Accueilūüáęūüá∑Chercher

Quartier de Reuilly

Le quartier de Reuilly est un quartier historique de l'est de Paris dans le 12e arrondissement, aussi connu comme l'arrondissement de Reuilly. Il est centré sur la rue de Reuilly et bordé par les rues du Faubourg-Saint-Antoine, Chaligny, de Picpus et l'avenue Daumesnil.

Historique

Selon Jean de La Tyna[1], en ce lieu nomm√© Romiliacum, il y avait un ch√Ęteau (dit plus tard Ch√Ęteau de Reuilly) o√Ļ le roi Dagobert r√©pudia sa femme Gomatrude en 629. Il servit longtemps de s√©jour aux rois m√©rovingiens. Il existe un document dat√© de 637 associant Dagobert (629-639) au nom de Reuilly (Ruilliacum), mais il semble se r√©f√©rer plut√īt √† Reuilly dans l'Indre, car ce manuscrit associe Reuilly √† d'autres lieux du Berry. L'authenticit√© de ce document a √©t√© mise en doute pour des raisons de style et de date[2] - [3] - [4], mais Reuilly (dans l'Indre) aurait bien √©t√© rattach√© √† l'abbaye de Saint-Denis √† la fin du Xe si√®cle[4].

Le ch√Ęteau fut peu √† peu abandonn√© apr√®s √™tre pass√© aux mains du roi Jean II le Bon, puis d'Humbert de la Tour-du-Pin au XVIe si√®cle.

C'est dans l'antique palais de Reuilly (Romiliacum), que Dagobert Ier, en 629, répudia sa femme Gomatrude[5]. Ce palais était encore, en 1359, la propriété des rois de France car, à cette époque, le roi Jean II promit à Humbert, patriarche d'Alexandrie, de lui en faire la cession[5]. La zone devint finalement une sorte de cour des miracles.

Malgr√© la pr√©sence du ch√Ęteau, la terre de Reuilly resta pour l'essentiel une friche jusqu'au d√©but du XVIIe si√®cle. Desservi par le Faubourg Saint-Antoine, le hameau de Reuilly devint le village de Reuilly. Il fut finalement rattach√© √† Paris, en m√™me temps que le faubourg Saint-Antoine en 1702.

Reuilly faisait partie du 8e des 12 anciens arrondissements de Paris lors de la création de ceux-ci en 1795 ; il fut incorporé dans le 12e lors de l'extension Paris en 1860.

Les Templiers et les Hospitaliers

Le membre de Reuilly est un des premiers domaines que les Templiers possédaient à Paris, en fait en dehors des murs de Paris à cette époque. Le domaine de Reuilly fut donné aux Templiers par Mathieu de Beaumont, grand chambellan du roi, en 1152, par lettres[6] - [7].

Le prieur du Temple possédait en plus les cens ou rentes seigneuriales à La Courtille, à Belleville, à la Villette-Saint-Lazare, à Montreuil sous le bois de Vincennes avec une partie de la haute justice comme indiqué dans une déclaration de 1664[8] - [9].

Sites particuliers

Parmi les lieux portant ce nom, on trouve :

Sources

  • Eug√®ne Mannier, Les commanderies du grand prieur√© de France d'apr√®s les documents in√©dits conserv√©s aux archives nationales √† Paris, Paris, (lire en ligne)

Références

Nota : les références des Archives nationales ont été reclassées et les références actuelles sont changées[10].

  1. Jean De La Tynna, Dictionnaire topographique, étymologique et historique des rues de Paris, Paris, chez l'auteur, 1812, p. 406.
  2. Bréquigny, Diplomata, chartae, epistolae, et alia documenta, ad res Francicas spectantia, ex diversis regni, exterarumque regionum archivis ac bibliothecis, jussu regis christianissimi, multorum eruditorum curis, plurimum ad id conferente congregatione, 1791.
  3. D'Arbois de Jubainville, Recherches sur l'origine de la propriété foncière et des noms de lieu en France, 1890, également paru dans la Revue celtique IX, 1888.
  4. Jacques Lerale, Les origines de Reuilly, √©vocation historique, Bulletin des Amis de Reuilly N¬į1.
  5. Félix et Louis Lazare : Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments
  6. Archives nationales K 23, n. 16
  7. Mannier (1872) p. 16
  8. Archives nationales S 5560
  9. Mannier (1872) p. 17
  10. inventaire des Archives nationales

Voir aussi

Voir √©galement l'√ģle de Reuilly, qui ne fait pas partie du quartier mais du bois de Vincennes.

Cet article est issu de wikipedia. Text licence: CC BY-SA 4.0, Des conditions supplémentaires peuvent s’appliquer aux fichiers multimédias.