AccueilđŸ‡«đŸ‡·Chercher

Siah Armajani

Siavash Armajani, dit Siah Armajani, nĂ© le Ă  TĂ©hĂ©ran (Iran) et mort le Ă  Minneapolis (États-Unis), est un sculpteur et architecte amĂ©ricain d'origine iranienne[1]. Il est connu pour ses interventions dans l'espace public.

Siah Armajani
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
DĂ©cĂšs
(Ă  81 ans)
New York
Pseudonymes
Armajani, Siavash, Armajānī, Siyāvash
Nationalités
Formation
Activités

Biographie

Pont/Rampe dans la cour intérieure de la LBBW prÚs de la gare centrale de Stuttgart-Mitte, 1994.

Siah Armajani est nĂ© en 1939 Ă  TĂ©hĂ©ran[2]. En 1960, il rejoint une partie de sa famille qui vit aux États-Unis pour poursuivre ses Ă©tudes.

Il conçoit la Flamme Olympique pour les jeux Olympiques d'ÉtĂ© de 1996 Ă  Atlanta (GĂ©orgie, États-Unis). Il rĂ©alise la tour et le pont dans le quartier de Staten Island Ă  New York, la Tour BelvĂ©dĂšre Ă  Nice (France) et le pont Irene Hixon Whitney Ă  Minneapolis (Minnesota, États-Unis).

En 2005, pour Fallujah, il reprend l’Ɠuvre de Picasso, Guernica, mais il a Ă©tĂ© censurĂ© aux États-Unis en raison de son point de vue critique sur la guerre en Irak[3].

L'un des projets importants de Siah Armajani est situé sur la Rive Nord de l'Esplanade à Saint-George du terminal du ferry de Staten Island (New York). Siah Armajani a dit :

« Tous les bùtiments et toutes les rues sont des ornements. En outre, le phare et le pont donne une place à la représentation des arts de la poésie, de la musique et de la scÚne. En embrassant tous les arts, le phare et le pont affirme son propre point de vue, partout[4]. »

En 2010, il remporte le prix accordé par la United State Artists[5].

Une exposition Ă  Muelensteen Galerie en 2011 prĂ©sente une dizaine de piĂšces crĂ©Ă©es avant son arrivĂ©e aux États-Unis. Il utilise de l'encre ou de l'aquarelle sur du papier ou du tissu, et y intĂšgre du texte. Dans Chemise en 1958, Siah Armajani recouvre entiĂšrement la chemise de son pĂšre de texte en persan avec de l'encre et au crayon[6].

Le Minneapolis Institute of Art possùde plusieurs de ses Ɠuvres[7] - [8] - [9].

Le Walker Art Center organise la premiÚre rétrospective Siah Armajani : Suivez Cette Ligne en 2018[10].

Notes et références

  1. (en) Holland Cotter, « Siah Armajani, Sculptor of Communal Spaces, Dies at 81 », sur The New York Times, (consulté le )
  2. « Siah Armajani, Collections », sur Walker Art Center (consulté le )
  3. « El Pais » (consulté le )
  4. « Siah Armajani » [archive du ], sur NYC Department of Cultural Affairs (consulté le )
  5. « Siah Armajani », sur United States Artists (consulté le )
  6. Charles Schultz, « Ann Pibal & Siah Armajani », The Brooklyn Rail,‎ (lire en ligne)
  7. « Mississippi Delta, Siah Armajani ^ Minneapolis Institute of Art », sur collections.artsmia.org (consulté le )
  8. « An Exile Dreaming of Saint Adorno, Siah Armajani ^ Minneapolis Institute of Art », sur collections.artsmia.org (consulté le )
  9. « Skyway No.2, Siah Armajani ^ Minneapolis Institute of Art », sur collections.artsmia.org (consulté le )
  10. « Siah Armajani: Follow This Line », sur walkerart.org (consulté le )

Liens externes

Cet article est issu de wikipedia. Text licence: CC BY-SA 4.0, Des conditions supplĂ©mentaires peuvent s’appliquer aux fichiers multimĂ©dias.