AccueilđŸ‡«đŸ‡·Chercher

Kokura

Kokura (氏怉澂, Kokura-shi), aujourd'hui un quartier de KitakyĆ«shĆ«, Ă©tait, jusqu'en 1963, une ville situĂ©e sur l'Ăźle de KyĆ«shĆ«, au Japon, Ă  proximitĂ© de HonshĆ«.

Kokura-shi
氏怉澂
Administration
Pays Drapeau du Japon Japon
Région Kyƫshƫ
Préfecture Fukuoka
DĂ©mographie
Population 305 423 hab.
DensitĂ© 1 463 hab./km2
GĂ©ographie
CoordonnĂ©es 33° 52â€Č nord, 130° 52â€Č est
Superficie 20 872 ha = 208,72 km2
Localisation
GĂ©olocalisation sur la carte : Japon
Voir sur la carte topographique du Japon
Kokura-shi
GĂ©olocalisation sur la carte : Japon
Voir sur la carte administrative du Japon
Kokura-shi
Géolocalisation sur la carte : préfecture de Fukuoka
Voir sur la carte topographique de la préfecture de Fukuoka
Kokura-shi

    Histoire

    XXe siĂšcle

    Kokura a Ă©chappĂ© Ă  la destruction atomique durant la Seconde Guerre mondiale. AprĂšs Hiroshima, Kokura devait ĂȘtre la deuxiĂšme ville bombardĂ©e et fut prĂ©servĂ©e des bombardements classiques pendant plusieurs mois Ă  cet effet. Elle avait Ă©tĂ© choisie Ă  cause de son puissant arsenal fabriquant de l’artillerie et des armes lĂ©gĂšres dont le fusil Arisaka Type 99[1]. Le , elle Ă©tait sĂ©lectionnĂ©e comme solution de repli si une mauvaise visibilitĂ© sur Hiroshima empĂȘchait le bombardement. Le , la bombe Fat Man lui Ă©tait destinĂ©e mais les conditions mĂ©tĂ©orologiques et la fumĂ©e due au bombardement de la ville voisine de Yahata la veille obligĂšrent le major Charles Sweeney et l'Ă©quipage du Bockscar Ă  dĂ©tourner leur chemin afin d'ĂȘtre en mesure de bombarder de visu[2] - [3]. De plus, un Ă©cran de fumĂ©e avait Ă©tĂ© crĂ©Ă© par des ouvriers en brĂ»lant des barils de goudron pour gĂȘner un Ă©ventuel bombardement. AprĂšs trois survols de Kokura, ils se dirigĂšrent vers Nagasaki, centre industriel le plus proche, oĂč ils larguĂšrent la bombe atomique[4].

    En 1963, Kokura fut scindĂ©e en deux arrondissements Kokurakita-ku (Kokura-nord) et Kokuraminami-ku (Kokura-sud) pour ĂȘtre intĂ©grĂ©e, avec Yahata, Tobata, Moji et Wakamatsu, au sein de la nouvelle ville de KitakyĆ«shĆ«. La population des deux arrondissements de Kokura Ă©tait d'environ 400 000 habitants. Kokura est toujours le nom de la gare JR situĂ©e sur la ligne de Kagoshima. Le Shinkansen s'y arrĂȘte.

    Le , Satoru Miyashiro, un ancien ouvrier de la sociĂ©tĂ© des aciĂ©ries Yawata — aujourd'hui Nippon Steel & Sumitomo Metal — rĂ©vĂšle qu'Ă  cette Ă©poque, il aurait brĂ»lĂ© du goudron en compagnie de plusieurs collĂšgues afin de crĂ©er un nuage de fumĂ©e au-dessus de la ville de Kokura. L'objectif de cette opĂ©ration aurait Ă©tĂ© de protĂ©ger la ville contre un survol d'Ă©ventuels bombardiers qui auraient pu y larguer une bombe comme celle tombĂ©e Ă  Hiroshima le [5].

    ÉvĂ©nements

    Le festival de Gion, à Kokura, est appelé « Gion de tambours » et il est dédié à la célébration d'un héros local : Muhomatsu.

    Personnalités liées à la municipalité

    Notes et références

    1. (en) « Markings on Japanese Arisaka Rifles and Bayonets of World War II », sur oldmilitarymarkings.com, (consulté le ).
    2. (en) « The Bombings of Hiroshima and Nagasaki », Atomic Heritage Foundation (en), (consultĂ© le ).
    3. (en) Ted Daley, Apocalypse Never : Forging the Path to a Nuclear Weapon-Free World, vol. Rutgers University Press, , 312 p. (ISBN 978-0813546612), p. 240.
    4. (en-US) Nicholas D. Kristof, « Kokura, Japan: Bypassed by A-Bomb », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consultĂ© le ).
    5. (en-US) « The luck of Kokura », sur Restricted Data: The Nuclear Secrecy Blog (consulté le ).

    Voir aussi

    Articles connexes

    Cet article est issu de wikipedia. Text licence: CC BY-SA 4.0, Des conditions supplĂ©mentaires peuvent s’appliquer aux fichiers multimĂ©dias.