Accueil🇫🇷Chercher

Quartier de l'Anse Vata (Nouméa)

L'Anse Vata est un quartier de la ville de Nouméa, en Nouvelle-Calédonie.

Anse Vata
Quartier de l'Anse Vata (Nouméa)
Administration
Pays Drapeau de la France France
Collectivité Nouvelle-Calédonie
Ville Nouméa
DĂ©mographie
Population 3 729 hab. (2019)
GĂ©ographie
CoordonnĂ©es 22° 18′ 04″ sud, 166° 26′ 31″ est
Site(s) touristique(s) Aquarium des lagons
ĂŽle aux Canards
Ouen Toro
Hippodrome Henri Milliard
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Nouméa
Voir sur la carte administrative de Nouméa
Anse Vata

    Description

    Le quartier s'organise autour de la baie et de la plage de l'Anse Vata qui lui donne son nom. Cette anse constitue le littoral sud-ouest de la presqu'île nouméenne, s'étendant sur plus de km du rocher à la Voile à l'ouest jusqu'à la pointe Magnin (ou du Château Royal) au sud-est, et est également longée par la Promenade Roger Laroque.

    Le nom d'Anse Vata est aussi donné à la plaine qui s'étend à l'intérieur des terres jusqu'au Receiving et au Motor Pool, ainsi qu'à la route qui en constitue le principal axe de communication avec la promenade Roger Laroque et qui relie du sud au nord la plage au centre-ville (au niveau de la Vallée du Génie).

    Comme la baie des Citrons voisine, elle a une fonction avant tout balnéaire et touristique.

    Histoire

    Les fonctions balnéaires et touristiques de ce quartier apparaissent dès le XIXe siècle. En effet, le premier bâtiment à y être construit est un restaurant ouvert par un ancien militaire, Joseph Leclère, en 1859. Il devient ensuite un lieu de promenade et de loisirs où les Nouméens se rendent en calèche. La route de l'Anse Vata est construite entre 1867 et 1869.

    La présence américaine entre 1942 et 1945 va également marquer le quartier, avec l'installation de l'un des quartiers généraux (surnommé le « Pentagone ») et d'un hôpital militaire (devenu après la guerre, et jusqu'en 2018, la Polyclinique de l'Anse Vata).

    Fonctions résidentielles

    Après le conflit, le quartier se dote d'une fonction résidentielle (surtout dans sa partie en plaine) avec la construction du premier lotissement en 1955, l'inauguration de la piscine olympique municipale (rebaptisée en 2011 piscine Jacques-Mouren) et des terrains de tennis du Ouen Toro ainsi que de la salle omnisports de l'Anse Vata et du stade Édouard-Pentecost pour les Jeux du Pacifique de 1966, l'ouverture en 1971 du lycée privé catholique Blaise-Pascal puis du collège attenant de Saint-Joseph-de-Cluny en 1978 et du collège public Jean-Mariotti en 1973.

    Fonctions touristiques

    Le bord de mer de l'Anse Vata s'est équipé en infrastructures jusqu'à constituer l'une des plus fortes concentrations d'hôtel et de lieux de loisirs du territoire :

