Accueil🇫🇷Chercher

Ismail ibn Musa Menk

Mufti Ismail ibn Musa Menk[N 1] (arabe : إسماعيل بن موسى مِنك, prononcé : ʾismāʿ īl ibn mÅ«sā mink), né le à Salisbury[N 2], en république de Rhodésie, est un ouléma, théologien de l'Islam, et conférencier zimbabwéen d'origine indienne. Connu sous le nom Mufti Menk, il est le grand mufti du Zimbabwe, pays où les musulmans représentent environ 1 % de la population.

Ismail ibn Musa Menk
Homme barbu en tenue traditionnelle musulmane blanche et dorée devant un podium avec un micro et le bras droit levé.
Menk lors des Kerala State Business Excellence Awards de 2015.
Biographie
Naissance
Nom dans la langue maternelle
إسماعيل بن موسى مِنك
Surnom
Mufti Menk
Pseudonyme
Mufti Menk
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Religion
Membre de
The Council of Islamic Scholars of Zimbabwe (d)
Site web
Distinction
The 500 Most Influential Muslims (en)
Œuvres principales
Motivational Moments

Biographie

Ismail ibn Musa Menk naît le à Salisbury, capitale rhodésienne, de parents Gujaratis de la communauté Bharuchi Vohra Patel[1] - [2]. Son père est Maulana Musa Ibrahim Menk, un imam au Zimbabwe[1]. Son grand-père est aussi imam[2]. Il apprend le Coran et l'arabe de son père, en plus du gujarati et de l'ourdou, qui sont des langues de sa communauté indienne[3]. Dès un jeune âge, il montre un intérêt pour les étudies islamiques[2]. Il poursuit ses études secondaires au St. John's College (en), à Harare[4]. Il termine ses études religieuses et son cours de mufti de l'école Kantharia Darul Uloom, dans l'État indien du Gujarat[5]. Il a été identifié comme partisan du deobandisme et du salafisme, mais ne l'a pas admis[6] - [7].

En 1992, il effectue se rend en Arabie saoudite pour étudier la jurisprudence islamique et la théologie à l'université islamique de Médine, d'où il sort diplômé[2]. Il retourne par la suite au Zimbabwe et devient conférencier et récitateur lors des prières du vendredi à sa mosquée de Harare. Il y acquiert de la notoriété pour ses connaissances et sa méthode de parler, et tient des conférences à travers le pays[2]. Il lance sa chaîne Youtube en 2010, sur laquelle il donne des enseignements sur le Coran[2]. Sa notoriété lui a permis de voyager dans plusieurs pays et plusieurs universités pour donner des conférences[2]. Menk affectionne particulièrement Dubaï, aux Émirats arabes unis, où il est allé régulièrement[8]. Il est le directeur de l'organisme caritatif Daarul Ilm of Zimbabwe, qui gère des orphelinats et des écoles dans le pays[2]. En 2018, il publie une collection de ses paroles sous le nom Motivational Moments. L'année suivante est publiée la seconde édition, Motivational Moments 2. En décembre 2020, sa chaîne Youtube atteint le million d'abonnés[9]. En septembre 2022, après de graves inondations, il rend visite aux sinistrés dans l'État pakistanais du Sind[10].

Il est marié et a des enfants[2].

Prises de position

Mufti Menk est un fervent opposant du terrorisme et a déclaré vouloir aider à baisser la menace terroriste aux Maldives en novembre 2016[11]. Le , il exhorte les musulmans du Libéria à ne pas céder à la violence contre les chrétiens, qu'il appelle ses frères[12]. Il blâme les médias occidentaux pour la perception que les musulmans sont des terroristes[13]. Il déclare à Gulf News que tout le monde est une famille et que tout le monde le monde vient du même créateur, et qu'ainsi, nul n'a le droit de forcer sa religion sur autrui[14].

Controverses

Le , il est banni de visite à Singapour pour avoir dit que c'est un blasphème pour les musulmans d'accueillir des croyants d'autres religions durant leurs fêtes, comme Noël ou Divali, ce que le gouvernement singapourien a considéré de ségrégationniste et d'aller à l'encontre de ses politiques multiculturelles[15] - [16]. Plus tard, à travers son média Majlisul Ulama Zimbabwe, il déclare être outragé de son bannissement et que les gens devraient écouter ses sermons en entier et pas seulement des extraits. Sur sa chaîne Youtube il rectifie ses dires, disant que cela faisait référence au fait de ne pas forcer sa religion sur les autres[17]. En november 2018, il est banni de voyage par le Danemark pour une période de deux ans[18].

