Accueil🇫🇷Chercher

Jean Geoffroy Stahl

Jean Geoffroy Stahl (ou Jean Godefroy ou Johann Gottfried) est un orfèvre actif à Strasbourg au début du XVIIIe siècle.

Johann Gottfried Stahl
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Activité

Biographie

Fils de Jean Stahl (maître en 1718), chez qui il est en apprentissage du 16 décembre 1746 au 16 décembre 1750, il est à son tour reçu maître en 1759[1].

Des actes notariés du tout début du XIXe siècle concernant le no 82 de la Grand-Rue à Strasbourg mentionnent brièvement le nom de Johann Gottfried Stahl, plutôt présenté comme un « ancien » orfèvre[2].

Ĺ’uvre

  • Johann Gottfried Stahl est l'auteur prĂ©sumĂ© d'un ensemble d'orfèvrerie religieuse de 1769, composĂ© d'un calice et d'une patène en argent dorĂ© repoussĂ©, appartenant Ă  l'Ă©glise luthĂ©rienne (simultanĂ©e) Saint-Étienne de Waltenheim-sur-Zorn, mais conservĂ©e Ă  l'Ă©glise catholique Saint-Maurice de Mommenheim, paroisse dont Waltenheim est une filiale.
    Une coupe unie s'appuie sur une tige avec nœud piriforme mouluré surmontant une collerette à filets, reposant sur un pied circulaire à ressauts et à base très débordante. La patène est dépourvue de décor.
    Plusieurs poinçons sont insculpés sur le pied et sur la patène : le poinçon de maître rectangulaire avec le nom (STAHL), le poinçon de la ville de Strasbourg (chiffre 13 couronné), la lettre-date S couronnée (correspondant à 1769). Sous le pied du calice est gravée l'inscription : Zum Ecclesia in Waltenheim 1769[3].
Cuiller Ă  sucre en argent[4].
  • Le musĂ©e des arts dĂ©coratifs de Strasbourg dĂ©tient de lui une cuiller Ă  saupoudrer (parfois dite « cuiller Ă  sucre ») en argent, dont la date prĂ©sumĂ©e se situe entre 1759 et 1787.
    Il s'agit d'un modèle à filets. Le cuilleron circulaire est ajouré de motifs floraux.
    La pièce porte plusieurs poinçons, celui du maître, également le petit poinçon 13 à fleur de lys et le double B sous couronne, qui correspond à l'année 1777.
    Elle a été présentée lors de l'exposition L'Alsace Française, 1648-1948, au palais Rohan en 1948[1].
Tabatière marquée « STAHL[5] ».
  • On connaĂ®t Ă©galement de lui une timbale ovale Ă  cĂ´tes pincĂ©es en vermeil dont le haut du corps est gravĂ© d'une guirlande de fleurs. DatĂ©e vers 1770, probablement 1772, elle a Ă©tĂ© vendue aux enchères Ă  Paris en 2010[6].
  • Le Victoria and Albert Museum de Londres conserve une tabatière en argent dorĂ© d'environ 1779, qui porte le poinçon en lettres capitales, « STAHL[7] ». La date et la marque suggèrent que Jean Geoffroy Stahl en est l'auteur.

Notes et références

  1. Hans Haug, L'orfèvrerie de Strasbourg dans les collections publiques françaises (tome 22 de l'Inventaire des Collections publiques françaises), Éditions des Musées nationaux, Palais du Louvre, , 225 p. (ISBN 9782711800742, lire en ligne)
  2. « 82, Grand-Rue », Maisons de Strasbourg. Étude historique sur les maisons de Strasbourg entre le XVIe et le XXe siècle
  3. « Calice et patène (no 1) », Inventaire Grand-Est
  4. Musée des arts décoratifs de Strasbourg
  5. Victoria and Albert Museum
  6. (en) Important European Silver, Gold Boxes And Vertu', Sotheby's, Paris, 25 novembre 2010
  7. (en) « Snuff Box ca. 1779 (made) », Victoria and Albert Museum

Annexes

Bibliographie

  • Geneviève Haug, « L'orfèvrerie en Alsace des origines au XIXe siècle », Revue d'Alsace, no 110,‎ , p. 123
  • Hans Haug, L'orfèvrerie de Strasbourg dans les collections publiques françaises (tome 22 de l'Inventaire des Collections publiques françaises), Éditions des MusĂ©es nationaux, Palais du Louvre, , 225 p. (ISBN 9782711800742, lire en ligne)
  • Étienne Martin (dir.), Deux siècles d'orfèvrerie Ă  Strasbourg : XVIIIe-XIXe siècles dans les collections du musĂ©e des Arts dĂ©coratifs, MusĂ©es de Strasbourg, , 304 p. (ISBN 978-2901833802), p. 13 ; 118-119

Articles connexes

Cet article est issu de wikipedia. Text licence: CC BY-SA 4.0, Des conditions supplémentaires peuvent s’appliquer aux fichiers multimédias.