté le ).
  5. (en) « Slobodiƥte Memorial Complex at Kruƥevac », sur spomenikdatabase (consulté le ).
  6. (en) « Yugoslav Prisoners of War in Norway », sur Norgesportalen (consulté le ).

Annexes

Bibliographie

Document utilisĂ© pour la rĂ©daction de l’article : document utilisĂ© comme source pour la rĂ©daction de cet article.

Classement par ordre chronologique :

  • [Kienast 1938] (de) Ernst Kienast, Der Großdeutsche Reichstag, 1936 : 3. Wahlperiode nach d. 30. Jan. 1933, Berlin, Decker, (lire en ligne), p. 316. Ouvrage utilisĂ© pour la rĂ©daction de l'article
  • [Rich 1974] (en) Norman Rich, Hitler's War Aims : The Establishment of the New Order, W. W. Norton, Incorporated, , 566 p. (ISBN 978-0-393-33290-2, prĂ©sentation en ligne). Ouvrage utilisĂ© pour la rĂ©daction de l'article
  • [Tomasevich 1975] (en) Jozo Tomasevich, The Chetniks, Stanford University Press, , 508 p. (ISBN 978-0-8047-0857-9). Ouvrage utilisĂ© pour la rĂ©daction de l'article.
  • [Carsten 1977] (en) Francis Ludwig Carsten, Fascist Movements in Austria : From Schönerer to Hitler, Sage Publications, (ISBN 978-0-8039-9992-3), p. 183. Ouvrage utilisĂ© pour la rĂ©daction de l'article
  • [Institut za savremenu istoriju 1977] (en) Institut za savremenu istoriju, The Third Reich and Yugoslavia 1933-1945, Institute for Contemporary History, (OCLC 557920320), p. 495. Ouvrage utilisĂ© pour la rĂ©daction de l'article
  • [Poidevin 1983] Raymond Poidevin, L'Allemagne et le monde au XXe siĂšcle, Masson, (ISBN 2-225-80047-2), p. 125. Ouvrage utilisĂ© pour la rĂ©daction de l'article
  • [Beloff 1985] (en) Nora Beloff, Tito's Flawed Legacy : Yugoslavia And The West Since 1939, Avalon Publishing, , 292 p. (ISBN 978-0-8133-0322-2), p. 79. Ouvrage utilisĂ© pour la rĂ©daction de l'article
  • [Marais 1994] Pierre Marais, Les camions Ă  gaz en question, PolĂ©miques, , 325 p. (ISBN 978-2-906407-05-3), p. 100-107, 109. Ouvrage utilisĂ© pour la rĂ©daction de l'article
  • [Dimitrijević 1994] Vladimir Dimitrijević, Les Causes d'un affrontement religieux et politique, Ă©ditions L'Âge d'Homme, (ISBN 978-2-8251-0435-4), p. 4. Ouvrage utilisĂ© pour la rĂ©daction de l'article
  • [Manoschek 1995] (de) Walter Manoschek, "Serbien ist judenfrei" : militĂ€rische Besatzungspolitik und Judenvernichtung in Serbien 1941/42, Walter de Gruyter GmbH, , 210 p. (ISBN 978-3-486-56137-1), p. 174. Ouvrage utilisĂ© pour la rĂ©daction de l'article
  • [Browning 1995] (en) Christopher R. Browning, The Path to Genocide : Essays on Launching the Final Solution, Cambridge University Press, , 212 p. (ISBN 978-0-521-55878-5, lire en ligne). Ouvrage utilisĂ© pour la rĂ©daction de l'article
  • [Manoschek 1995] (de) Walter Manoschek, "Serbien ist judenfrei" : militĂ€rische Besatzungspolitik und Judenvernichtung in Serbien 1941/42, Walter de Gruyter GmbH, , 210 p. (ISBN 978-3-486-56137-1), p. 169-170. Ouvrage utilisĂ© pour la rĂ©daction de l'article
  • [Gebhardt 1997] (de) Helmut Gebhardt, Die Gendarmerie in der Steiermark : von 1850 bis heute, Graz, Leykam, , 480 p. (ISBN 978-3-7011-7355-6, lire en ligne), p. 255. Ouvrage utilisĂ© pour la rĂ©daction de l'article