    • la crĂ©ation de l'aquarium de la ville (devenu aujourd'hui l'aquarium des lagons) en 1956 près de la pointe du rocher Ă  la Voile (il s'agit de la principale attraction de la Nouvelle-CalĂ©donie, avec en moyenne 100 000 visiteurs par an),
    • l'ouverture en 1965 de l'hĂ´tel Le Nouvata, agrandi et rĂ©novĂ© entre 1993 et 1998 et alors transformĂ© en Nouvata Parkroyal (redevenu ensuite le Nouvata, trois Ă©toiles) et Nouvata Parkroyal II (rebaptisĂ© ensuite Le Parc, Ă©galement trois Ă©toiles), associĂ© par la suite dans le mĂŞme complexe (baptisĂ© Nouvata Parc) Ă  l'hĂ´tel deux Ă©toiles Le Pacifique en 2000,
    • l'inauguration en 1967 de l'hĂ´tel Château Royal (qui a donnĂ© son nom Ă  la portion de plage qu'il bordait) Ă  l'extrĂ©mitĂ© sud-est de l'Anse Vata. GĂ©rĂ© d'abord par l'Union touristique hĂ´telière UTH, filiale d'UTA, puis devenu un Club Med en 1979, il est finalement fermĂ© en 2001 pour n'ouvrir Ă  nouveau qu'en 2011 en tant qu'hĂ´tel trois Ă©toiles baptisĂ© Royal Tera avant de reprendre son nom initial de Château Royal en 2013,
    • l'ouverture du Casino Royal (le plus ancien du Territoire) près du Château Royal en 1974 puis de l'autre cĂ´tĂ© de l'Anse, près de l'aquarium, en Ă©tant inclus Ă  partir de 1981 au sein du nouvellement construit hĂ´tel Le Surf de la chaĂ®ne Novotel (jusqu'Ă  sa fermeture en 2015 Ă  la suite du retrait de cette chaĂ®ne et du groupe Accor de tous ses engagements en Nouvelle-CalĂ©donie),
    • l'ouverture en 1987 de la galerie marchande en plein air Palm Beach, avec ses restaurants (dont surtout « Le Bilboquet Plage »), ses commerces (tout particulièrement des boutiques de souvenirs) et le point de dĂ©part du plus ancien « petit-train » touristique de NoumĂ©a,
    • l'ouverture en 1995 d'un hĂ´tel MĂ©ridien cinq Ă©toiles, associĂ© Ă  un casino, Ă  cĂ´tĂ© de l'ancien Château Royal sur la pointe Magnin,
    • la construction, en partie sur le domaine maritime, du complexe de « Port BĂ©landre » qui regroupe un restaurant gastronomique (« Le Roof »), une discothèque (« Pop Light » puis « XO Club ») et un bar (« La Bodega del Mar »), reliĂ©s par un ponton partant de la plage entre le Château Royal et la galerie « Palm Beach »,
    • l'ouverture en 2005 du Ramada Plaza (quatre Ă©toiles), rĂ©novĂ© en 2018 pour devenir le Ramada Hotel & Suites, et ses deux tours jumelles dont l'une offrant en son sommet un restaurant panoramique tournant, « Le 360 », derrière le complexe Nouvata Parc et en bordure de l'hippodrome Henri Milliard Ă  la limite avec le quartier du Val Plaisance,
    • l'ouverture en 2007 de l'hĂ´tel (quatre Ă©toiles) La Promenade de la chaĂ®ne Hilton, associĂ© Ă  ses pieds Ă  une galerie commerciale.

    Fonctions scientifiques

    À cette fonction touristique s'est ajoutée la présence de sièges d'organismes nationaux ou internationaux. C'est le cas notamment de la Commission du Pacifique Sud (CPS, devenu à partir de 1997 le Secrétariat général de la Communauté du Pacifique), d'abord installé dans les locaux de l'ancien « Pentagone » des forces américaines (à l'emplacement de l'actuel hôtel et galerie de La Promenade) avant d'être déplacé de l'autre côté de la route de l'Anse Vata et de la Polyclinique jusqu'à aujourd'hui. L'Office de la recherche scientifique et technique outre-mer (ORSTOM), devenu en 1999 l'Institut de recherche pour le développement (IRD), a également ses principaux locaux et laboratoires pour la Nouvelle-Calédonie à côté de ceux de la CPS.

    Panoramique de l'Anse Vata.

    DĂ©mographie

    Selon le recensement de la population de 2009, le quartier de l'Anse Vata comptait 3 187 habitants, chiffre qui est passĂ© Ă  3 682 rĂ©sidents en 2014 et 3 729 personnes en 2019.

    Origine du nom

    Elle est d'abord appelée baie des Canards, selon une carte datant de 1861, toponyme qui se retrouve d'ailleurs dans la dénomination de l'île aux Canards située au large de la plage. Cela s'explique par la présence de ces animaux dans les marécages qui pouvaient aller jusqu'à l'île en face. À la fin du XIXe siècle, il est décidé de lui donner le nom kanak « wata », qui veut dire santal[1].

    Notes et références

    Cet article est issu de wikipedia. Text licence: CC BY-SA 4.0, Des conditions supplémentaires peuvent s’appliquer aux fichiers multimédias.