Plusieurs médias pointent du doigt ses propos ouvertement homophobes, lorsqu'il décrit l'homosexualité comme sale[19]. En 2013, alors qu'il devait tenir des conférences dans six universités britanniques, ces dernières sont annulées dû à la pression exercée par des organismes étudiants[20].

Distinctions

En 2013, 2014 et 2017, il figure sur la liste des 500 musulmans les plus influents (en) publiée par l'organisme jordanien, l'Institut royal Aal al-Bayt pour la Pensée islamique (en)[21].

Le , il reçoit un doctorat honoris causa de l'Aldersgate College (en), établi aux Philippines et en Irlande[22]. Aux prix KSBEA 2015, il reçoit le Global Leadership Awards (en) en orientation sociale par le journal Cochin Herald (en)[23].

Notes et références

Notes

  1. Aussi romanisé Ismaïl ibn Moussa Menk.
  2. Salisbury change de nom pour Harare le . La Rhodésie devient le Zimbabwe le .

Références

  1. (en) Nazir Patel, « Bharuchi Vahora Patel – In Africa », sur Gujarati Writers' Guild UK, (consulté le ).
  2. (en) « Mufti Menk », sur The Cognate, (consulté le ).
  3. (id) « Dakwah cara Mufti Menk », sur Sinar Harian (en), (consulté le ).
  4. (en) « Peace comes calling a look into the into the life of Mufti Menk, Grand mufti of Zimbabwe. », sur Cochin Herald, (consulté le ).
  5. (en) Fallou Ngom, Mustapha Hashim Kurfi et Toyin Falola (en), The Palgrave Handbook of Islam in Africa, Springer Nature, (ISBN 978-3-030-45759-4, lire en ligne), pp. 197.
  6. (en) Khairudin Aljunied, Muslim Cosmopolitanism: Southeast Asian Islam in Comparative Perspective, Edinburgh University Press, (ISBN 9781474408905, lire en ligne).
  7. (en) Faris Mokhtar, « Islamic community ‘must act to counter growing influence of Salafism’ », sur Today (en), (consulté le ).
  8. (en) Sakina Fatima, « Dubai: Islamic scholar Mufti Menk to deliver lecture on Prophet Muhammad’s life », sur The Siasat Daily (en), (consulté le ).
  9. (en) « Mufti Menk Received YouTube Golden Button For Reaching One Million Subscribers », sur The Islamic Information, (consulté le ).
  10. (en) « Renowned Islamic scholar Mufti Menk visits flood-hit areas of Sindh », sur The Express Tribune, (consulté le ).
  11. (en) Fathimath Shaahunaaz, « Menk pledges aid in curbing religious extremism in Maldives », sur Mihaaru, (consulté le ).
  12. (en) Leroy M. Sonpon, III, « Zimbabwean Grand Mufti Warns Liberian Muslims Against Physical, Speech Violence », sur The Daily Observer, (consulté le ).
  13. (en) « Mufti blames western media for misconception on Islam », sur The Borneo Post (en), (consulté le ).
  14. (en) Mary Achkhanian, « Have respect for one another to bring about happiness, Dr Menk says », sur Gulf News, (consulté le ).
  15. (en) « Singapore bans Mufti Menk from entering country », sur Al Jazeera, (consulté le ).
  16. (en) Tham Yuen-C, « 2 foreign Islamic preachers barred from entering Singapore for religious cruise », sur The Straits Times, (consulté le ).
  17. (en) « Statement by Majlisul Ulama Zimbabwe on the Mufti Menk Issue », sur Mufti Menk, (consulté le ).
  18. (da) « Religiøse forkyndere med indrejseforbud », sur Ny i Danmark, (consulté le ).
  19. (en) « Liverpool University Agreed To Host Islamic Preacher Ismail Menk, Who Says Gays Are 'Filthy' (POLL) », sur Huffington Post, (consulté le ).
  20. (en) Sarah Morrison, « Universities cancel Muslim cleric’s speaking tour over concerns about his anti-gay views », sur The Independent, (consulté le ).
  21. (en) S. Abadallah Schleifer et al., The Muslim 500 2017, Amman, Institut royal Aal al-Bayt pour la Pensée islamique, 279 p. (ISBN 978-9957-635-02-2, lire en ligne), pp. 135-136.
  22. (en) « Mufti Ismail Menk Honored!!! », sur Aldersgate College, (consulté le ).
  23. (en) « 4th KSBEA 2015 Global Leadership Awards 2015 », The Times of India,‎ , pp. 19 (lire en ligne).

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

Cet article est issu de wikipedia. Text licence: CC BY-SA 4.0, Des conditions supplémentaires peuvent s’appliquer aux fichiers multimédias.