  • [Kroener, MĂŒller et Umbreit 2000] (en) Bernhard R. Kroener, Rolf-Dieter MĂŒller et Hans Umbreit, Germany and the Second World War, vol. 5 : Organization and Mobilization of the German Sphere of Power. Part I: Wartime Administration, Economy, and Manpower Resources, 1939-1941, Oxford, OUP, , 1298 p. (ISBN 978-0-19-822887-5), p. 97. Ouvrage utilisĂ© pour la rĂ©daction de l'article
  • [Moracchini2001] Michel Moracchini, Les troupes spĂ©ciales d'Hitler : les Einsatzgruppen, Grancher, , 288 p. (ISBN 978-2-7339-0711-5), p. 39, 40. Ouvrage utilisĂ© pour la rĂ©daction de l'article
  • [Savary 2001] MichĂšle Savary, La Serbie aux outrages, L'AGE D'HOMME, , 172 p. (ISBN 978-2-8251-1509-1, lire en ligne), p. 151. Ouvrage utilisĂ© pour la rĂ©daction de l'article
  • [Lecomte 2001] Jean-Michel Lecomte, Enseigner l'Holocauste au XXIe siĂšcle, Council of Europe, , 133 p. (ISBN 978-92-871-4536-9), p. 94. Ouvrage utilisĂ© pour la rĂ©daction de l'article
  • [Tomasevich 2002] (en) Jozo Tomasevich, War and Revolution in Yugoslavia, 1941-1945 : Occupation and Collaboration, Stanford University Press, , 864 p. (ISBN 978-0-8047-3615-2). Ouvrage utilisĂ© pour la rĂ©daction de l'article.
  • [Steinberg 2002] (en) Jonathan Steinberg, All Or Nothing : The Axis and the Holocaust, 1941-1943, Routledge, , 326 p. (ISBN 978-0-415-29069-2). Ouvrage utilisĂ© pour la rĂ©daction de l'article.
  • [Lilla, Döring et Schulz 2004] (de) Joachim Lilla, Martin Döring et Andreas Schulz, Statisten in Uniform : die Mitglieder des Reichstags 1933-1945 : ein biographisches Handbuch : unter Einbeziehung der völkischen und nationalsozialistischen Reichstagsabgeordneten ab Mai 1924, Droste, , 996 p. (ISBN 978-3-7700-5254-7), p. 418-419. Ouvrage utilisĂ© pour la rĂ©daction de l'article
  • [Bataković 2005] DuĆĄan Bataković, Histoire du peuple serbe, L'AGE D'HOMME, , 412 p. (ISBN 978-2-8251-1958-7, lire en ligne), p. 318. Ouvrage utilisĂ© pour la rĂ©daction de l'article
  • [Lemonier 2007] Marc Lemonier, Les Bienveillantes dĂ©cryptĂ©es : Carnet de notes, Paris, Le PrĂ© aux Clercs, , 237 p. (ISBN 978-2-84228-308-7), p. 99-100. Ouvrage utilisĂ© pour la rĂ©daction de l'article
  • [Schulz et Wegmann 2008] (de) Andreas Schulz et GĂŒnter Wegmann, Die Generale der Waffen-SS und der Polizei : Lammerding-Plesch, Biblio-Verlag, (ISBN 978-3-7648-2375-7). Ouvrage utilisĂ© pour la rĂ©daction de l'article.
  • [Trigg 2008] (en) Jonathan Trigg, Hitler's Jihadis : Muslim Volunteers of the Waffen-SS, History Press, , 224 p. (ISBN 978-1-86227-487-7), p. 89. Ouvrage utilisĂ© pour la rĂ©daction de l'article
  • [Weale 2010] (en) Adrian Weale, The SS : a new history, Little, Brown, , 479 p. (ISBN 978-1-4087-0304-5), p. 30. Ouvrage utilisĂ© pour la rĂ©daction de l'article
  • [Ramet 2011] (en) Sabrina P. Ramet, Serbia and the Serbs in World War Two, New York, Palgrave Macmillan UK, , 324 p. (ISBN 978-0-230-27830-1), p. 24. Ouvrage utilisĂ© pour la rĂ©daction de l'article
  • [Marrus 2011] (en) Michael Marrus, The Nazi Holocaust. Part 6 : The Victims of the Holocaust, Walter de Gruyter, , 709 p. (ISBN 978-3-11-096872-9, lire en ligne), p. 1169. Ouvrage utilisĂ© pour la rĂ©daction de l'article
  • [Moll 2011] (de) Martin Moll, « Vom österreichischen Gendarmerie-Offizier zum Höheren SS- und PolizeifĂŒhrer Serbien, 1942â€?944. August Meyszner: Stationen einer Karriere », Danubiana Carpathica: Jahrbuch fĂŒr Geschichte und Kultur in den deutschen Siedlungsgebieten SĂŒdosteuropeas, Munich, Oldenbourg,â€?/span> (ISSN 1863-9887). Ouvrage utilisĂ© pour la rĂ©daction de l'article.
  • [Mazower 2013] (en) Mark Mazower, Hitler's Empire : Nazi Rule in Occupied Europe, Penguin UK, , 768 p. (ISBN 978-0-14-191750-4). Ouvrage utilisĂ© pour la rĂ©daction de l'article
  • [Browning 2014] (en) Christopher Browning, The Origins of the Final Solution, Random House, , 640 p. (ISBN 978-1-4481-6586-5). Ouvrage utilisĂ© pour la rĂ©daction de l'article.
  • [Lingane 2014] Zakaria Lingane, Punir, amnistier ou nier : le crime international de Nuremberg Ă  La Haye, Paris, Éditions L'Harmattan, , 344 p. (ISBN 978-2-343-01782-2, lire en ligne), p. 32. Ouvrage utilisĂ© pour la rĂ©daction de l'article
  • [Zakic 2017] (en) Mirna Zakic, Ethnic Germans and national socialism in Yugoslavia in World War II, (ISBN 978-1-316-77585-1, 1-316-77585-2 et 978-1-316-77492-2, OCLC 982287798). Ouvrage utilisĂ© pour la rĂ©daction de l'article
  • [Frieser et Schmider 2017] (en) Karl-Heinz Frieser et Klaus Schmider, The Eastern Front 1943-1944 : The War in the East and on the Neighbouring Fronts, Oxford University Press, (ISBN 978-0-19-872346-2), p. 1037. Ouvrage utilisĂ© pour la rĂ©daction de l'article
  • [Neal 2018] (de) Stephan D. Yada-Mc Neal, Heim ins Reich : Hitlers willigste Österreicher, BoD â€?Books on Demand, , 349 p. (ISBN 978-3-7481-2924-0, lire en ligne). Ouvrage utilisĂ© pour la rĂ©daction de l'article
    Voir l'article Heim ins Reich.
  • [Muñoz 2018] (en) Antonio J. Muñoz, The German Secret Field Police in Greece, 1941-1944, McFarland, , 256 p. (ISBN 978-1-4766-3104-2, lire en ligne), p. 119. Ouvrage utilisĂ© pour la rĂ©daction de l'article
  • [Megargee et White 2018] (en) Geoffrey P. Megargee et Joseph R. White, The United States Holocaust Memorial Museum Encyclopedia of Camps and Ghettos, 1933â€?945, vol. III : Camps and Ghettos under European Regimes Aligned with Nazi Germany, Indiana University Press, , 1100 p. (ISBN 978-0-253-02386-5, lire en ligne), p. 835. Ouvrage utilisĂ© pour la rĂ©daction de l'article
  • [Goldsworthy 2019] (en) Terry Goldsworthy, The Waffen-SS in Allied Hands Volume One : Personal Accounts from Hitler’s Elite Soldiers, Cambridge Scholars Publishing, (ISBN 978-1-5275-2732-4), p. 70. Ouvrage utilisĂ© pour la rĂ©daction de l'article
  • [Wallach 2020] (en) Kurt Wallach, Man's Inhumanity To Man, Lulu, , 682 p. (ISBN 978-1-6781-0462-7, lire en ligne), p. 378. Ouvrage utilisĂ© pour la rĂ©daction de l'article

Articles connexes

Liens externes

Cet article est issu de wikipedia. Texte licence: CC BY-SA 4.0, Des conditions supplĂ©mentaires peuvent s’appliquer aux fichiers multimĂ©dias.